Accueil Économie Le PM de Pak demande au Premier ministre chinois de refinancer le...

Le PM de Pak demande au Premier ministre chinois de refinancer le prêt alors que l’économie reste dans le marasme

124

Dans un contexte d’affaiblissement de l’économie, le Premier ministre pakistanais Imran Khan a demandé au Premier ministre chinois Li Keqiang de refinancer davantage un prêt de 15 milliards de RMB qui a été accordé au pays il y a trois ans pour une nouvelle période de trois ans selon les conditions existantes, ont rapporté les médias vernaculaires locaux.

Le refinancement de prêt désigne le processus de souscription d’un nouveau prêt afin de rembourser un ou plusieurs prêts en cours.

Le prêt de trois ans avait été prolongé le 25 mars 2019 par un consortium de banques chinoises, dont China Development Bank, Bank of China et Industrial & Commercial Bank of China, pour financer le commerce entre les deux pays, financer des projets sous le corridor économique sino-pakistanais (CPEC), ainsi que d’autres projets ciblés, selon les rapports.

Lire aussi:  Les prix du pétrole brut prolongent leur rallye dans la perspective de nouvelles sanctions contre la Russie

Le prêt précédent était accordé à un taux d’intérêt de six mois au Shanghai Interbank Offered Rate (SHIBOR) plus une marge de 2,50 % pour une période de trois ans avec échéance le 25 mars 2022.

Le Pakistan a été confronté à de graves problèmes de liquidités et a demandé une restructuration de sa dette et des reports auprès des donateurs internationaux.

La Chine piège le Pakistan dans le piège de la dette de la Belt of Road Initiative (BRI) avec des taux d’intérêt élevés, des conditions de remboursement rigides et un manque de transparence.

Selon une étude du Fonds monétaire international, la dette extérieure du Pakistan a grimpé à 90,12 milliards de dollars en avril 2021, Islamabad devant 24,7 milliards de dollars à la Chine, soit plus de 27 % du fardeau de la dette du Pakistan.

Lire aussi:  La roupie pakistanaise enregistre le pire mois de son histoire en raison des inquiétudes suscitées par le prêt du FMI

Selon le FMI, le fardeau des dettes cachées et souveraines serait une cause majeure de préoccupation pour le Pakistan dans les prochains jours, car les actifs du Pakistan seront liés à l’économie chinoise.

Le parti Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI) d’Imran Khan, lorsqu’il était dans l’opposition, avait remis en cause les termes et conditions des projets du CPEC et le manque de transparence qui les entourait.

Cependant, le Pakistan n’a aujourd’hui pas d’autre issue que de suivre la ligne chinoise, comme en témoigne la façon dont le président pakistanais Imran Khan, lors de sa visite à Pékin pendant les Jeux olympiques d’hiver, a approuvé les délits commis par la Chine au Xinxiang, au Tibet, à Taïwan et dans la mer de Chine méridionale.

Article précédentLa hausse des prix des denrées alimentaires pourrait provoquer des troubles dans les pays pauvres, selon le chef de l’OMC
Article suivantLes États-Unis vont étendre les sanctions contre la Russie et accepter 100 000 réfugiés ukrainiens