Accueil International Manifestations anti-vax au Canada : arrivée du trumpisme ou colère contre les bordures...

Manifestations anti-vax au Canada : arrivée du trumpisme ou colère contre les bordures de Covid ?

89

Que se passe-t-il au Canada? Il est compréhensible que les observateurs internationaux soient troublés par les événements récents dans un pays mieux connu pour le sirop d’érable et le bon comportement.

Pendant près de trois semaines, de gros camions commerciaux ont bloqué les rues du centre-ville d’Ottawa devant les édifices du Parlement du Canada, klaxonnant et harcelant les résidents du centre-ville.

Pendant ce temps, dans l’ouest du Canada, un autre groupe a bloqué un important passage frontalier des États-Unis en Alberta. Plus récemment, des manifestants ont bloqué un pont clé entre les villes de Windsor et Détroit qui transporte plus du quart de tout le commerce transfrontalier entre le Canada et les États-Unis.

L’impulsion déclarée pour les manifestations était une exigence du gouvernement canadien selon laquelle tous les camionneurs transfrontaliers devaient être vaccinés contre le COVID-19. Alors que la grande majorité était déjà vaccinée, l’exigence a provoqué un « convoi » de camions et de dissidents qui se sont rendus à Ottawa pour faire entendre leur voix. Cela a déclenché un mouvement populiste plus large contre toutes les mesures COVID-19.

Aucune tradition de troubles

Le Canada n’a pas beaucoup de tradition d’agitation politique de masse, en particulier sur la droite politique. Les perturbations politiques récentes les plus importantes au Canada ont été les manifestations autochtones, comme un blocus ferroviaire en février 2020 qui a attiré une attention nationale massive.

Et le Canada a adopté une approche généralement unifiée, mais pas unanime, face à la pandémie — 83 % de la population admissible est vaccinée. Alors que certains dirigeants provinciaux ont été ambivalents au sujet des restrictions, le Canada est beaucoup plus uni dans sa réponse à la COVID-19 que les États-Unis. Mais le mandat de vaccination des camionneurs a été le point de basculement qui a déclenché ces protestations par une minorité petite mais bruyante.

Pour beaucoup, il s’agit de l’arrivée en force malvenue du trumpisme au Canada et du début d’une insurrection potentielle semblable à l’attaque de janvier 2021 contre le Capitole américain.

Il y a eu de nombreux incidents de comportement de harcèlement contre les résidents d’Ottawa. Des manifestants ont attaqué des journalistes. Une part importante et peut-être même la majorité des collectes de fonds pour les manifestations proviennent des Américains. Des drapeaux confédérés et des croix gammées ont été repérés dans les rangs des manifestants, ainsi que des pancartes QAnon et d’autres références au complot. Et les manifestants sont majoritairement blancs, même si plus de 22 % des Canadiens ne le sont pas.

Lire aussi:  Questions frontalières avec l'Inde à régler par le biais du mécanisme existant : Népal

Les peurs sont-elles exagérées ?

Mais certains insistent sur le fait que ces craintes sont exagérées et que les manifestations sont pour la plupart pacifiques et représentent simplement une population fatiguée des mesures pandémiques. En effet, les manifestations ont parfois une ambiance familiale ; à un moment donné, des châteaux gonflables gonflables pour enfants ont été installés au milieu des camions de protestation d’Ottawa.

Ces impressions très différentes ont coloré les rapports et les discussions populaires sur les manifestations. Comme le rapporte le journaliste Matt Gurney dans ses propres observations sur les manifestants d’Ottawa, les gens peuvent voir ce qu’ils veulent voir : « Cette foule est plutôt amicale. Mais quiconque vous dit qu’il n’y a pas de bord sombre ici est soit aveugle, soit vous ment.

Ainsi, les manifestations peuvent être encadrées de différentes manières – une menace profonde pour la démocratie directement issue du livre de Trump ou une expression politique valide. Et ce cadrage divise les Canadiens.

Un sondage révèle que 72 % des Canadiens estimaient que les manifestants devraient « rentrer chez eux ». Mais un autre sondage a révélé que 46 % des Canadiens ressentaient au moins une certaine sympathie envers les manifestants, même s’ils n’étaient pas entièrement d’accord avec leurs tactiques.

Cette ambivalence a assombri la réponse officielle, en particulier dans les premières étapes. Les autorités municipales d’Ottawa ont d’abord coopéré et coordonné dans une certaine mesure avec les manifestants. Les conservateurs, le principal parti d’opposition fédéral, ont renversé leur chef Erin O’Toole après avoir été trop équivoque dans son soutien aux manifestations pour de nombreux membres.

Police utilisée de manière sélective

Ce n’est qu’au fur et à mesure que la perturbation augmentait que l’opinion officielle se retourna – et toujours lentement. Les klaxons intolérables au centre-ville d’Ottawa n’ont été arrêtés que par une injonction du tribunal déposée par une femme de 21 ans. La police a fait un usage sélectif de la force et évité les affrontements violents.

Cette hésitation à réprimer contraste avec les réponses aux événements perturbateurs passés, tels que l’antiracisme et les manifestations autochtones. En fait, certains défenseurs de la contestation actuelle, notamment le favori de la direction conservatrice Pierre Poiliévères’était empressé d’exiger la fin du blocus indigène de 2020.

Seule la manifestation à la frontière de Windsor a déclenché une véritable alarme nationale, avec son impact potentiel massif sur l’économie canadienne. Les autorités ont décidé de mettre fin au blocus, qui était plus petit que l’occupation d’Ottawa et dégagé après quelques jours. D’autres manifestations, y compris le précédent blocus frontalier en Alberta, ont également été levées, même si elles pourraient facilement reprendre.

Lire aussi:  Le président russe Poutine se rallie aux troupes alors que des tirs meurtriers pleuvent

Le 14 février, le premier ministre Justin Trudeau a invoqué la Loi sur les urgences, une loi adoptée en 1988 mais jamais utilisée auparavant, qui permet aux gouvernements de passer outre les restrictions normales. Il reste à voir exactement comment la loi sera utilisée. Et certains prétendent que c’est inutile, et que la seule chose qui manque vraiment, c’est le leadership politique.

Les politiciens n’ont pas bien performé

En effet, les politiciens canadiens n’ont pas bien performé ici. Trudeau et ses adversaires conservateurs ont utilisé les manifestations de manière opportuniste, essayant de se rejeter la faute plutôt que de tenter de former un front uni. Les dirigeants provinciaux comme le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, dont la juridiction comprend la ville d’Ottawa, sont restés à l’écart autant que possible. Et les autorités municipales, surtout à Ottawa, sont en désarroi et/ou débordées.

D’un autre côté, il n’y a pas de solution simple ici, du moins une sans risque élevé de violence qui provoquera probablement de nouvelles perturbations. À Ottawa, la police a fait des efforts pour freiner l’activité des manifestants. Mais il y a peu d’appétit pour une confrontation plus forte et le 15 février, le chef de la police d’Ottawa a démissionné après de vives critiques.

La manifestation d’Ottawa se dissipera probablement avec le temps. Mais la grande crainte est qu’il s’agisse d’une déchirure irréparable du tissu politique canadien qui rapproche le pays de la polarisation toxique observée aux États-Unis.

L’extrémisme peut engendrer l’extrémisme, et les interprétations les plus bénignes de la protestation fournissent une couverture pour les éléments indéniablement fanatiques. Comme aux États-Unis où les républicains modérés ont été décimés, l’effet immédiat le plus profond de la crise est l’aile modérée du Parti conservateur du Canada, comme en témoigne la disparition d’O’Toole.

Ironiquement, les exigences en matière de vaccins et de distanciation sociale sont en déclin au Canada, indépendamment du « convoi de la liberté ». Les problèmes qui ont déclenché les manifestations pourraient bientôt disparaître. Mais les protestations portent finalement sur quelque chose de bien plus profond que les vaccins. La lutte porte sur les conceptions de la démocratie au Canada.La conversation


Jonathan Malloy, professeur de sciences politiques, Université Carleton

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article d’origine.

Article précédentUne étude montre que l’exercice peut aider les personnes âgées à conserver leurs souvenirs
Article suivantL’ancien footballeur indien Surajit Sengupta est décédé