Accueil High-Tech Big Tech fait face à une loi majeure de l’Union européenne sur...

Big Tech fait face à une loi majeure de l’Union européenne sur le discours de haine et la désinformation

84

S’attaquant aux discours de haine, à la désinformation et à d’autres contenus préjudiciables en ligne, l’Union européenne est sur le point de s’entendre sur une loi radicale qui obligerait les grandes entreprises technologiques à se surveiller davantage, permettrait aux utilisateurs de signaler plus facilement les problèmes et habiliterait les régulateurs à punir le non-respect des règles. milliards d’amendes.

Les responsables de l’UE négociaient vendredi les derniers détails de la loi sur les services numériques, qui réviserait le livre de règles numériques du bloc des 27 nations et consoliderait sa position de leader mondial dans la maîtrise du pouvoir des entreprises de médias sociaux et d’autres plateformes numériques, telles que Facebook. , Google et Amazon.

Les nouvelles règles, conçues pour protéger les internautes et leurs droits fondamentaux en ligne, rendraient les entreprises technologiques plus responsables des contenus créés par les utilisateurs et amplifiés par les algorithmes de leurs plateformes.

La DSA n’est rien de moins qu’un changement de paradigme dans la réglementation technologique. Il s’agit de la première tentative majeure d’établir des règles et des normes pour les systèmes algorithmiques sur les marchés des médias numériques, a déclaré Ben Scott, ancien conseiller en politique technologique d’Hillary Clinton, qui est maintenant directeur exécutif du groupe de défense Reset.

Une fois acceptée en principe, la loi devra encore être approuvée par le Parlement européen et le Conseil européen, même si cela ne devrait pas constituer un obstacle majeur. Il n’a pas été décidé quand la loi entrerait en vigueur.

Les négociateurs espéraient conclure un accord avant la fin de vendredi, avant les élections françaises de dimanche. Un nouveau gouvernement français pourrait définir des positions différentes sur le contenu numérique.

En vertu de la nouvelle loi, les plateformes de médias sociaux comme Facebook et Twitter devraient donner aux utilisateurs des outils pour signaler des choses comme le discours de haine de manière simple et efficace afin qu’il puisse être rapidement supprimé. Les marchés en ligne comme Amazon devraient faire de même pour les produits douteux, tels que les baskets contrefaites ou les jouets dangereux.

Ces systèmes seront standardisés afin qu’ils fonctionnent de la même manière sur n’importe quelle plate-forme en ligne.

Cela signifie que toute autorité nationale pourra demander la suppression de contenus illégaux, quel que soit l’endroit où la plateforme est établie en Europe, a déclaré le commissaire européen au marché unique, Thierry Breton, sur Twitter.

Lire aussi:  Fonction de déploiement de WhatsApp pour permettre aux utilisateurs de lire une note vocale en arrière-plan

Les entreprises qui enfreignent les règles s’exposent à des amendes pouvant atteindre 6 % de leur chiffre d’affaires mondial annuel, ce qui, pour les géants de la technologie, représenterait des milliards de dollars. Les récidivistes pourraient être bannis du marché de l’UE.

L’Europe est loin devant les États-Unis dans l’élaboration de réglementations pour les géants de la technologie afin de les obliger à protéger les personnes contre les contenus préjudiciables qui prolifèrent en ligne.

Les géants de la technologie ont fait pression avec fureur à Bruxelles pour assouplir les règles de l’UE. Google et Twitter ont refusé de commenter. Facebook n’a pas répondu aux demandes de commentaires. Amazon a fait référence à un article de blog de l’année dernière qui indiquait qu’il se félicitait des mesures qui renforcent la confiance dans les services en ligne et améliorent l’expérience des clients et des entreprises en Europe.

La loi sur les services numériques comprend également des mesures pour mieux protéger les enfants en interdisant la publicité destinée aux mineurs. Les publicités en ligne ciblant les utilisateurs en fonction de leur sexe, de leur origine ethnique et de leur orientation sexuelle seraient également interdites.

Il y aurait également une interdiction des techniques trompeuses dites de schémas sombres pour inciter les utilisateurs à faire des choses qu’ils n’avaient pas l’intention de faire, comme l’inscription à des services faciles à opter, mais difficiles à refuser.

Les entreprises technologiques devraient effectuer des évaluations annuelles des risques sur le contenu illégal, la désinformation et d’autres informations préjudiciables, puis rendre compte de leurs progrès.

Jusqu’à présent, les régulateurs n’avaient pas accès au fonctionnement interne de Google, Facebook et d’autres services populaires. Mais en vertu de la nouvelle loi, les entreprises devront être plus transparentes et fournir des informations aux régulateurs et aux chercheurs indépendants sur les efforts de modération de contenu.

Cela pourrait signifier, par exemple, que YouTube transmette des données indiquant si son algorithme de recommandation a dirigé les utilisateurs vers plus de propagande russe que la normale.

Lire aussi:  Google Chat remplacera les Hangouts classiques pour les utilisateurs de Workspace à partir de mars

Pour faire appliquer les nouvelles règles, la Commission européenne devrait embaucher plus de 200 nouveaux membres du personnel. Pour le payer, les entreprises technologiques se verront facturer des frais de surveillance », qui pourraient représenter jusqu’à 0,1 % de leur revenu net mondial annuel, selon les négociations.

Cette loi renforcerait le rôle de l’Europe en tant que leader mondial de la réglementation technologique. Scott a déclaré que les nouvelles règles déclencheront probablement des efforts de réglementation imitateurs de la part des gouvernements d’autres pays, tandis que les entreprises technologiques subiront également des pressions pour déployer les règles au-delà des frontières de l’UE.

Si Joe Biden se tient sur le podium et dit Bon sang, pourquoi les consommateurs américains ne méritent-ils pas les mêmes protections que Google et Facebook accordent aux consommateurs européens, il sera difficile pour ces entreprises de nier l’application des mêmes règles ailleurs , il a dit.

L’UE est parvenue à un accord séparé le mois dernier sur sa soi-disant loi sur les marchés numériques, une loi visant à limiter le pouvoir de marché des géants de la technologie et à leur faire traiter équitablement leurs petits rivaux.

La loi révolutionnaire antérieure de l’UE, le règlement général sur la protection des données, a établi la norme mondiale en matière de protection de la confidentialité des données, bien qu’elle ait été critiquée pour ne pas être efficace pour changer le comportement des entreprises technologiques. Une grande partie du problème avec GDPR est centrée sur le fait que le principal régulateur de la confidentialité d’une entreprise se trouve dans le pays où se trouve son siège social européen, qui pour la plupart des entreprises technologiques est l’Irlande.

Les régulateurs irlandais ont ouvert des dizaines d’enquêtes sur Facebook, Google et d’autres entreprises de la Silicon Valley depuis l’entrée en vigueur du RGPD en 2018, mais n’ont rendu des jugements que pour une poignée. Les critiques disent que le problème est le manque de personnel, mais le régulateur irlandais affirme que les cas sont complexes et prennent du temps.

Les responsables de l’UE ont appris de cette expérience et feront de la Commission exécutive du bloc l’exécuteur de la DSA et de la DMA.

Article précédentL’interdiction d’exporter de l’huile de palme nuira à d’autres pays, mais c’est nécessaire (Indonésie FM)
Article suivantLa ville de Mumbai subit une défaite 0-6 contre Al Shabab et se retire de la Ligue des champions de l’AFC