Les Minions

Les Minions

A moins d’avoir passé les cinq dernières années au fin fond d’une grotte, vous avez déjà entendu parler des Minions. Vous savez, ces petites gélules jaunes à la bouille ultra craquante, stupides mais attachants et dont le langage se résume à un mélange d’anglais, de français, d’espagnol, de japonais et d’espéranto. Depuis Moi, moche et méchant 1 et 2, elles sont devenues la coqueluche du monde entier (ou presque). Dans les deux films d’animation réalisés entre 2010 et 2013 par le Français Pierre Coffin sous la houlette des studios Illumation Mac Guff, ces petites créatures sont au service du Méchant-mais-pas-trop-quand-même Gru, dont ils sont les bonhommes à tout faire. En effet, « minion » ne veut pas dire mignon en anglais mais… larbin. Hé oui. Mais les choses n’ont pas toujours été en l’état, comme nous le raconte le film Les Minions, sorti dans les salles obscures depuis le 8 juillet 2015, qui a comptabilisé plus de deux millions de spectateurs en une seule semaine et qui illustre ainsi son véritable statut de phénomène. Cependant, Les Minions confirme que ne réussit pas un spin-off qui veut, même lorsque l’on s’appelle Pierre Coffin…

Un grand retour en arrière s’opère et voilà que nous retrouvons nos joyeux drilles à l’ère préhistorique. Leur mission : se mettre au service du maître le plus méchant de l’univers. Mais comme ils sont à la fois maladroits, un peu stupides et pas toujours très dégourdis, tout ne se passe évidemment pas comme prévu et voilà comment, après avoir fait (entre autres) dévaler un tyrannosaure d’une falaise, fondre le comte Dracula et catapulter l’empereur Napoléon, les Minions se retrouvent alors désoeuvrés, déprimés et sans personne pour les guider. Mais cette vie monotone et sans saveur n’est pas du goût du téméraire Kevin, vite rejoint par Stuart et Bob : tous les trois, ils décident de partir à l’aventure et de tenter leur chance afin de trouver LE parfait chef pour leur petite compagnie. Les voilà qui débarquent à New-York en 1968, où ils font la connaissance de l’odieuse Scarlett Overkill, doublée en français par Marion Cotillard. Son projet : voler la couronne de la reine d’Angleterre Elizabeth II et prendre sa place sur le trône. Pour arriver à ses fins, elle compte bien emmener nos trois compères avec elle dans cette périlleuse mission… Direction Londres !

Les Minions

Les Minions

Après des mois d’attente et plusieurs bandes-annonces savamment distillées afin de mettre l’eau à la bouche des fans et des spectateurs, le film s’avère être, dans l’ensemble, une déception. Certes, les clins d’oeil et autres références à l’époque sont plaisants et la bande originale, qui fleure bon les années 1970 à grands renforts de tubes des Beatles ou des Doors, est géniale. Mais est-ce véritablement pour cela que l’on va voir le film ? Tant de scènes, de choses ont été montrées dans les différentes bandes-annonces que toutes les cinq premières minutes du film sont connues et les extraits les plus drôles ne sont plus vraiment une surprise pour le spectateur.

Les Minions démarre sur les chapeaux de roues et pendant plus d’une heure et demie, le film enchaîne cascades, explosions, cavalcades et autres scènes d’action en tous genres, ce qui peut avoir tendance à lasser quelque peu le public, qui ne dispose pas d’une minute de répit.

Dommage pourtant que le scénario manque autant d’épaisseur et le personnage de Scarlett Overkill, de relief et d’inventivité. Par un retournement de situation plutôt banal, les Minions se retrouvent tout-à-coup à combattre Scarlett et Herb, son mari, alors qu’ils doivent normalement avant tout être du côté des bad guys. Sans vous dévoiler la fin, elle est l’une des rares scènes du film véritablement et complètement réussie et elle arrive à raccorder à merveille Les Minions avec les précédents opus de Moi, moche et méchant.

Ce long-métrage, certes animé de bonnes intentions, ne parvient malheureusement jamais vraiment à décoller et à convaincre, malgré ses trois petits héros attachants et farceurs. Baisses de régime, réserves et déceptions ne manquent pas tout au long du film, malgré un argument de départ accrocheur et quelques bonnes idées émaillées ça et là. Les Minions reste malgré tout un film sympathique si l’on en attend pas trop et vous permettra de passer un agréable moment en famille ou entre amis. En espérant que Pierre Coffin et ses acolytes se ressaisiront et retrouveront l’inspiration pour nous concocter un Moi, moche et méchant 3 à la hauteur à l’horizon 2017…

La bande annonce des Minions, c’est par ici:

Les Minions
Forza Motorsport 6 cover
RéalisateurPierre Coffin, Kyla Bada
ScénaristeBrian Lynch
ProducteurChristopher Meledandri, Janet Healy
DistributeurUniversal Pictures
Bande OriginaleHeitor Pereira
Date de Sortie08 Juillet 2015
GenreFilm d’animation
19e6a6ea-c93a-4d71-950d-7d567d73b1aa
Les Minions (Pierre Coffin/Kyle Balda)
5 1 vote