L’année 2015 tire lentement mais sûrement sa révérence… Les fêtes approchent et comme chaque année, ce sont les cadeaux, les bilans et les bonnes résolutions qui pointent, l’air de rien, le bout de leur nez. Perturbée et perturbante à bien des égards, 2015 aura pourtant été l’occasion de nombreuses découvertes et autres coups de cœur culturels. Voilà venue l’occasion de les (re)mettre en lumière et pourquoi pas, de vous donner quelques idées de suprises pour votre entourage…

Littérature

L'architecte du sultan, dernier roman en date d'E. Shafak

L’architecte du sultan

Difficile de choisir un coup de cœur ultime parmi les dizaines de titres qui m’ont séduite cette année et mon petit cœur de libraire saigne à l’idée de devoir en laisser de côté…. Mais puisque choix, il faut bien faire… Je retiendrais avant tout le merveilleux livre de la turque Elif Shafak, L’architecte du sultan, paru au printemps 2015 aux éditions Flammarion. A travers les aventures d’un jeune garçon et de son éléphant, c’est toute la magnificience de la cosmopolite et bouillonnante Istanbul du XVIe siècle qui est ici célébrée. Un récit passionnant, digne d’un véritable conte des Mille et une Nuits, et un livre plus que nécessaire en ces temps où règne l’obscurantisme de toutes parts. Retrouvez ma chronique ici.

Le livre d’Anthony Doerr (Toute la lumière que nous ne pouvons voir), paru aux éditions Albin Michel, est l’heureux élu du prix Pulitzer 2015. Récompense ô combien méritée pour ce récit qui nous fait traverser la Seconde Guerre Mondiale aux côté de deux enfants, l’une française, et l’autre allemand. Il est le cadeau idéal pour tous les amateurs de romans historiques mais également des lecteurs de romans d’aventures puisqu’une énigme sert de fil conducteur à l’histoire. Et puis, en l’offrant, vous pourrez préciser que c’est le livre de chevet de Barack Obama. Cela peut toujours servir si vous cherchez à briller en société.

Et comme chaque année, la rentrée littéraire de septembre a fait son petit effet. Certes, cette fois-ci, il a été difficile d’en extraire vraiment quelques-uns du lot. Beaucoup m’ont laissé sur ma faim, d’autres m’ont réellement conquise. Ce fut le cas de Funny Girl de Nick Hornby, petit bijou sur l’Angleterre pop des années 1960, et, dans un tout autre genre (plutôt historico-fantastique), Le Censeur, de la française Clélia Anfray. Vous pouvez retrouver mes impressions sur ces titres plus en détail ici et ici. Qui dit rentrée littéraire dit aussi prix. Cette année, le Goncourt a été remis à Mathias Enard pour son roman Boussole, paru chez Actes Sud. J’aime particulièrement cet auteur, son style, ses livres et les thèmes qu’il aborde à travers eux. Pourtant, celui-ci fut une grosse déception. Constituant, de mon point de vue, davantage un essai sur l’orientalisme qu’un roman, il est particulèrement dense et érudit… Trop, peut-être ? Si le Goncourt vous a déçus, vous pouvez toujours découvrir le Prix Renaudot (et Goncourt des Lycéens) : D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan. Là non plus, il ne m’a certes pas entièrement convaincue mais il aborde la thématique de la frontière entre fiction et réalité avec intelligence et originalité.

Cinéma – Séries Télévisées

Pour ceux d’entre vous qui nous lisent régulièrement, facile de deviner mon coup de cœur ciné de l’année 2015 : Vice versa, réalisé par les studios Pixar et sorti peu avant l’été. Une vraie pépite d’originalité et de sensibilité à partager avec toute la famille, petits ou grands ! Vous pouvez retrouver ma critique du film ici. A noter : le film est tout juste sorti en DVD et en Blu-Ray pour les fêtes de fin d’année, voilà l’occasion rêvée de faire découvrir un petit chef-d’oeuvre à votre entourage !

Sherlock Holmes, LA série du moment

Sherlock Holmes

J’ai eu l’occasion, cette année, de découvrir deux séries auxquelles, on peut le dire, je suis devenue accro. J’en profite pour préciser que oui, je dois avoir quelques années de retard. Mais mieux vaut tard que jamais comme dirait l’autre. Il s’agit de House of Cards, série politique portée par les formidables Kevin Spacey et Robin Wright et Sherlock Holmes, série dans laquelle officient les génialissimes Benedict Cumberbatch et Martin Freeman. Si la première a su me séduire (et me glaçer) en me dévoilant les dessous de la politique américaine à travers un protagoniste absolument diabolique, la seconde est venue toucher un point sensible : mon amour de la culture britannique. Les classiques enquêtes de Conan Doyle sont merveilleusement transposées au XXIe siècle tout en en gardant l’esprit intact et en saupoudrant le tout d’un poil de cynisme, d’excentricité et d’humour. Un véritable régal !

Expositions – Spectacles

Les bas-fonds du Baroque, l'expo du printemps au Petit Palais

Les bas-fonds du Baroque

Enfin, j’ai eu la chance de pouvoir me rendre plusieurs fois à Paris cette année afin de pouvoir étancher ma soif en termes d’expositions et de spectacles vivants. Côté musées, ma préfèrence va à la très belle exposition organisée par le Petit Palais sur Les bas-fonds du baroque, qui s’y est tenue de février à mai 2015. Explorant la Rome du vice et de la misère au XVIIe siècle, elle mettait principalement en lumière des tableaux et des gravures. La scénographie, sobre et bien organisée, a beaucoup participé au succès de cette exposition. Une réussite !

Concernant mes visites à l’Opéra de Paris, ma préférence va au spectacle chroniqué ici il y a quelques jours, La Bayadère de Rudolf Noureev. Une chorégraphie du tonnerre, des solistes et un Corps de Ballet convaincants, des tutus qui brillent… Il n’en fallait pas plus pour réchauffer mon petit cœur engourdi par les tragiques évènements de cette fin d’année. Il me tarde d’être à dans quelques mois pour le prochain spectacle… Mais patience…

Jeux vidéos

Life is strange, le jeu vidéo de Dontnod Entertainment et Square Enix

Life is strange

L’année 2015 fut aussi celle de ma (petite, tout petite) initiation au monde du jeu vidéo. Il faut avant tout que vous sachiez que le jeu vidéo et moi, ça fait deux. Peut-être même dix. Enfin, j’y connais rien quoi. Mais mes yeux de novice ont été tout particulièrement accrochés par Life is strange, jeu développé par Dontnod Entertainment (basé à Paris) et édité par les Américains de Square Enix qui nous permet de suivre et d’être même partie prenante des aventures tourmentées de la jeune Max et de son amie Chloé. Les graphismes sont absolument magnifiques, l’histoire prenante, sans parler de la bande originale sublime… Je me suis prise tout de suite au jeu!

J’ai également eu un gros coup de coeur pour Le Soldat Inconnu, jeu qui cible à la fois les petits et les grands au coeur de l’horreur de la Première Guerre Mondiale. Les personnages sont très attachants et l’histoire nous tient en haleine jusqu’au bout. Une très belle réussite pour Ubisoft, développeur et éditeur du jeu.

Game of thrones, jeu basé sur l’univers de la série et des livres du même nom, a également retenu mon attention. Développé par Telltale Games, une entreprise américaine, il se concentre sur le destin de la famille Forrester, alliée des Stark. Une idée originale et de très jolis graphismes! Il ne me reste plus que quelques épisodes avant la fin…

Je vous quitte sur ce qui sera désormais mon dernier article de l’année. En tant que libraire masquée, le devoir m’appelle en ces temps de fêtes. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année. See you in 2016.

Best of culture 2015
5 1 vote