Accueil International La société malaisienne Supermax adopte une nouvelle politique de gestion des travailleurs...

La société malaisienne Supermax adopte une nouvelle politique de gestion des travailleurs migrants

59

Le fabricant de gants malaisien Supermax Corp Bhd a mis en place une nouvelle politique de gestion des travailleurs étrangers qui étend son champ d’application de la correction des frais de recrutement pour inclure les anciens travailleurs directement embauchés et sous contrat, a-t-il annoncé mardi.

La police couvrira les travailleurs qui ont quitté l’entreprise avant octobre 2019, a déclaré Supermax dans un communiqué déposé auprès de la bourse.

Supermax fait face à une interdiction d’importation par les douanes américaines depuis octobre en raison d’indications de travail forcé dans ses opérations, et le mois dernier, le Canada a résilié son contrat d’approvisionnement avec l’entreprise sur des allégations similaires.

Les travailleurs de l’entreprise ont également demandé un contrôle judiciaire de la décision du gouvernement britannique d’approuver l’entreprise
en décembre en tant que fournisseur de son National Health Service.

Lire aussi:  Apple redevient le premier acteur chinois des smartphones après six ans

Le fabricant a déclaré que les nouvelles initiatives et les critères d’éligibilité révisés pour la réparation ont été convenus après avoir demandé l’avis et les conseils d’une société de conseil internationale anonyme et grâce à un engagement continu avec le militant des droits des travailleurs migrants Andy Hall.

« Supermax a également engagé une société de conseil internationale pour continuer d’évaluer et de conseiller sur le paiement à tous nos travailleurs actuels et anciens ainsi que pour suivre et localiser ces travailleurs qui sont retournés dans leur pays d’origine », a-t-il déclaré.

L’entreprise mettra en place un fonds d’amortissement régi par un comité consultatif pour l’effort d’assainissement, qui sera examiné une fois épuisé.

Supermax a jusqu’à présent versé 25,67 millions de ringgits (6,13 millions de dollars) en réparation couvrant les frais de recrutement passés, à titre gracieux et autres coûts connexes pour les travailleurs, a-t-il déclaré.

Lire aussi:  La Pologne a accueilli plus de 1,8 million de réfugiés ukrainiens jusqu'à présent (secrétaire d'État)

Article précédentNeil Young s’en prend au PDG de Spotify et aux grandes banques pour la désinformation de Covid
Article suivantPour un joueur de hockey de 11 ans, l’essoufflement signale un cœur en difficulté