Ceux d’entre vous qui nous suivent régulièrement ont dû remarquer que côté lecture, j’avais un faible pour les beaux portraits de femmes de tête, aventurières, rebelles et anticonformistes. Que voulez-vous, on ne se refait pas… Il y a quelques années, je suis tombée sous le charme du premier roman traduit en français de l’Américaine Paula McLain, Madame Hemingway (The Paris wife en version originale), édité au Livre de Poche. Dans ce livre, la romancière nous dresse le portrait de Hadley Richardson, la première femme de l’écrivain Ernest Hemigway (oui, parce que Monsieur s’est fait passer la bague au doigt un bon paquet de fois…). Les deux jeunes gens se rencontrent aux Etats-Unis juste après la Première Guerre Mondiale, décident très vite de convoler en justes noces et de partir aussitôt pour Paris, la Ville Lumière qui fait fantasmer tous les artistes et les têtes pensantes de l’époque. Dans la capitale, ils vont retrouver les plus grands : Francis Scott Fitzgerald et sa femme Zelda, Gertrude Stein, le peintre Salvador Dali… Le livre décrit à merveille les sentiments d’une toute jeune femme amoureuse qui, petit à petit, se perd à force de toujours se voir reléguée dans l’ombre de son génie de mari. Voilà un bien beau moment de lecture, d’autant que Paula McLain arrive à faire revivre un Paris à la fois fantasmé et bien réel. Après ce coup de maître, c’est bien peu dire que j’attendais ce que la romancière allait pouvoir nous sortir de son chapeau. C’est chose faite puisque son deuxième roman, L’Aviatrice, est paru aux éditions des Presses de la Cité au mois de septembre 2015, et que j’ai eu l’occasion de mettre mes mimines sur la version poche, en anglais of course, sortie juste avant l’été… Alors, prêts à embarquer ?

Paula McLain, auteur de l'Aviatrice

Paula McLain

Paula McLain est née à Fresno en Californie, en 1965. Diplomée en poésie de l’Université du Michigan et boursière du prestigieux National Endowment for the Arts, elle a écrit un premier roman en 2008 (A ticket to ride), jamais traduit en français, sur son expérience familiale douloureuse et sur sa vie de petite fille ballotée dans de nombreux foyers. En plus de Madame Hemingway et de L’Aviatrice, la romancière est également auteur de deux recueils de poésie et d’un essai. Elle vit aujourd’hui avec sa famille à Cleveland, dans l’Ohio.

En fait, on ne pouvait se prémunir contre rien, c’était comme ça et c’était ce que j’aimais en Afrique. Ce besoin qu’elle avait de pénétrer à l’intérieur des êtres. Et une fois qu’elle vous possédait, elle ne vous lâchait plus

Changement de décor. Pour son troisième roman, Paula McLain situe l’action dans ce qu’on appelle aujourd’hui le Kenya, au cours du XXe siècle. Beryl Markham, fille de colons anglais, s’y est installée avec ses parents, en 1907, à l’âge de 5 ans. Très vite, la petite fille est abandonnée par sa mère, qui prend son deuxième enfant sous le bras et décide de rentrer subitement en Angleterre, laissant Beryl à son père quelque peu désamparé. Celui-ci, qu’elle adore, va lui offrir une éducation peu conventionnelle pour une petite/jeune fille de bonne famille à l’époque. Très vite, Beryl s’affirme, se sent chez elle au milieu des tribus qui peuplent le village et parmi ces paysages pittoresques et ces animaux qui lui sont si familiers. Pourtant, tout juste au sortir de l’adolescence, Beryl, ayant l’impression de n’avoir pas d’autre choix, accepte d’épouser un homme qui a le double de son âge. Le mariage battra de l’aile très rapidement. Après de nombreuses liaisons décevantes, la jeune femme rencontre Denys Finch Hatton, l’amant de Karen Blixen (l’auteur de la Ferme Africaine)… Première femme au Kenya à avoir obtenu une licence de dresseur de chevaux puis première aviatrice, cette Beryl, qui a réellement existé et a écrit ses mémoires dans un ouvrage intitulé West with the night, est un personnage hautement romanesque. Une femme d’exception.

L'Aviatrice de P. McLain, aux Presses de la Cité

L’Aviatrice de Paula McLain

A travers ce roman, Paula McLain nous dresse le magnifique portrait d’une femme hors du commun, qui n’a pas hésité à se moquer des conventions sociales et du qu’en-dira-t-on et à oser vivre selon ses propres principes. Personnage aux multiples facettes, l’Histoire se souvient surtout d’elle pour avoir été la première femme à avoir traversé seule l’Atlantique d’est en ouest, en 1936. Autant dire que cette demoiselle n’avait peur de rien ! Sa vie est une épopée à elle seule : de son enfance cahotique sans figure maternelle à laquelle se rattacher à sa passion pour les chevaux et l’aviation en passant par ses tentatives de vie conjugale et de maternité, voilà un personnage immédiatement attachant. Des nombreuses épreuves que la vie lui a donné à traverser, Beryl Markham en a toujours fait une force et cela en fait, pour le lecteur, un personnage d’autant plus fascinant.

Dans L’Aviatrice, Paula McLain fait également renaître toute une époque, l’âge d’or de la colonisation européenne où l’on pouvait partir de presque rien et ainsi, s’enrichir et recommencer une nouvelle vie loin du Vieux Continent. Pourtant, loin des images d’Epinal, les revers financiers de sa famille auront une importance cruciale pour Beryl et détermineront nombre de ses choix. La romancière fait graviter autour de son héroïne des personnages fascinants, comme Karen Blixen et Denys Finch Hatton (sur lesquels on a déjà tiré des dizaines de livres et de films), que l’on prend plaisir à découvrir sous un autre jour.

Le texte est, de plus, servi par une très belle écriture, poétique à souhait, qui rend largement justice à la vie tumultueuse et audacieuse qu’aura été celle de la flamboyante Beryl Markham. Seul petit bémol ? Le titre en français, L’Aviatrice, qui ne rend pas tout-à-fait compte des partis-pris de l’auteur, alors que le titre original, Circling the Sun, était non seulement plus poétique, mais aussi beaucoup plus juste…

Si, en ces temps de vacances, vous vous sentez l’âme (d’une) aventurière, plongez-vous dans la formidable Aviatrice de Paula McLain qui, décidément, n’a pas son pareil pour mettre en lumière les femmes que rien n’effraie ! Vous y trouverez de quoi vous évadez, de quoi rêver, de quoi réfléchir… N’est-ce pas à cela que sert la littérature ?

Circling the Sun 
Circling the sun
AuteurPaula Mclain
EditeurVirago Press
FormatPoche
Date de sortie01 Septembre 2016
GenreRoman
19e6a6ea-c93a-4d71-950d-7d567d73b1aa

 

L’Aviatrice (P. McLain)
5 1 vote