Accueil International Covid-19 : Singapour signale le premier décès lié à Omicron

Covid-19 : Singapour signale le premier décès lié à Omicron

72

Singapour a signalé samedi son premier décès lié à Omicron, une femme non vaccinée de 92 ans qui a attrapé le virus d’un membre de sa famille, selon un rapport des médias.

La femme, qui n’avait aucun antécédent médical connu, est décédée le 20 janvier, environ 10 jours après avoir attrapé le virus d’un membre de la famille, a rapporté Channel News Asia.

« Après enquête, les médecins ont conclu que le décès était dû à une infection au COVID-19, par la variante Omicron », indique le rapport, citant un communiqué du ministère de la Santé.

La femme n’était pas vaccinée et n’avait aucun antécédent médical connu, a indiqué le ministère.

Pendant ce temps, Singapour a signalé vendredi 3 155 nouvelles infections au COVID-19, dont 2 794 infections locales et 361 infections importées, portant le total national à 307 813 depuis le début de la pandémie. Une autre personne a succombé à l’infection, portant le nombre de morts à 846.

Lire aussi:  Glenmark obtient un clin d'œil de l'USFDA pour un spray nasal pour traiter la rhinite allergique saisonnière

Vendredi, le gouvernement avait déclaré que Singapour devrait voir une vague importante de cas de Covid-19 alors que la variante plus infectieuse d’Omicron se propage dans la communauté, ce qui pourrait mettre à rude épreuve sa capacité de soins de santé.

S’adressant à une conférence de presse, le ministre du Commerce et de l’Industrie, Gan Kim Yong, qui copréside le groupe de travail multiministériel chargé de la pandémie, a déclaré qu’environ 70% des cas quotidiens sont désormais de la variante Omicron, qui est devenue la souche dominante en place. de Delta.

Cette proportion pourrait être encore plus élevée – près de 90 % ou plus, a-t-il déclaré, cité par le journal The Straits Times.

Article précédentOpen d’Australie : Medvedev passe en quarts de finale, Sinner élimine De Minaur
Article suivantL’or s’approche de son plus haut depuis deux mois alors que les tensions russo-ukrainiennes mijotent