Accueil International L’Iran paie des frais d’adhésion à l’ONU en souffrance avec des fonds...

L’Iran paie des frais d’adhésion à l’ONU en souffrance avec des fonds gelés en Corée du Sud

103

L’Iran a payé sa dette à l’ONU avec les fonds du pays gelés en Corée du Sud dans le but de rétablir immédiatement son droit de vote, a déclaré dimanche le ministère des Finances de Séoul.

L’Iran a fait une demande d’urgence à la Corée du Sud le 13 janvier pour l’utilisation des fonds de Téhéran à Séoul pour payer ses cotisations après avoir été informé par l’ONU qu’il perdrait immédiatement son droit de vote pour les arriérés, rapporte l’agence de presse Yonhap.

L’Iran dispose de plus de 7 milliards de dollars de fonds pour les expéditions de pétrole gelées dans deux banques sud-coréennes – la Banque industrielle de Corée et la Woori Bank – en raison des sanctions américaines.

Les États-Unis ont réimposé les sanctions contre Téhéran en 2018 lorsque l’ancien président Donald Trump s’est retiré d’un accord nucléaire historique de 2015 avec l’Iran et cinq grandes puissances mondiales.

Lire aussi:  Les habitants de Shanghai se précipitent pour s'approvisionner alors que la deuxième étape du verrouillage de Covid se profile

Le ministère de l’Économie et des Finances a déclaré que 18 millions de dollars, une partie des frais en souffrance, avaient été versés à l’ONU vendredi, en utilisant les avoirs de Téhéran gelés en Corée du Sud après des consultations avec des organisations connexes, notamment le Bureau américain de contrôle des avoirs étrangers et le Secrétariat de l’ONU. .

« Le droit de vote de l’Iran à l’Assemblée générale devrait être rétabli immédiatement avec le paiement », a déclaré le ministère dans un communiqué.

C’est la deuxième fois que l’Iran utilise ses fonds détenus en Corée du Sud pour payer les frais de l’ONU après un cas similaire l’année dernière.

–IANS

ksk/

Article précédentHausse de l’inflation, Covid-19 rend les gens plus vulnérables au Népal
Article suivantLes disparités entre les sexes pourraient se creuser pour les médecins en raison de la COVID-19