Après deux premiers épisodes très réussis (Arkham Asylum et City, qui ont tous deux révolutionné le genre des jeux de super-héros), Rocksteady revient aux commandes de la saga Batman, après avoir laissé la Warner plancher seule sur Arkham Origins. La conclusion de cette saga s’annonce t-elle si parfaite ?

Open world et scénario trop prévisible

Dans Batman Arkham Knight, nous nous retrouvons juste après City, qui a vu la mort du Joker. L’épouvantail veut mettre un terme à la vie du Chevalier Noir de Gotham en dispersant une toxine qui transforme toute personne à son contact en bête sauvage avec l’aide d’un mystérieux personnage : le chevalier d’Arkham. Comme son nom l’indique, l’ensemble de l’intrigue de cet opus se concentre sur ce fameux personnage mystérieux. Gotham City se retrouve vidée de ses habitants. La police est totalement submergée et l’ensemble des ennemis du Chevalier Noir sont prêts à faire des misères au Chevalier Blanc de Gotham (Double Face, le Pingouin, Deathstroke…).

Le chevalier noir et ses deux principaux ennemis de cet opus

Le chevalier noir et ses deux principaux ennemis de cet opus

Le décor est planté et notre Batman adoré se retrouve bien seul face à tant d’ennemis. L’entrée de Batman Arkham Knight est très brute de décoffrage et nous découvrons ainsi la ville de Gotham, de nuit bien sûr, totalement ouverte, d’une taille jamais vue dans un Batman mais terriblement vide ! En effet, vidée de ses habitants, la ville semble fade. Il s’agit d’une facilité utilisée par Rocksteady afin de ne pas avoir de problèmes techniques (coucou Assassins Creed’s Unity), comme très souvent avec les jeux ouverts. Cependant, ne faisons pas la fine bouche… Testée sur PS4, la ville de Gotham est splendide avec ses bâtiments de style gothique. Ils en ont fait une ville extrêmement détaillée et ont intégré divers événements météorologiques de toute beauté. Bref, graphiquement, comme toujours avec les Anglais de Rocksteady, c’est du lourd !

Gotham city splendide

Gotham city splendide

Le design des différents personnages principaux est à la hauteur des comics et la version française est comme toujours extrêmement soignée. Nous prenons beaucoup de plaisir à visiter l’ensemble de la ville, à écouter les diverses conversations des bad guys ou juste à s’entraîner aux combats dans ce bac à sable made in DC Comics.
Batman-Arkham-knight-batman-gordon

Là ou le bât blesse, c’est concernant la trame principale : il n’y a aucun combat de boss final. Sauf lors des quêtes annexes, lorsque vous rencontrez les autres vilains de l’univers de Batman. De plus, on devine aisément la fin de l’intrigue, et cela bien avant la fin du jeu si vous connaissez l’univers du Chevalier Noir de Gotham. En voulant faire du fan service à tout va, Batman Arkham Knight se tire une balle dans le pied dans un solo irrégulier, tantôt haletant, tantôt ennuyeux, ce qui n’avait été pas le cas lors des précédents opus, dont le scénario était particulièrement léché. Je ne vous en dirai pas plus afin de ne pas vous spoiler mais la présence constante avec Batman d’un personnage emblématique rend la chose ennuyeuse et un brin agaçante.

A noter qu’après avoir fini la trame principale, vous devrez finir l’ensemble des quêtes annexes afin d’avoir « une seconde fin », qui conclue bel et bien Arkham Knight. Ces quêtes annexes s’imbriquent extrêmement bien avec la trame principale et apporte un réel plus dans l’expérience globale du joueur. Je vous conseille fortement de les faire dès que possible ! Comptez une vingtaine d’heures pour le solo et une dizaine d’heures pour les quêtes annexes. Soyez patients avec ces foutues quêtes d’Enigma, alias L’homme mystère (non, non, je ne me suis pas du tout énervé à finir cette quête là….) !

Un gameplay qui se renouvèle peu

En ce qui concerne le game play, Rocksteady se repose sur ses lauriers avec quelques nouveautés, telles que le combat en duo lorsque vous êtes accompagné d’un allié et l’élimination environnementale, qui permet d’éliminer plusieurs adversaires d’un seul coup, après avoir rechargé cette compétence via une élimination silencieuse. Hormis ces nouveautés sympathiques visuellement mais qui, au final, se rapprochent plus d’un QTE que d’un vrai combat, rien à signaler. De plus, ce système d’élimination ne fonctionne que sur certains ennemis et nous devons être camouflé avant de l’exécuter.

Le chevalier pourra compter sur l'aide de certains de ses alliés

Le chevalier pourra compter sur l’aide de certains de ses alliés

Nous avons droit également aux grands classiques de la série Arkham : saut depuis un poste d’observation, enchaînement de coups, esquives….. Nous retrouvons également les mini-jeux qui étaient, eux aussi, présents dans les précédents opus. Les enquêtes sont également présentes : il vous faudra ainsi analyser des empreintes via différents scanners ou reconstituer certaines scènes de crime. Petite nouveauté pour certaines enquêtes, il y a possibilité d’analyser certaines images quadrillées pour pouvoir avoir des informations afin de conclure cette dernière.


La principale nouveauté en terme de gameplay (et la Warner a largement  communiqué là-dessus), c’est la Batmobile !

Tu l’as sens ma Batmobile ?

Dans cet opus, il était assez aisé de croire que la Batmobile serait la principale nouveauté. Que nenni ! Le jeu est construit autour de la Batmobile, ce qui rend la chose lassante et ennuyeuse. Certes, la première demi-heure est plaisante. C’est très amusant de pouvoir se balader dans Gotham tel un Sebastien Loeb sur les routes de Corse mais à la longue, que c’est ennuyeux ! Les  combats contre des tanks de la ville, longs et redondants, sont toujours les mêmes. Les courses poursuites, hormis quelques exceptions, sont hélas toujours semblables mais le pire est de devoir grimper sur les toits de Gotham afin de déverrouiller l’accès à certains immeubles….
batman-arkham-knight-batmobile

Voilà un virage à 360 degrés ! Comparé aux précédents opus, les développeurs nous forcent à utiliser leurs derniers jouets favoris, avec des distances toujours plus longues entre chaque mission. En ce qui concerne l’utilisation du véhicule, il dispose d’un mode course et d’un mode tank qui permet d’envoyer divers missiles, d’utiliser une mitrailleuse, de contrôler des drones ou d’utiliser une bombe IEM. De plus, nous pouvons appeler à n’importe quel moment notre véhicule et aussi le commander à distance. L’ensemble de la ville en Batmobile est semi-destructible, et  les routes sont plus larges, ce qui est jouissif dans un premier temps mais lassant une fois encore sur la durée.

Pour la conduite à proprement parler du destrier du Chevalier Noir, nous avons droit à une conduite très fluide et la prise en main se fait aisément. Seule petite critique : la vitesse de pointe semble un peu bridée, sûrement afin de garantir un maniement plus aisé du véhicule.

Une version PC scandaleuse

Les versions PS4 et Xbox One s’en sortent plutôt bien avec peu de bugs, ce qui n’est pas le cas de la version PC. Cette version a été externalisée par Rocksteady, c’est à dire que ce n’est pas le studio anglais qui a procédé à son développement et ça se voit ! Au mieux, elle est très légèrement supérieure en terme de qualité graphique et de fluidité face aux versions  consoles. Dans le meilleur des cas, vous avez le choix : limitation de 30 fps, chute de framerate à 5 FPS, des textures qui apparaissent très en retard, gestion du clavier totalement à côté de la plaque et dans le pire des cas, plantage du jeu pur et simple !

Cette version PC a été un tel fiasco que la vente de Batman Arkham Knight a été tout simplement suspendue dans tous les pays de la surface du globe et le remboursement est possible via la plateforme steam si vous l’avez acheté le jeu en dématérialisé.
La Warner, qui édite le jeu, dit se concentrer sur les DLC et annonce une nouvelle sortie de la version PC pour le courant de cet automne et un patch à venir pour ceux l’ayant acheté pour le mois d’août.

Un bon jeu malgré tout

Be the Batman !

Be the Batman !

Quelle sera la suite des jeux dans l’univers de DC Comics ? Aucune nouvelle pour l’instant mais il est facile de deviner que DC Comics et la Warner voudront davantage de jeux centrés sur leur univers. En effet, ces derniers veulent attaquer de front Disney-Marvel sur le marché du 7 ème art, avec la sortie l’année prochaine de Batman vs Superman et Suicide Squad. Le combat se reproduira t-il sur le marché des jeux vidéos ?

 Batman Arkham Knight
Forza Motorsport 6 cover
DéveloppeursRocksteady
EditeurWarner Bros Games
PlatformePS4, Xbox One, PC, Mac
Date de sortie11 Septembre 2015
GenreAction-Aventure
19e6a6ea-c93a-4d71-950d-7d567d73b1aa

 

Batman Arkham Knight une fin décevante ?
5 1 vote