Accueil International Pas de plan pour rencontrer Biden à l’Assemblée générale de l’ONU, déclare...

Pas de plan pour rencontrer Biden à l’Assemblée générale de l’ONU, déclare le président iranien Raisi

29

Le président iranien s’est rendu lundi à New York, où il s’adressera à l’Assemblée générale des Nations unies plus tard cette semaine, affirmant qu’il n’avait pas l’intention de rencontrer le président Joe Biden en marge de l’événement de l’ONU.

Le président Ebrahim Raisi s’est exprimé à l’aéroport de Téhéran avant son départ alors que les pourparlers pour relancer l’accord nucléaire en lambeaux de l’Iran avec les puissances mondiales restent au point mort.

Il n’y a aucun plan pour une réunion ou des négociations avec les dirigeants américains », a déclaré Raisi. Nous n’avons aucun plan pour les rencontrer.

Le président iranien a qualifié son apparition aux Nations Unies d’occasion d’expliquer au monde la prétendue méchanceté que des nations et des puissances mondiales non spécifiées ont envers l’Iran. Il n’a pas précisé.

Lire aussi:  Les EAU interdisent les drones privés après l'attaque meurtrière d'Abu Dhabi

Raisi, qui est accompagné du ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian et du négociateur nucléaire Ali Bagheri Kani, doit s’adresser à la fois à l’Assemblée générale et à une réunion de l’UNESCO sur les religions.

Les pourparlers entre l’Iran et les puissances mondiales sur la relance d’un accord nucléaire de 2015 sont restés au point mort bien que Téhéran et Washington aient échangé des réponses écrites ces derniers mois sur les points les plus subtils de la feuille de route, qui verrait les sanctions levées contre l’Iran en échange de la restriction de son programme nucléaire qui progresse rapidement. .

L’Iran et les États-Unis n’ont plus de relations diplomatiques depuis la prise de contrôle de l’ambassade américaine en 1979 par des étudiants militants à Téhéran.

Lire aussi:  Crise ukrainienne : Google interdit aux médias russes de diffuser des publicités sur ses plateformes

Dimanche, CBS’ 60 Minutes a diffusé une interview de Raisi, qui a déclaré que les États-Unis n’étaient pas dignes de confiance et a exigé des garanties que Washington ne se retirerait pas à nouveau d’un accord nucléaire comme l’a fait le président Donald Trump en 2018.

Raisi a également déclaré à CBS que l’Iran était disposé à discuter des échanges de prisonniers avec les États-Unis, a défendu la position anti-israélienne de son pays et a déclaré que Téhéran s’était engagé à poursuivre la justice pour le meurtre d’un haut commandant des Gardiens de la révolution iraniens, le général Qassem Soleimani, aux États-Unis. frappe aérienne à Bagdad en janvier 2020.

Article précédentLes « noctambules » pourraient avoir un risque plus élevé de diabète de type 2 et de maladie cardiaque que ceux qui sont les « lève-tôt »
Article suivantApple augmentera les prix de l’App Store d’Europe vers l’Asie le mois prochain