Accueil International Les prix du pétrole chutent pour la troisième journée consécutive alors que...

Les prix du pétrole chutent pour la troisième journée consécutive alors que l’UE suspend le plan de sanctions énergétiques de la Russie

142

Les prix du pétrole ont chuté pour une troisième journée consécutive jeudi après que l’Union européenne ait suspendu l’interdiction immédiate des importations russes de charbon et d’autres sources d’énergie, se donnant un peu de répit au milieu de la crise énergétique mondiale.

La pire épidémie de coronavirus à Shanghai en deux ans a ajouté au courant descendant du pétrole, qui a forcé un verrouillage dans la deuxième plus grande ville de Chine et suscité des inquiétudes quant à la demande dans le deuxième pays consommateur de pétrole au monde.

Le Brent, la référence mondiale pour le pétrole, s’est établi à 49 cents, ou 0,5 %, à 100,58 dollars le baril, après un creux jeudi de 98,50 dollars. La semaine dernière, le Brent a chuté de 13% la semaine dernière pour sa plus forte baisse hebdomadaire depuis avril 2020 après avoir terminé le premier trimestre en hausse de 39%.

Le brut de référence américain West Texas Intermediate (WTI) négocié à New York s’est établi à 20 cents, ou 0,2 %, à 96,03 $. Il a atteint un creux intrajournalier de 93,86 $ plus tôt. Le WTI s’est installé en dessous du support clé de 100 $ la semaine dernière alors qu’il a chuté d’environ 13 %, tout comme le Brent, pour sa pire semaine depuis avril 2020. Cela s’est produit malgré une hausse de 33 % au premier trimestre.

Lire aussi:  La Corée du Sud va augmenter la limite de taille des rassemblements privés et maintenir le couvre-feu des restaurants

Le haut diplomate de l’Union européenne, Josep Borrell, a déclaré lors d’une réunion de l’OTAN que de nouvelles mesures de l’UE contre la Russie, y compris une interdiction du charbon, pourraient être adoptées d’ici vendredi et que le bloc discuterait ensuite de l’imposition d’un embargo sur le pétrole. Cependant, l’interdiction du charbon prendrait pleinement effet à partir de la mi-août, un mois plus tard que prévu initialement, a déclaré Borrell.

Les prix du brut ont chuté pour un troisième jour consécutif après que l’Agence internationale de l’énergie, basée à Paris, a annoncé qu’elle libérerait 60 millions de barils des réserves de ses membres sur le marché libre, s’ajoutant à une libération antérieure de réserves de 180 millions de barils annoncée par les États-Unis.

Les 240 millions de barils combinés seraient ajoutés au marché sur une période de six mois, entraînant un afflux net de 1,33 million de barils par jour.

Lire aussi:  La première dame d'Ukraine relaie les horreurs de la guerre et appelle à une zone d'exclusion aérienne

Ce serait plus du triple des augmentations mensuelles de 400 000 barils par jour de production que les producteurs mondiaux de pétrole sous l’alliance OPEP+ contrôlée par l’Arabie saoudite et dirigée par la Russie ont réalisées.

L’OPEP+ maintient hors du marché au moins quatre millions de barils d’approvisionnement quotidien régulier nécessaires aux consommateurs pour garantir que les prix du brut restent supérieurs ou autour de 100 dollars le baril, ce qui est la norme depuis les sanctions américaines et européennes imposées à la Russie pour son armée spéciale. opération en Ukraine.

Par ailleurs, la livraison de quelque 3 millions de barils par jour d’exportations pétrolières russes est retardée par des sanctions, certaines étant carrément refusées.

Article précédentMeta cible la finance avec ‘Zuck Bucks’, pièces de créateur : Rapport
Article suivantLa Russie promet des représailles contre les dernières sanctions américaines (ministère des Affaires étrangères)