Souvenez-vous… En 2010 débarquait sur votre petit écran un ovni télévisuel britannique qui, en l’espace de quelques épisodes, a séduit des milliers de spectateurs, tant en Grande-Bretagne qu’à l’étranger : la série Downton Abbey. Celle-ci met en scène la vie d’une famille d’aristocrates britanniques vivant dans une grande demeure dans le Yorkshire (qui donne d’ailleurs son nom à la série) du début des années 1910 au milieu des années 1920 et montre comment le comte de Grantham et sa famille évoluent dans un monde en perpétuel bouleversement. Première Guerre Mondiale, querelles de succession, petits drames personnels et grandes tragédies… Pendant six saisons, le public a vibré au rythme des aventures des personnages, pour la plupart, hauts en couleurs et a savouré les dialogues piquants offerts par la duchesse douairière, magistralement interprétée par Maggie Smith. La série doit également son succès à la parfaite représentation de la vie quotidienne en fin de période édouardienne et à l’accuité de son analyse des rapports entre les différentes couches sociales dont est composée la grande demeure. Les trois premières saisons, fabuleuses, se regardent les yeux fermés (oui enfin, façon de parler…). Quel dommage que les saisons suivantes se soient embourbées, à mon sens, dans des retournements de situation et autres rebondissements un peu trop fantaisistes… Aux commandes de ce succès international ? Julian Fellowes. Déjà acclamé pour le scénario du célèbre Gosford Park en 2001 (dans lesquels on trouve déjà de grands thèmes présents plus tard dans Downton Abbey), il est désormais une figure plus que reconnue dans le milieu culturel britannique. Figurez-vous d’ailleurs que ce monsieur ne se contente pas d’écrire des scénarios, il est également auteur de livres… Et c’est son dernier-né, Belgravia, sorti simultanément le 30 juin au Royaume-Uni et en France (aux éditions Jean-Claude Lattès), que je vais vous présenter aujourd’hui…

Julian Fellowes, créateur de Downton Abbey et romancier

Julian Fellowes, créateur de Downton Abbey

Julian Fellowes est né le 17 août 1949 au Caire, en Egypte. Il est à la fois scénariste et romancier bien sûr, mais aussi acteur (jusqu’au début des années 2000) et producteur. A son palmarès de scénariste, on retrouve des films comme Gosford Park (2001) mais aussi Vanity fair (2004), Victoria, les jeunes années d’une reine (2009) et la mini-série Titanic, en 2012, pour le centenaire du naufrage du célèbre paquebot. Depuis janvier 2011, il a été intronisé dans la Pairie du Royaume-Uni en tant que Baron Fellowes de West Stafford (rien que ça). Avant Belgravia, il avait déjà écrit deux romans : Snobs en 2004 (également édité chez Lattès) et Passé Imparfait en 2014 (publié par les éditions Sonatine).

« Dans le passé, on est comme en pays étranger, dit-on. Les choses s’y font différemment. Sans doute est-ce vrai en ce qui concerne la morale, les mœurs, le rôle des femmes, le type de gouvernement, et bien d’autres aspects de notre vie quotidienne. Mais il existe aussi des similitudes. L’ambition, l’envie, la rage, la cupidité, la gentillesse, l’altruisme, et plus encore l’amour, ont toujours eu une influence déterminante sur nos choix, hier comme aujourd’hui. Voici l’histoire de personnages qui vécurent il y a deux siècles ; pourtant les désirs, rejets et passions qui les animèrent ressemblent pour beaucoup aux nôtres, tels que nous sommes, dans l’époque où nous vivons. »

Belgravia de Julian Fellowes, publié chez JC Lattès

Belgravia de Julian Fellowes

Bruxelles, 1815. La duchesse de Richmond organise un bal, à la veille de la bataille de Waterloo, d’une telle magnificence qu’il restera dans les annales pour plusieurs siècles. A cette occasion, nous faisons la connaissance des Trenchard, famille alors en pleine ascension sociale, composée des parents, James et Anne et de leurs enfants, Sophia et Oliver. Pourtant, malgré le luxe des parures et des toilettes, ce n’est pas pour cela que cette soirée restera dans la mémoire des Trenchard. Après une ellipse de vingt-cinq ans, nous les retrouvons à Londres dans le quartier de Belgravia, certes dans une position sociale plus enviable mais un lourd secret pèse sur la famille. Un secret qui menace d’éclater au grand jour à tout moment et qui pourrait ruiner plus d’une réputation sur son passage…

Difficile de davantage vous résumer le livre sans trop en dire, même si le fameux secret des Trenchard est connu relativement vite du lecteur. Le nouveau roman de Julian Fellowes est une jolie douceur, bien emballée dans une couverture soignée et dont les pages se tournent sans difficulté. En ces temps moroses/morbides/mornes, je peux vous assurer que cela fait du bien ! Sans efforts, vous voilà plongé(e) dans ce Londres quelque peu fantasmé de la deuxième partie du XIXe siècle, en pleine période edouardienne, si chère au cœur de ce monsieur Fellowes. Là encore, on retrouve avec plaisir des dialogues parfois acérés, une intrigue bien ficelée et une analyse des rapports de classe plutôt pertinente. Voilà une période excitante, pleine de bouleversements et de découvertes qui s’étale sous vos yeux : l’ascension sociale pour qui travaille dur et sait le faire savoir, la grande époque de l’Angleterre coloniale et de la découverte des richesses infinies de l’Inde… L’auteur nous emmène faire un beau voyage dans une époque singulière, le tout avec la possiblité de rester assis sur votre fauteuil. Génial non ?

Oui, enfin, c’est fois-ci, il y a un mais… Si Belgravia s’avère efficace dans son ensemble et plutôt réussi, les fans de Downton Abbey risquent peut-être d’être déçus. Beaucoup de personnages, sous des noms différents bien sûr, avec les mêmes traits de caractère, la même position sociale, les mêmes desseins, se retrouvent parachutés dans le roman. Si j’ai adoré la série, je n’ai pas pour autant envie de lire la même chose en boucle… Effet succès oblige (ou pas, d’ailleurs), Fellowes nous présente ici les Anglais, pas forcément tels qu’ils sont ou étaient, mais tels que les étrangers (et probablement les Français en premier) aiment les voir… Un peu plus de subtilité n’aurait pas nui, ni au récit, ni aux personnages qui parfois, manquent un peu de consistance.

Ne boudons pas notre plaisir en cette période de vacances : si vous cherchez un roman à la fois détente, dont vous tournerez les pages sans effort, et qui historiquement parlant, est plaisant à découvrir, vous l’avez trouvé. Si vous aimez les ambiances surannées so british, le goût du scandale et les grandes familles en quête de frissons, Belgravia saura vous combler, sans nul doute. Si, comme moi, vous attendiez un peu plus du créateur de Downton Abbey qu’une simple redite de ce qui a fait son succès, vous risquez d’être quelque peu déçus (ce qui, soyons honnêtes, ne m’a pas empêchée de savourer ce livre jusqu’à la fin et, n’ayons pas peur des clichés, une cup of tea à la main)!

Belgravia
Circling the sun
AuteurJulian Fellowes
EditeurJean-Claude Lattès
FormatGrand Format
Date de sortie30 juin 2016
GenreRoman
19e6a6ea-c93a-4d71-950d-7d567d73b1aa