Accueil International Les prix du pétrole plongent alors que les États-Unis envisagent une libération...

Les prix du pétrole plongent alors que les États-Unis envisagent une libération record de réserves de 180 millions de barils

66

Par Noah Browning

Les contrats à terme sur le Brent pour mai ont chuté de 4,87 $, soit 4,3 %, à 108,58 $ le baril à 08 h 55 GMT. Le contrat de mai expire jeudi et les contrats à terme de juin les plus activement négociés ont baissé de 5,08 $ à 106,36 $, après avoir baissé de plus de 6 $ auparavant.

Les contrats à terme US West Texas Intermediate pour livraison en mai ont chuté de 5,90 $, ou 5,5 %, à 101,92 $ le baril après avoir touché un creux de 100,53 $.

« Les temps désespérés appellent clairement des mesures désespérées et il est clair que l’administration Biden pense que la flambée des prix du pétrole justifie cette décision de ronger les approvisionnements d’urgence du pays », a déclaré Susannah Streeter, analyste principale des investissements et des marchés chez Hargreaves Lansdown.

Lire aussi:  3 700 hectares de terres brûlées alors que les incendies de forêt se poursuivent en Gironde française

« Une libération goutte à goutte d’un million de barils de pétrole est prévue pour les six prochains mois, signe qu’il ne devrait pas y avoir de résolution rapide de la crise en Ukraine, qui a réduit l’approvisionnement en pétrole. »

Les analystes de Goldman Sachs ont déclaré que cette décision aiderait le marché pétrolier à se rééquilibrer en 2022, mais n’était pas une solution permanente.

« Cela resterait cependant une libération des stocks de pétrole, et non une source d’approvisionnement persistante pour les années à venir. Une telle libération ne résoudrait donc pas le déficit structurel d’approvisionnement, des années à venir. »

Les pays membres de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) doivent se réunir vendredi à 12h00 GMT pour décider d’une éventuelle libération collective de pétrole, a déclaré jeudi un porte-parole du ministre néo-zélandais de l’énergie.

Lire aussi:  La Russie vise la désinformation sur l'invasion de l'Ukraine contre les hispanophones

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés, dont la Russie, se réunissent jeudi et devraient s’en tenir à une augmentation prévue de leur objectif de production en mai.

Le pétrole a augmenté d’environ 3% mercredi alors que les pourparlers de paix s’enlisaient entre l’Ukraine et la Russie, deuxième exportateur mondial de pétrole.

Les sanctions financières occidentales imposées à Moscou suite à son invasion de l’Ukraine ont perturbé ses exportations de pétrole brut et de produits pétroliers. La Russie appelle ses actions en Ukraine une « opération spéciale ».

(Reportage de Liz Hampton à Houston, Florence Tan et Isabel Kua à Singapour; édité par David Goodman et Jason Neely)

Article précédentLe Premier ministre de Pak, Imran Khan, convoque une réunion du NSC avant le vote de défiance
Article suivantNick Kyrgios condamné à une amende de 35 000 $ pour des violations de l’Open de Miami