Accueil International Le renseignement secret a un rôle inhabituellement public dans la guerre en...

Le renseignement secret a un rôle inhabituellement public dans la guerre en Ukraine

92

La guerre en Ukraine est le conflit où les espions sont venus du froid et ont occupé le devant de la scène.

Les États-Unis ont déclassifié cette semaine les conclusions des services de renseignement affirmant que le président russe Vladimir Poutine est mal informé des mauvaises performances de son armée en Ukraine par des conseillers qui ont peur de lui dire la vérité.

Jeudi, un chef d’espionnage britannique a déclaré que les troupes russes démoralisées refusaient d’exécuter les ordres et sabotaient leur propre équipement.

Jeremy Fleming, qui dirige l’agence britannique de renseignement électronique GCHQ, a fait ces commentaires dans un discours public où il a déclaré que le rythme et l’ampleur auxquels les renseignements secrets sont diffusés sont vraiment sans précédent.

Mark Galeotti, un expert de la Russie à l’University College de Londres, a convenu que la campagne de renseignement très publique reflète le fait que nous vivons maintenant à une époque différente, politiquement et internationalement. Et c’est un autre type de guerre.

Les responsables affirment que le flux de renseignements déclassifiés, qui comprend des briefings réguliers aux journalistes à Washington et à Londres et des mises à jour quotidiennes sur Twitter du ministère britannique de la Défense, a plusieurs objectifs.

C’est en partie pour faire savoir à Poutine qu’il est surveillé et pour lui faire remettre en question ce qu’on lui dit. Il est également conçu pour encourager l’armée russe à dire la vérité à Poutine et à faire comprendre au public russe qu’on lui a menti à propos de la guerre.

Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont également publié des évaluations du renseignement dans le but de dissuader les actions russes. Ce fut le cas avec les récents avertissements que la Russie pourrait se préparer à utiliser des armes chimiques en Ukraine.

Tout cela fait partie d’une stratégie transatlantique étroitement coordonnée qui est en préparation depuis des mois.

Les responsables de l’administration Biden ont déclaré qu’ils avaient décidé de partager de manière agressive des renseignements et de coordonner les messages avec des alliés clés, y compris la Grande-Bretagne, alors que les inquiétudes des États-Unis concernant les mouvements de troupes russes à l’automne 2021 mettaient la communauté du renseignement en état d’alerte.

Lire aussi:  Le feu de forêt en Californie triple de taille pour atteindre plus de 18 000 acres en seulement 24 heures

Début novembre, le président Joe Biden a dépêché le directeur de la CIA, William Burns, à Moscou pour avertir que les États-Unis étaient parfaitement au courant des mouvements de troupes russes.

La Maison Blanche a généralement été discrète sur les voyages du réalisateur, mais l’administration Biden a calculé que dans cette situation, elle devait annoncer la visite au loin.

L’ambassade des États-Unis à Moscou a annoncé que Burns avait rencontré de hauts responsables du Kremlin peu de temps après la fin de son voyage.

Peu de temps après la mission de Burns à Moscou, les responsables américains ont décidé qu’ils devaient accélérer le partage de renseignements.

Les responsables ont partagé des renseignements sensibles avec d’autres membres de l’alliance Five Eyes, la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ainsi qu’avec l’Ukraine.

La directrice du renseignement national, Avril Haines, a été dépêchée à Bruxelles pour informer les membres de l’OTAN des renseignements sous-jacents aux préoccupations américaines croissantes selon lesquelles la Russie semble déterminée à l’invasion, selon un responsable américain familier avec le sujet, qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat pour discuter de la question sensible.

Certains alliés et analystes étaient sceptiques, avec des souvenirs persistants d’échecs passés en matière de renseignement, comme la fausse affirmation que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive qui ont été utilisées pour justifier l’invasion de l’Irak menée par les États-Unis en 2003.

À la fin de l’année dernière, la France et l’Allemagne ont dirigé un groupe de pays européens qui semblaient voir des renseignements militaires similaires à ceux des États-Unis et de la Grande-Bretagne, mais étaient moins convaincus qu’une invasion de l’Ukraine était imminente.

A l’OTAN, l’Allemagne a d’abord bloqué l’utilisation d’un système d’aide à l’Ukraine pour l’acquisition de certains équipements militaires.

La France et l’Allemagne ont également empêché l’OTAN de lancer un système de planification de crise précoce en réponse à l’accumulation, avant de céder en décembre.

Cette semaine, les médias français ont rapporté que le chef de l’agence de renseignement militaire française, qui n’avait pas anticipé l’invasion russe, avait été démis de ses fonctions.

Le départ d’Eric Vidaud intervient au milieu d’une introspection parmi les dirigeants français sur les raisons pour lesquelles ils ont été pris par surprise par la guerre, ce qui a été particulièrement embarrassant pour le président Emmanuel Macron, qui s’entretient régulièrement avec Poutine.

Lire aussi:  Downing Street présente ses excuses à la reine Elizabeth pour avoir organisé des fêtes de verrouillage

Certains considèrent Vidaud comme un bouc émissaire et notent que son retrait intervient juste avant l’élection présidentielle française de ce mois-ci.

En janvier, alors que la Russie rassemblait des troupes près de la frontière ukrainienne, le ministère britannique des Affaires étrangères a publié une déclaration alléguant que Poutine voulait installer un régime pro-Moscou en Ukraine.

Le Royaume-Uni a déclaré qu’il rendait publique l’évaluation du renseignement en raison de circonstances exceptionnelles.

L’invasion de la Russie le 24 février a largement fait taire les sceptiques et a suscité une réponse unifiée de l’OTAN.

La publication des renseignements américains et britanniques est en partie conçue pour renforcer cette unité occidentale, selon des responsables et des analystes. Biden et le Premier ministre britannique Boris Johnson doutent que Poutine veuille sérieusement négocier la fin de la guerre et souhaitent maintenir le soutien militaire et moral de l’Occident à l’Ukraine.

L’impact à l’intérieur de la Russie est difficile à mesurer.

Le responsable américain qui s’est entretenu avec l’AP a déclaré que la Maison Blanche espère que la divulgation de renseignements selon lesquels Poutine est mal informé pourrait aider le dirigeant russe à reconsidérer ses options en Ukraine.

Mais la publicité pourrait également risquer d’isoler davantage Poutine ou de le faire redoubler d’efforts pour restaurer le prestige russe perdu depuis la chute de l’Union soviétique.

Le responsable a déclaré que Biden est en partie façonné par la conviction que Poutine va faire ce que Poutine va faire, quels que soient les efforts internationaux pour le dissuader.

Galeotti a déclaré que les agences de renseignement occidentales ne savent probablement pas quel impact leurs efforts auront sur Poutine.

Mais il n’y a pas de mal à essayer, dit-il.

Parce qu’en fin de compte, dans ce genre de système (de gouvernement) intensément personnaliste, si une ligne, ou une notion particulière, arrive à passer et à se loger dans le cerveau de Poutine, alors c’est un résultat vraiment puissant.

Article précédentTesla livre 310 000 véhicules malgré un « trimestre exceptionnellement difficile »
Article suivantLes retombées russo-ukrainiennes commencent à abattre les fragiles économies « frontières »