DICE a souhaité se démarquer par rapport à ses concurrents et nous propose donc de découvrir son nouveau Battlefield 1. Centré sur la Première Guerre Mondiale, une époque peu mise en avant dans les jeux vidéos, cette prise de risque (qui tourne le dos aux FPS futuristes) est-elle réussie pour cette version PC ?

Frostbite fait des merveilles

Initié sur Star Wars Battlefron et utilisé par FIFA 17, le moteur Frostbite fait des merveilles sur Battlefield 1. Les effets de lumière sont sublimes, tout comme la météo qui peut changer en cours de partie. L’ensemble retranscrit une ambiance fidèle de la « Der des ders ». On ressent réellement la violence des combats, les deux camps qui hurlent et chargent après le coup de sifflet des officiers. Les éléments destructibles, l’un des fers de lance de la saga Battlefield, sont à couper le souffle. En plus de changer le paysage, ils modifient également le gameplay. En effet, après l’impact d’un obus ou la destruction d’un bâtiment, vous pourrez vous allonger dans l’énorme impact de la charge explosive. La bande sonore du jeu n’est pas en reste : appuyée par un orchestre, elle sait parfaitement jongler entre les moments tragiques ou héroïques et vous immerge toujours davantage dans le jeu. Retranscrire le bruit d’armes vieilles de plus d’un siècle n’est sûrement pas aisé. N’étant pas un spécialiste des armes de l’époque, je ne saurai vous dire si cela correspond à la réalité. Cependant, après plus de 20 heures de jeu, l’ensemble est, là encore, parfaitement retranscrit.

battlefield-1-graphisme-pc-2battlefield-1-pc-graphisme-1

Pas de Clémenceau ni de Tsar

Vous en avez problablement entendu parler car la polémique a fait hurler plus d’un joueur : l’absence des armées françaises et russes dans Battlefield 1. Pourquoi n’ont-ils pas intégré les forces armées de ces deux pays ? Pourquoi l’armée américaine est-elle mise en avant, dans le solo notamment, alors que son impact fut limité dans la victoire finale ?
Tout d’abord, le fait d’utiliser l’armée allemande ou anglaise ne change strictement rien. Les armes utilisées sont les mêmes, tout comme les mécaniques de gameplay, mécaniques qui sont d’ailleurs assez éloignées des doctrines de la Première Guerre Mondiale, nous y reviendrons plus tard. Il faut ainsi prendre en compte, qu’en mettant en avant les armées qui parlent la langue de Shakespeare, cela facilite la compréhension de l’ambiance sonore utilisée par nos bon vieux soldats pour le mode multijoueur. Il y a bien entendu une logique marketing derrière tout ça. Des DLC arriveront prochainement. Chaque armée aura droit à son DLC dédié, à paraitre en mars 2017, avec notamment une mise en avant de nos poilus : They Shall Not Pass. Ceci étant, il serait fort dommage de vous priver de Battlefield 1 uniquement à cause de ces considérations.

Un solo en guise d’introduction intéressante

Le mode solo des Battlefield a rarement été l’un de ses points fort, la franchise ayant très souvent mis principalement en avant son mode multijoueur. Battlefield 1 fait un pari intéressant avec son solo, il offre cinq chroniques de guerre à travers le monde au lieu d’un solo trop souvent classique dans les FPS. Vous découvrirez ainsi un soldat Américain, deux Anglais, un Italien, un Australien et enfin une fidèle de Lawrence d’Arabie. Les personnages sont répartis un peu partout dans le monde (France, Alpes Italiennes, Moyen Orient…). Chaque chronique sert réellement d’introduction aux nouveautés du jeu, permet de contrôler les différents moyens de transport ainsi que les diverses approches. Ainsi, vous aurez le choix entre le mode bourrin tel un Gimli des grands jours ou alors façon 007 à fureter et attaquer au bon moment. Autre aspect intéressant, le nombre de munitions est très limité.

battlefield-1-solo-2solo-battlefield-1
Vous devrez donc fouiller les moindres recoins qui contiennent les meilleures armes de la map pour éliminer vos ennemis. Les véhicules contrôlables dans le mode multi sont tous utilisables. Ainsi, vous découvrirez les joies d’être aux commandes d’un tank, d’un avion ou d’un cheval. Véritable mise en bouche du jeu, la réalisation de ce solo, avec l’appui du moteur Frostbite, est faite d’une main de maître. Chaque histoire détaillera certaines phases de gameplay du titre, avec les émotions et les sacrifices que ces hommes ont dû faire pendant cette période. Cette mise en bouche dure un peu plus de cinq heures et remplit son office pour ce qu’elle est : une introduction au jeu. 

Gameplay plutôt Roosvelt que Wilson

A l’annonce d’un Battlefield centré sur la Première Guerre Mondiale, on pouvait se demander comment DICE allait retranscrire les combats de cette époque. En terme de gameplay pur, les combat s’avèrent rythmés et denses, se rapprochant davantage des codes stricts de la Seconde Guerre Mondiale, ce qui est logique. Pour pouvoir respecter les codes de la guerre de 14-18 au pied de la lettre, ce n’est pas un jeu de type FPS qu’il vous faudra. Ainsi, le combat au sol est largement mis en avant, les véhicules seront bien sûr présents mais de façon beaucoup moins évidente. Ne pouvant bien sûr ne pas se cantonner à rester terré pendant des journées dans les tranchées comme c’était le cas en 14-18, DICE a ainsi réduit la portée et la précision des armes.

battlefield-1-pc-tranchee

Favorisant un maximum le corps à corps, à l’aide de pioches, de pelles, de couteaux et bien sur de baïonnettes. Sur ce point, l’attaque à la baïonnette se révèle cependant décevante. Trop téléguidé, vous chargez de façon automatique, en vidant votre endurance avec pour seul résultat, la mort. S’agit-il d’un acte prémédité de DICE ou d’une erreur de jugement ? Toujours est-il que l’attaque à la baïonnette, si elle s’avère fun pendant la première heure de jeu, sera vite à oublier. Pour le reste, vous aurez à faire aux lourdes mitrailleuses ennemies fixes, les gaz toxiques mais  aussi les attaques aériennes, qui peuvent être redoutables. Adieu les hélicoptères et le guidage laser, vous allez surtout devoir de nouveau compter sur votre positionnement et votre talent de joueur. Etant donné la réduction de la portée des armes ainsi que la faible contenance de votre chargeur, le travail en équipe sera plus que nécessaire. Les véhicules pourront vous aider mais ne seront pas décisifs comme dans les guerres modernes. Les avions sont rares à trouver, et les piloter s’avère loin d’être aussi aisé. Les tanks, quant à eux, se verront être des alliés agréables. Cependant, à cause de sa faible vitesse et sa lenteur pour recharger ses armes, ils ne pourra rien faire face aux attaques des bombardiers. Attaque qui seront redoutables face aux positions fixes, que ce soit l’infanterie ou tout type de véhicule. Pour gagner sur Battlefield 1, il vous faudra réussir à être à l’équilibre entre les forces d’infanterie, les véhicules mais surtout disposer d’une escouade équilibrée entre toutes ses classes et ne rien lâcher. Chaque combat, chaque poste capturé sera un combat de tous les instants, l’aspect punitif est globalement poussé avec une nervosité globale assez élevée, qui saura alterner les moments forts et d’autres plus calmes.

avion-battlefield-1tank-battlefield-1

Modes de jeux classiques et classe équilibrée

Le système de classe s’avère assez équilibré et a droit à son lot de changements en termes de caractéristiques. Ainsi, nous retrouvons comme d’habitude sur Battlefield les quatre classes (assaut, support, medic et sniper). L’assaut sera du combat assez classique : de la guerre des tranchées avec ses fusils à pompe et mitrailleuses et disposera des meilleurs accessoires pour contrer les véhicules. La classe médecin sera la seule à même de pouvoir soigner vos compagnons de combat et devient ainsi une classe à part entière. Epaulés par des fusils semi-automatiques, nos médecins d’un jour seront cruciaux sur le champ de bataille. Le support disposera, quant à lui, des armes disposant du plus de munitions afin d’arroser toute la zone ainsi que des mortiers. Concernant les snipers en herbe, ils seront davantage tournés vers le mode éclaireur plutôt qu’un tireur embusqué au sommet d’une tour. A noter qu’il est aisé de repérer un sniper en cours de partie, il vous faudra donc être très mobile. Chaque classe s’avère complémentaire et dispose de caractéristiques bien précises. Battlefield 1 fait donc le pari d’offrir des classes assez différentes si on les compare une par une, afin de favoriser toujours davantage l’aspect teamplay. Impossible, voire très difficile, d’espérer gagner seul en étant support, en allant au corps-à-corps face à un joueur jouant en classe assaut. Ainsi, la classe assaut ira au plus près de l’ennemi, les supports se tiendront à mi-distance tandis que les snipers passeront d’un point à l’autre rapidement et les médecins viennent en aide à tout ce joli petit monde. Chaque classe pourra déverrouiller de nouvelles armes, en accumulant de l’expérience grâce aux bons de guerre. Les niveaux peuvent s’enchaîner assez rapidement, et peuvent monter jusqu’au niveau 100. A noter pour les plus PGM d’entre nous qu’il sera possible de jouer 3 types de classe héros si vous enchainez les kills. Vous aurez donc le choix entre le lance-flamme, la gattling et une arme anti-char.

classe-assaut-battlefield-1classe-medecin-battlefield-1

Tout cela est bien beau mon petit Daft-Trak, mais les maps ça donne quoi ? Encore une fois, cela s’avère brillant. Ces maps en plus d’être magnifiques et vastes, offriront aux joueurs des décors variés ainsi qu’un grand choix de progression. Vous découvrirez ainsi 9 cartes, entre les combats en ville (Amiens, dont on regrettera l’absence de sa célèbre cathédrale), montagne et mer dans les alpes italiennes, les combats classiques dans les tranchées à St Quentin, en forêt ou alors dans l’univers des châteaux de nos bons vieux rois de France. Guerre mondiale oblige, vous pourrez vous battre sur de vastes étendues de sable grâce à la map centrée sur le Moyen Orient. Cette diversité est un atout majeur mais pas la seule, chaque carte est utilisée habilement par le jeu offrant un placement optimal des différents postes à capturer en passant par le placement des joueurs et du mode jeu utilisé.

battlefield-1-amiens-pcbattlefield-1-balafre-de-st-quentin-pcchateau-battlefield-bal-funeste-au-chateau-pc battlefield-1-foret-de-argonne-pc

Concernant ces modes jouables jusqu’à 64 joueurs, les modes classiques sont de la partie avec ruée, conquête, domination et match à mort par équipe qui sont on ne peut plus classiques. On retrouve deux grandes nouveautés. Tout d’abord le mode Operation qui permet de retracer certains grandes batailles grâce à des combats qui s’étendront sur plusieurs maps. Véritable extension d’un solo, le mode Opération est à mi-chemin entre le mode ruée et conquête. Les défenseurs devront défendre leurs postes et résister à l’assaut des ennemis, tandis que les attaquants devront tuer tout le monde mais en ayant un nombre de réapparitions limitées. Réparti sur plusieurs manches, le combat reprend là où la manche précédente s’est arrêtée. L’idée est vraiment que les joueurs soient sous pression et combattent la moindre parcelle de terrain et c’est plutôt réussi. Clavier et souris en main, ce mode  de jeu retranscrit selon moi le mieux les combats de la Première Guerre Mondiale. De plus, les explosions de zeppelin et de trains, qui viennent aider les joueurs pendant la continuité des combats, s’avèrent sensationnelles pour du multijoueur.

mode-operation-battlefield-1Dernière nouveauté, le mode Pigeons de guerre. Un genre de recherches et de destruction, où il vous faudra capturer un pigeon sur la map ou deux équipes de 12 joueurs pourront s’affronter. Une fois capturé, il vous sera possible de déclencher un tir d’artillerie sur vos ennemis, notre volatile s’envole donc pour transmettre votre message. Les ennemis pourront le tuer pendant son voyage, ce qui donnera lieu à des combats assez féroces et cocasses comparé aux autres modes de Battlefield 1.

Côté technique

Comme nous l’avons précisé tout au long de ce test, Battlefield 1 s’avère magnifique en tous points de vue. Avec notre configuration, aucun problème à signaler in-game. Avec des graphismes de qualité ultra, ainsi qu’une définition Full HD, le nombre de FPS affichés allant de 95 à 110 FPS, la majorité s’approchant davantage de la partie haute. C’est beau, c’est fluide et ça tabasse sévère. A noter quelques bugs de collision et des crashs à signaler, uniquement pour switcher entre différents modes de jeu mais jamais en cours de partie. Nous soupçonnons fortement Origin, la plateforme d’EA d’en être responsable, pas toujours au niveau question stabilité par rapport à ses concurrents. Pour le reste, rien de spécifique à signaler pendant les plus de 20 heures de jeu.

110_fps-battlefield-1

Concernant les versions PS4 et Xbox One, nous n’avons pu mettre la main dessus. Cependant de l’avis général, un frame rate forcément moins élevé variant de 30 à 40 FPS et de l’aliasing très présent. Pour le reste, cela est très correct et toujours aussi beau, le moteur Frostbite faisant des merveilles.

Dernière mise à jour très fournie

DICE a toujours fait un support exemplaire concernant ces jeux, Battlefield 1 ne fait pas exception. Mercredi dernier, nous avons donc découvert une mise à jour extrêmement riche, dont le détail est consultable ici

info-serveur-battlefield-1Impossible de tout détailler, cet article étant déjà suffisamment long. DICE a retouché ses différents modes de jeux et maps afin d’équilibrer davantage Battlefied 1. A noter également la possibilité de personnaliser son personnage dans le menu, ce qui était impossible au lancement du jeu, mais surtout l’arrivée des serveurs hardcore. Dans ce mode de jeu, pour ceux qui l’ignore, l’assistance y est minimum avec la suppression de la mini-carte, de la réticule et l’augmentation de 200 % des dégâts. Bref, le moindre coup de feu et c’est la mort assurée. Enfin, DICE offre la possibilité aux joueurs de louer leurs propres serveurs sur PC, PS4 et Xbox One. Les joueurs pourront choisir de les utiliser comme bon leur semble, de façon privée ou publique. Voici ci-dessous le tarif de location :

Nombre de joursPCPS4 et Xbox One
12.99 $1.99 $
711.99 $7.99 $
3042.99 $26.99 $
9099.99 $64.99 $
180149.99 $99.99 $

Test sur PC avec les configurations suivantes : Windows 10, 16 Go de Ram, Carte graphique Nvidia GTX 970, Processeur i5 Intel Core i5-6500

 

Battlefield 1
Battlefield 1
DéveloppeursDICE
EditeurElectronic Arts
PlatformePC, PS4, Xbox One
Date de sortie21 Octobre 2016
GenreFPS
19e6a6ea-c93a-4d71-950d-7d567d73b1aa