Accueil Économie La Banque mondiale abaisse ses prévisions de croissance mondiale à 2,9 %...

La Banque mondiale abaisse ses prévisions de croissance mondiale à 2,9 % et met en garde contre la « stagflation »

45

La Banque mondiale a abaissé mardi ses prévisions de croissance mondiale de 1,2 point de pourcentage à 2,9 % pour 2022, avertissant que l’invasion de l’Ukraine par la Russie a aggravé les dégâts de la pandémie de COVID-19, de nombreux pays étant susceptibles de faire face à la récession.

L’invasion russe de l’Ukraine a amplifié le ralentissement de l’économie mondiale, qui entre maintenant dans ce qui pourrait devenir « une période prolongée de faible croissance et d’inflation élevée », a déclaré la Banque mondiale dans son rapport sur les perspectives économiques mondiales.

Le président de la Banque mondiale, David Malpass, a déclaré que la croissance mondiale était martelée par la guerre, les nouveaux blocages du COVID-19 en Chine, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et le risque de stagflation, une période de faible croissance et de forte inflation observée pour la dernière fois dans les années 1970.

« Le danger de stagflation est aujourd’hui considérable », écrit Malpass dans l’avant-propos du rapport. « Une croissance modérée persistera probablement tout au long de la décennie en raison de la faiblesse des investissements dans la majeure partie du monde. L’inflation atteignant actuellement des sommets sur plusieurs décennies dans de nombreux pays et l’offre devant croître lentement, il existe un risque que l’inflation reste plus élevée plus longtemps.  » Entre 2021 et 2024, le rythme de la croissance mondiale devrait ralentir de 2,7 points de pourcentage, a déclaré Malpass, soit plus du double de la décélération observée entre 1976 et 1979.

Lire aussi:  L'Ukraine accuse Moscou d'avoir emmené de force des civils en Russie

Le rapport prévenait que les augmentations de taux d’intérêt nécessaires pour contrôler l’inflation à la fin des années 1970 étaient si fortes qu’elles ont déclenché une récession mondiale en 1982 et une série de crises financières dans les marchés émergents et les économies en développement.

Bien qu’il y ait des similitudes avec les conditions de l’époque, il y avait aussi des différences importantes, notamment la force du dollar américain et des prix du pétrole généralement plus bas, ainsi que des bilans généralement solides dans les principales institutions financières.

Pour réduire les risques, les décideurs politiques doivent s’efforcer de coordonner l’aide à l’Ukraine, contrer la flambée des prix du pétrole et des denrées alimentaires, intensifier l’allègement de la dette, renforcer les efforts pour contenir le COVID-19 et accélérer la transition vers une économie à faible émission de carbone, a déclaré Malpass.

La banque prévoit une chute de la croissance mondiale à 2,9% en 2022 contre 5,7% en 2021, avec une croissance proche de ce niveau en 2023 et 2024. Elle a déclaré que l’inflation mondiale devrait se modérer l’année prochaine mais resterait probablement supérieure aux objectifs dans de nombreuses économies.

La croissance dans les économies avancées devrait ralentir fortement à 2,6 % en 2022 et 2,2 % en 2023 après avoir atteint 5,1 % en 2021.

Les économies des marchés émergents et en développement ont enregistré une croissance de seulement 3,4 % en 2022, contre 6,6 % en 2021, et bien en deçà de la moyenne annuelle de 4,8 % observée en 2011-2019.

Lire aussi:  Le Sri Lanka fait face à une pénurie de diesel alors que la crise économique s'aggrave (ministre)

Les retombées négatives de la guerre en Ukraine feraient plus que compenser tout coup de pouce à court terme tiré par les exportateurs de matières premières grâce à la hausse des prix de l’énergie, les prévisions de croissance pour 2022 étant révisées à la baisse dans près de 70 % des marchés émergents et des économies en développement.

L’économie régionale d’Europe et d’Asie centrale, qui n’inclut pas l’Europe occidentale, devrait se contracter de 2,9 % après une croissance de 6,5 % en 2021, rebondissant légèrement pour atteindre une croissance de 1,5 % en 2023. L’économie ukrainienne devrait se contracter de 45,1 % et La Russie de 8,9 %.

La croissance devrait ralentir fortement en Amérique latine et dans les Caraïbes, atteignant seulement 2,5 % cette année et ralentissant encore à 1,9 % en 2023, a indiqué la banque.

Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord bénéficieraient de la hausse des prix du pétrole, avec une croissance qui atteindrait 5,3 % en 2022 avant de ralentir à 3,6 % en 2023, tandis que l’Asie du Sud connaîtrait une croissance de 6,8 % cette année et de 5,8 % en 2023.

La croissance de l’Afrique subsaharienne devrait ralentir quelque peu à 3,7% en 2022 contre 4,2% en 2021, a indiqué la banque.

Article précédentApple CarPlay : de l’infodivertissement à une solution logicielle embarquée complète
Article suivantLe Sri Lanka, frappé par la crise, demande un prêt de 55 millions de dollars à l’Inde pour acheter de l’engrais