Accueil International Les marchés américains pointent à la hausse après des gains en Europe...

Les marchés américains pointent à la hausse après des gains en Europe dans le cadre du conflit en Ukraine

66

Les marchés américains se sont dirigés vers une ouverture plus élevée vendredi après de solides gains en Europe, alors que l’incertitude entourant la guerre en Ukraine et la persistance d’une inflation élevée continuent de secouer les marchés. Les marchés asiatiques ont baissé du jour au lendemain.

Les investisseurs s’inquiètent d’une économie mondiale confrontée à des pressions sur les prix et à un ralentissement de la croissance. Les prix du pétrole ont augmenté vendredi alors que les forces russes élargissaient leur offensive en Ukraine, attaquant deux grandes villes à l’ouest et un centre industriel à l’est du pays.

À Wall Street, les contrats à terme sur le Dow Jones Industrial Average ont augmenté de 1,1% vendredi matin et de même pour le S&P 500 ont augmenté de 1,3%.

Le DAX allemand a augmenté de 3,2 % à midi, le CAC 40 à Paris a gagné 2,2 % et le FTSE 100 à Londres a gagné 1,4 %.

Un plan visant à révoquer le statut commercial de la nation la plus favorisée de la suite à son invasion de l’Ukraine a ajouté au malaise face aux répercussions économiques de l’aggravation du conflit après que les pourparlers entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays n’ont montré aucun progrès concret.

Le président Joe Biden prévoit d’annoncer le changement vendredi, selon une source proche du dossier qui s’est exprimée sous couvert d’anonymat pour prévisualiser l’annonce. Cela permettra aux États-Unis et à d’autres grands pays industriels d’augmenter les droits de douane sur certaines exportations russes.

Cette décision pourrait n’avoir qu’un impact modeste sur le commerce, car elle aura un effet négligeable sur la plupart des exportations de pétrole, de gaz et d’autres ressources russes, ont déclaré des experts.

Les investisseurs restaient à l’écart avant le week-end, étant donné le potentiel de grosses surprises alors que les marchés sont fermés, ont déclaré les analystes.

Lorsque la confiance est faible, les gestionnaires de risques sont aux commandes, maintenant la liquidité des banques et des teneurs de marché au minimum, ce qui pourrait exacerber les mouvements interjournaliers, a déclaré Stephen Innes d’API Asset Management dans un commentaire.

Lire aussi:  Les échanges cryptographiques n'empêcheront pas les Russes, ce qui fait craindre des sanctions dérobées

Et ce n’est pas étonnant, car prédire les actions quotidiennes du marché est à peu près aussi cohérent que de lancer une pièce, a déclaré Innes.

Dans le commerce asiatique, l’indice Nikkei 225 de Tokyo a perdu 2,1% à 25 162,78 et le Hang Seng à Hong Kong a perdu 1,6% à 20 553,79.

L’indice Shanghai Composite a inversé les pertes antérieures, gagnant 0,4% à 3 309,75 après que le Premier ministre chinois Li Keqiang, numéro 2 du pays, a déclaré que le gouvernement espérait créer jusqu’à 13 millions de nouveaux emplois cette année.

Alors que la législature chinoise, en grande partie cérémonielle, terminait sa session annuelle, Li a promis des politiques favorables à l’emploi, notamment des réductions d’impôts et de frais totalisant 2 500 milliards de yuans (400 milliards de dollars) pour les entreprises. Ces mesures visent à contrer un ralentissement de la croissance, qui est tombée à 4 % sur un an au dernier trimestre 2021, en baisse par rapport à l’expansion de 8,1 % sur l’année entière.

La flambée des cas de coronavirus en Chine continentale et à Hong Kong a ajouté aux inquiétudes qui pèsent sur leurs marchés.

Le Kospi à Séoul a baissé de 0,7% à 2 661,28. En Australie, le S&P/ASX 200 a cédé 0,9% à 7 063,60.

Les prix du pétrole se sont modérés après des fluctuations sauvages plus tôt dans la semaine. Le brut de référence américain a augmenté de 52 cents à 106,54 $ le baril dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange. Il a chuté de 2,68 dollars jeudi à 106,02 dollars le baril.

Le brut Brent, la base des prix internationaux, a augmenté de 66 cents à 109,99 $ le baril à Londres.

Le brut de référence américain et celui-ci ont jusqu’à présent augmenté de plus de 40 % pour 2022, bien qu’ils restent en deçà des sommets atteints plus tôt cette semaine, lorsque le pétrole américain a brièvement dépassé les 130 dollars.

Lire aussi:  Le Malaisien Mahathir voit 50-50 chances que Najib Razak obtienne la grâce de 1MDB

Les va-et-vient du pétrole ne sont que quelques-unes des vagues qui secouent les marchés, la volatilité étant devenue la norme depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ce qui a ajouté aux inquiétudes quant à la hausse des prix du pétrole, du blé et d’autres matières premières.

Les investisseurs étaient déjà nerveux car la forte inflation pousse les banques centrales à relever les taux d’intérêt pour la première fois depuis le début de la pandémie et à suspendre les programmes lancés pour soutenir l’économie mondiale.

Un rapport publié jeudi a montré que les prix à la consommation aux États-Unis avaient bondi de 7,9 % en février par rapport à l’année précédente, la plus forte hausse depuis 1982. La lecture était largement conforme aux attentes et n’incluait pas les plus récentes flambées des prix du pétrole et de l’essence. Il n’a pas non plus atteint le seuil de 8% qui pourrait déclencher l’alarme.

La Réserve fédérale devrait relever son taux directeur à court terme d’un quart de point de pourcentage la semaine prochaine, la première hausse depuis 2018. La hausse des taux ralentit l’économie et la Fed tente de les relever suffisamment pour juguler l’inflation, mais pas tellement qu’il provoque une récession.

Dans d’autres échanges, le rendement du Trésor à 10 ans, qui suit les attentes en matière d’inflation et de croissance économique, a fléchi immédiatement après la publication du rapport sur l’inflation. Il est passé à 2% contre 1,94% mercredi soir. Tôt vendredi, il était à 2,02%.

Le dollar américain est passé de 116,11 yens à 116,88 yens, se situant près de son plus haut niveau face à la devise japonaise en six ans. L’euro est passé de 1,0987 $ à 1,1016 $.

Article précédentLa Russie dit qu’elle fermerait Meta si Facebook autorise les appels à mort de Poutine
Article suivantL’UE verse une première tranche d’aide de 300 millions d’euros à l’Ukraine