Accueil International Les dissidents pakistanais saluent la décision de la Cour suprême de leur...

Les dissidents pakistanais saluent la décision de la Cour suprême de leur pays

74

Un groupe d’éminents dissidents pakistanais a salué vendredi la décision de la Cour suprême de leur pays, rétablissant son parlement élu après sa dissolution illégale par le Premier ministre Imran Khan.

La Cour suprême du Pakistan a statué du bon côté de l’histoire en confirmant la Constitution du Pakistan, Sud-Asiatiques contre le terrorisme et pour les droits de l’homme (SAATH), a déclaré un groupe pro-démocratie de Pakistanais.

C’est aussi le moment où toutes les institutions de l’État se penchent sur les débris des quatre dernières années, a-t-il déclaré dans un communiqué.

SAATH a déclaré que si le dernier jugement de la Cour suprême est une étape positive, il est également important que l’horrible pratique de « disparition » des personnes cesse.

Parmi les membres éminents du SAATH figurent l’ancien sénateur Afrasiab Khattak, le député Mohsin Dawar, les anciens ambassadeurs Husain Haqqani et Kamran Shafi, l’ancien rédacteur en chef du Daily Times Rashed Rahman, le chroniqueur Mohammed Taqi, les journalistes Taha Siddiqui, Gul Bukhari et Marvi Sirmed et les militants Gulalai Ismail. , Tahira Jabeen, Shahzad Irfan et Farhan Kaghzi.

Lire aussi:  L'Arabie saoudite transfère une participation de 80 milliards de dollars d'Aramco à un fonds de richesse

Peu de considération a été accordée à la Constitution, à l’économie, aux affaires étrangères et à la gouvernance sous Imran Khan, ont-ils déclaré.

L’opposition a été poursuivie sans relâche sans raison par les organes coercitifs de la « junte hybride », ont-ils ajouté.

Les journalistes, politiciens, diplomates et intellectuels dissidents, dont plusieurs vivent en exil par crainte pour leur vie, ont évoqué la persécution de certains de leurs collègues.

Parlant d’Ali Wazir, un membre emprisonné de l’Assemblée nationale, le communiqué de la SAATH indique qu’il a été enfermé pendant neuf mois sur une accusation complètement fallacieuse pour laquelle aucune preuve n’a été présentée en trois ans et une caution a été refusée contre l’esprit de la constitution .

Dans sa déclaration, SAATH espère que les institutions de l’État pakistanais se rendront compte qu’il n’est jamais utile de « concevoir » la politique et que toutes les institutions doivent fonctionner dans les limites fixées pour elles par la Constitution.

Lire aussi:  Le représentant américain Don Young, le plus ancien membre du Congrès de l'Alaska, décède à 88 ans

Il est également à espérer que le Pakistan se rendra désormais à des élections justes et libres et que le gouvernement qui sera formé après que le peuple aura parlé accordera une attention et un soulagement immédiats aux communautés opprimées, que ce soit au Balouchistan ou au Khyber-Pakhtunkhwa et au Gilgit-Baltistan, dit le communiqué de la SAATH.

Article précédentLe Premier ministre Imran Khan s’adressera à la nation aujourd’hui ; jure de se battre jusqu’au dernier bal
Article suivantLigue 1 : Lorient inscrit 6 buts face à Saint-Etienne en championnat de France