Accueil International Plus de diplomatie : Emmanuel Macron se rend à Kiev après des...

Plus de diplomatie : Emmanuel Macron se rend à Kiev après des entretiens avec Poutine

94

Les efforts diplomatiques pour désamorcer les tensions autour de l’Ukraine se sont poursuivis mardi avec le président français Emmanuel Macron attendu à Kiev au lendemain d’heures de pourparlers avec le dirigeant russe à Moscou qui n’ont donné aucune percée apparente.

Macron doit rencontrer le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy alors que les craintes d’une éventuelle invasion russe augmentent. Moscou a massé plus de 100 000 soldats près des frontières de l’Ukraine, mais insiste sur le fait qu’il n’a pas l’intention d’attaquer l’Ukraine. Le Kremlin a exigé des garanties de l’Occident que l’OTAN n’acceptera pas l’Ukraine et d’autres anciens pays soviétiques en tant que membres, arrêtera les déploiements d’armes là-bas et fera reculer ses forces d’Europe de l’Est. Les États-Unis et l’OTAN rejettent les non-partants.

Ces dernières semaines, les dirigeants occidentaux se sont engagés dans une diplomatie de haut niveau dans l’espoir de désamorcer les tensions et d’empêcher une attaque.

Macron s’est entretenu lundi avec le président russe Vladimir Poutine pour des entretiens qui ont duré plus de cinq heures. Après la longue réunion, les deux dirigeants ont souligné la nécessité de plus de discussions, tout en enregistrant leurs désaccords.

Poutine a noté que les États-Unis et l’OTAN ont ignoré les demandes de Moscou, mais a signalé qu’il était prêt à poursuivre les négociations.

Il a également averti que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN pourrait déclencher une guerre entre la Russie et l’alliance. Si l’Ukraine devient membre de l’OTAN et prend des mesures pour reconquérir la Crimée, les pays européens seront automatiquement entraînés dans un conflit militaire avec la Russie, a déclaré Poutine, notant qu' »il n’y aura pas de gagnants ».

Lire aussi:  Des militants des droits de l'homme exhortent les athlètes à s'exprimer aux JO de Pékin

Macron a déclaré avoir eu une discussion substantielle et approfondie avec Poutine, en mettant l’accent sur les conditions qui pourraient aider à la désescalade.

Nous avons essayé de construire des éléments convergents, dit-il. Les jours à venir seront cruciaux et des discussions approfondies ensemble seront nécessaires. Il a ajouté qu’il est du devoir de l’Europe de trouver une solution pour tenter de reconstruire des relations de bon voisinage avec la Russie.

A Washington, le chancelier allemand Olaf Scholz a rencontré lundi le président américain Joe Biden. Scholz se rendra également à Kiev et à Moscou les 14 et 15 février.

Biden a promis que le gazoduc Nord Stream 2 Russie-Allemagne, qui a été achevé mais n’est pas encore opérationnel, sera bloqué si la Russie envahit, ce qui signifie que des chars et des troupes traversent à nouveau la frontière ukrainienne. » Cette décision nuirait à la Russie sur le plan économique mais posent également des problèmes d’approvisionnement à l’Allemagne.

Scholz a averti Moscou qu’il pourrait se passer beaucoup plus de choses que ce qu’ils ont peut-être calculé avec eux-mêmes en cas d’invasion.

Lire aussi:  SpaceX d'Elon Musk s'emploie à restaurer l'Internet aux Tonga: un responsable fidjien

Les responsables américains ont dépeint la menace d’une offensive contre l’Ukraine comme des avertissements imminents dont Moscou s’est moqué, accusant Washington d’alimenter les tensions autour de l’Ukraine.

La Russie et l’Ukraine sont enfermées dans un bras de fer acharné depuis 2014, lorsque, à la suite de l’éviction du président ukrainien favorable au Kremlin, Moscou a annexé la Crimée et a jeté son poids derrière une insurrection séparatiste dans l’est du pays. Les combats entre les rebelles soutenus par la Russie et les forces ukrainiennes à l’est ont depuis tué plus de 14 000 personnes.

En 2015, la France et l’Allemagne ont aidé à négocier un accord de paix, connu sous le nom d’accords de Minsk, qui a mis fin aux hostilités à grande échelle dans la région mais n’a pas réussi à aboutir à un règlement politique du conflit. Le Kremlin a accusé à plusieurs reprises Kiev de saboter la mise en œuvre des accords, et les responsables ukrainiens ont déclaré ces dernières semaines que leur mise en œuvre serait préjudiciable au pays.

Après sa rencontre avec Macron lundi, Poutine a déclaré sans plus de précisions que certaines des propositions du président français pourraient servir de base à un règlement du conflit dans l’est de l’Ukraine, ajoutant qu’ils avaient accepté d’avoir un appel après la visite de Macron à Kiev mardi.

Article précédent‘Tap to Pay’ : Apple annonce les paiements sans contact via les nouveaux iPhones
Article suivantLes ventes de vaccins poussent Pfizer au-delà des attentes au dernier trimestre