Vea Kaiser

Vea Kaiser

Attention, petit prodige en vue ! A seulement 24 ans (et écrit lorsqu’elle en avait à peine 20), la jeune autrichienne Eva Kaiser signe son premier roman, Blasmusikpop, paru en France en pleine rentrée littéraire aux éditions des Presses de la Cité. Née en 1988 à Saint-Pölten, elle fait ainsi des débuts fracassants dans le monde de la littérature Outre-Rhin (où elle a connu un succès phénoménal) avec un premier roman drôle, frais, déjanté et original. Vea Kaiser a d’abord fait des études de lettres classiques avant de s’orienter vers le journalisme culturel et de se pencher sur ce qui allait devenir sa première parution. Résultat des courses ? Un pari gagné, avec plus de 80 000 exemplaires vendus, des traductions en cours dans quasiment tous les pays d’Europe et même… une adaptation cinématographique en préparation ! Son deuxième roman, Makarionissi oder Die Insel der Seligen, est sorti dans les pays germanophones au mois de mai 2015 et, comme si cela ne suffisait pas à impressionner, Vea Kaiser nous concocte déjà dans ses tiroirs un troisième roman. Notre jeune demoiselle n’a donc pas fini de faire parler d’elle… Mais que peut bien raconter son Blasmusikpop pour susciter un tel engouement ? Pour résumer très rapidement la chose : de vers solitaires, d’un petit village reculé au-delà des Alpes, du philosophe et historien grec Hérodote et de foot. Non, non, ne vous enfuyez pas encore, il y a mille et une choses à découvrir dans cet ovni littéraire…

« Ce n’est que lorsque le médecin à face de chèvre arriva de Lenk, dans la vallée, pour sa consultation bimestrielle dans la salle de réunion du conseil municipal, que l’énigme fut résolue. Les deux époux avaient chacun quelque chose dans le ventre : Elisabeth était enceinte, Johannes avait le ver solitaire.»

Difficile de résumer en quelques lignes une intrigue aussi foisonnante qui s’étale sur plusieurs générations… L’action se déroule donc dans un tout petit village autrichien à l’écart du monde et de toute civilisation appelé Saint-Peter-sur-Anger, où vivent Johannes et son épouse Elisabeth. Alors que la jeune femme accouche d’une petite fille, son mari, lui, fait une découverte bien moins plaisante, celle d’un ver solitaire qui a élu domicile dans son système digestif. Passionné avant tout par les sciences et à la suite d’une déconvenue familiale, Johannes décide de tenter sa chance en partant en ville pour devenir médecin et ce, malgré les cancans et la réprobation de tous les habitants de son petit village natal. Nous allons ainsi découvrir son histoire et celle de sa descendance puisque le récit s’étale sur une cinquantaine d’années. Johannes transmet sa passion pour le savoir et Hérodote à son petit-fils, qui ne rêve que de suivre ses traces et de tenter lui aussi de devenir médecin, loin de leur petite bourgade. Pourtant, lorsque l’adolescent échoue au baccalauréat, catastrophe ! Le voilà qui n’a plus d’autre choix que de rester à Saint-Peter-sur-Anger parmi les « barbares »… Mais l’histoire ne s’arrête pas là et les conséquences de cet échec vont être aussi loufoques qu’inattendues !

Blasmusikpop

Blasmusikpop

Un thème incongru pour un premier roman, de l’audace, un humour décapant et une histoire haute en couleurs ? Il n’en fallait pas plus pour me séduire. Vea Kaiser réussit avec brio à faire pénétrer son lecteur dans cette micro-société où l’érudition paraît suspecte et où le monde extérieur n’est perçu que comme « barbare ». Mais le tout avec drôlerie et habileté, principalement lorsqu’elle nous concocte les dialogues mâtinés de patois des habitants. Il faut souligner là le travail remarquable de la traductrice, Corinna Gepner, qui parvient à rendre à la perfection ce langage et permet véritablement au lecteur de s’immiscer dans la vie quotidienne et les coutumes de Saint-Peter-sur-Anger. Si le thème du ver solitaire peut en effrayer plus d’un, il n’est, d’une part, pas le sujet principal du roman. D’autre part, Blasmusikpop aborde surtout des thèmes tout-à-fait universels, comme l’appel de l’ailleurs, la sensation de se sentir ou non à sa place dans telle ou telle société, et devient en cela un roman à la fois d’aventures mais aussi philosophique et initiatique. Vea Kaiser parvient à faire rire son lecteur tout en le faisant également réfléchir sur le poids des préjugés et la volonté de certains personnages de casser un chemin qui a été d’emblée tout tracé pour eux par d’autres. Le roman oscille entre un humour et des dialogues doux-amers mais sans jamais se départir d’une grande part de tendresse et de bienveillance et devient également une sorte d’hommage de V. Kaiser à ses origines.

Blasmusikpop est un ovni dans le paysage de cette rentrée littéraire. Un ovni audacieux, qui occasionne de nombreux fous-rires à son lecteur, grâce à des personnages singuliers et un grand sens du détail. Peut-être est-ce ce sens du détail (parfois trop) recherché qui donne au livre ses quelques longueurs ? Malgré cette nuance, ce premier roman inventif, rafraîchissant et attachant tient toutes ces promesses. Vea Kaiser ne s’arrêtera sûrement pas en si bon chemin. Affaire à suivre !

Blasmusikpop 
Forza Motorsport 6 cover
AuteurVea Kaiser
EditeurPresses de la cité
FormatGrand format
Date de sortie19 Aout 2015
GenreRoman
19e6a6ea-c93a-4d71-950d-7d567d73b1aa

 

Blasmusikpop (Vea Kaiser)
5 1 vote