Un mois après la sortie de La stratégie Ender au cinéma (et à peu près autant de temps après notre premier article sur le sujet), il est l’heure de revenir sur les faiblesses et les qualités du film.

A la fin de la séance, le constat qui s’impose est que le réalisateur n’a pas su faire le choix d’adapter réellement le livre plutôt que de le transposer à un autre medium. En conséquence, le métrage ressemble plus à un patchwork des scènes les plus importantes (à la Harry Potter 4) mais sans réel liant, sans scène du quotidien qui permette d’observer la progression psychologique des personnages et échoue donc dans la tâche difficile qu’est la transposition des pensées d’un protagoniste sur grand écran. Cette faille est d’autant plus consternante que l’œuvre originale proposait une solution très élégante à ce problème à travers le Jeu personnel : un jeu en réalité virtuelle qui répond à l’état d’esprit de son utilisateur et ressemble donc à un rêve. Malheureusement, Gavin Hood a préféré traiter le Jeu comme une contrainte scénaristique à expédier le plus rapidement possible, en deux très courtes scènes.

Une de ces deux scènes nous donne d’ailleurs l’occasion de parler d’une autre part importante du récit et du parcours psychologique de Ender : Peter et Valentine. Comme prévu dans l’article précédent, toute la partie politique les entourant a été supprimée. Ce qui interpelle en revanche, c’est que, dans le film, tous les enfants ont été vieillis. Si cela n’est pas dérangeant pour Ender ou les autres élèves de l’école de Guerre, voir un Peter d’à peu près 18 ans martyriser son petit frère devient inexplicablement beaucoup moins crédible.

Les effets spéciaux, en revanche, sont tout à fait convaincants. Globalement, on peut dire que les scènes de batailles (à l’école de Guerre – avec des petites armadas en gravité zéro – ou à l’école de Commandement avec de grandes batailles galactiques) sont assez impressionnantes mais visent peut-être parfois trop le grand spectacle pour arriver à servir l’histoire en même temps.

Au final, La stratégie Ender est un film d’action/science-fiction décent et relativement intelligent mais n’atteint jamais la maestra du livre qu’il adapte. On le rangera aux côtés d’autres adaptations oubliables de livres géniaux comme La Boussole d’Or.

Enfin, signalons que, grâce à son grand succès au box-office, une adaptation de la suite est considérée mais en format série cette fois ci. Cela laissera peut-être plus de temps à l’histoire pour respirer ; occasion d’autant plus propice que cette partie du récit est beaucoup plus portée sur la réflexion et le dialogue et n’offre plus de prétexte aux débauches d’effets spéciaux : exit les batailles spatiales et bonjour aux dialogues inter-espèces.

La Stratégie Ender
stratégie ender
RéalisateurGavin Hood
ScénaristeGavin Hood
ProducteurGigi Pritzker
DistributeurMetropolitan Films
Bande OriginaleSteve Jablonsky
Date de Sortie06 Novembre 2013
GenreScience-Fiction
19e6a6ea-c93a-4d71-950d-7d567d73b1aa

 

La stratégie Ender (partie 2)
5 1 vote