Accueil International La Haute Cour britannique se prononcera sur la tentative de Julian Assange...

La Haute Cour britannique se prononcera sur la tentative de Julian Assange d’empêcher l’extradition des États-Unis

67

Cette décision est la dernière étape de la longue bataille d’Assange pour éviter d’être envoyé aux États-Unis pour faire face à des accusations d’espionnage pour la publication par WikiLeaks de documents classifiés il y a plus de dix ans.

Il y a un peu plus d’un an, un juge du tribunal de district de Londres a rejeté une demande d’extradition américaine au motif qu’Assange risquait de se suicider s’il était détenu dans des conditions de détention difficiles aux États-Unis.

Les autorités américaines ont ensuite assuré que le fondateur de WikiLeaks ne serait pas confronté aux conditions sévèrement restrictives qui, selon ses avocats, mettraient sa santé physique et mentale en danger.

Le mois dernier, la Haute Cour a annulé la décision du tribunal inférieur. Les juges de la Haute Cour Ian Burnett et Timothy Holroyd ont déclaré que les promesses américaines étaient suffisantes pour garantir qu’Assange serait traité avec humanité.

Ils ont déclaré que les promesses américaines étaient des engagements solennels, offerts par un gouvernement à un autre, qui lieront tous les fonctionnaires et procureurs qui traiteront des aspects pertinents de l’affaire de M. Assange maintenant et à l’avenir.

Lire aussi:  Un examen plus approfondi du cas de la neuroscientifique Pak Aafia Siddiqui, emprisonnée au Texas

Les avocats d’Assange affirment que ces promesses ne sont pas fiables et ont demandé l’autorisation de faire appel devant la plus haute cour de Grande-Bretagne. Ils soutiennent que la promesse du gouvernement américain selon laquelle Assange ne sera pas soumis à des conditions extrêmes n’a aucun sens car elle est conditionnelle et pourrait être modifiée à la discrétion des autorités américaines.

Nick Vamos, associé chez Peters & Peters solicitors à Londres et ancien responsable de l’extradition au Crown Prosecution Service britannique, a déclaré qu’il était peu probable que l’appel soit accordé. Assange ne peut porter l’affaire devant la Cour suprême que si la Haute Cour décide qu’il y a des questions d’importance publique à examiner.

Même si les juges de la Haute Cour rejettent cet argument, il est peu probable que la longue saga juridique se termine immédiatement. Assange a encore d’autres voies de recours contre la décision d’extradition qui lui sont ouvertes.

Assange, 50 ans, est détenu à la prison de haute sécurité de Belmarsh à Londres depuis 2019, date à laquelle il a été arrêté pour avoir sauté la caution lors d’une bataille juridique distincte. Avant cela, il a passé sept ans enfermé à l’intérieur de l’ambassade de l’Équateur à Londres. Assange a demandé protection à l’ambassade en 2012 pour éviter d’être extradé vers la Suède pour faire face à des allégations de viol et d’agression sexuelle.

Lire aussi:  Avec des ventes record de 10,7 milliards de dollars, Qualcomm envisage l'IoT et l'espace Metaverse

La Suède a abandonné les enquêtes sur les crimes sexuels en novembre 2019 parce que tant de temps s’était écoulé.

Les procureurs américains affirment qu’Assange a illégalement aidé l’analyste du renseignement de l’armée américaine Chelsea Manning à voler des câbles diplomatiques et des dossiers militaires classifiés que WikiLeaks a ensuite publiés, mettant des vies en danger.

Les avocats d’Assange soutiennent que leur client n’aurait pas dû être inculpé car il agissait en tant que journaliste et est protégé par le premier amendement de la Constitution américaine qui garantit la liberté de la presse. Ils disent que les documents qu’il a publiés ont révélé les actes répréhensibles de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan.

Article précédentOpen d’Australie : Ash Barty passe en demi-finale
Article suivantAO 2022 : Kyrgios frappe accidentellement un enfant dans la foule, se réconcilie avec classe