Hello mes petits lapinous en chocolat ! Ben quoi, en ce week-end de Pâques, je me mets dans l’ambiance… Vous devez vous dire qu’elle décaroche complètement la petite (oui, je sais, j’ai besoin de vacances mais patience, patience, elles arrivent… bien que pas assez vite à mon goût si vous voulez mon avis) mais vous allez bien vite me pardonner (en tout cas, je l’espère) quand vous allez voir quelle petite bombe littéraire je m’apprête à vous présenter. Mais comme j’aime faire durer le plaisir, je vais d’abord vous parler pendant trois plombes du temps qu’il fait (mazette, j’espère que le week-end dernier, vous aviez un jardin ou un balcon à votre disposition parce que ça valait le détour. Rien de plus agréable que de se prélasser au soleil avec un bon bouquin telle une larve sur la chaise longue en mode « chabadabada », non?!) ou de ce que j’ai mangé ce midi parce que, avouons-le, c’est tout de même capital (si vous n’avez jamais essayé la fondue de poireaux, je vous recommande ce plat les yeux fermés)… Bon, allez, ça suffit la déconne, il est temps de passer aux choses sérieuses. Non mais. Mon super pote pendant ces quelques jours aux températures toutes estivales est le second roman d’une jeune auteure anglaise (vous commencez à avoir cerné mes préférences je suppose, depuis le temps…) appelée Naomi Wood. Sorti en version originale en poche il y a tout juste un an chez Picador, Mrs. Hemingway s’apprête à débarquer dans les librairies françaises le 11 mai 2017, publié par les éditions de la Table Ronde et traduit de l’anglais par Karine Degliame-O’Keeffe. J’imagine que vous devez déjà avoir votre petite idée sur l’histoire de ce livre, vu le titre. Une grande figure de la littérature américaine (mais pas que) s’y dévoile…

N. Wood, romancière

Naomi Wood, auteure de Mrs. Hemingway

Naomi Wood est née en 1983 et a grandi en Angleterre, dans le Yorkshire. A l’âge de huit ans, elle déménage à Hong-Kong avec ses parents, où elle restera pendant dix ans. Elle retourne à Londres pour étudier la littérature anglaise à l’Université de Cambridge. Son premier roman, The godless boys, écrit en 2011, n’a pas encore été traduit dans nos contrées. Mrs. Hemingway a été ou va être publié dans une dizaine de pays. Voilà qui s’annonce comme un joli voyage…

Ils les surnommaient Hash, Fife, Marty et Pickle. Il les a toutes successivement épousées entre septembre 1921 et mars 1946. Quatre femmes extraordinaires, chacune à leur manière. Quatre femmes qui, malgré leurs divers talents, resteront dans l’ombre d’un géant de la littérature américaine. « Il », c’est Ernest Hemingway, l’auteur du Vieil homme et la mer, Pour qui sonne le glas et Paris est une fête (pour ne citer qu’eux bien sûr) et Prix Nobel de Littérature en 1954 par lequel on tiendra à récompenser « son style puissant et nouveau par lequel il maîtrise l’art de la narration moderne ». Le roman débute en 1926 alors que le premier mariage d’Hemingway avec Hadley Richardson bat de l’aile. C’est avec elle qu’il a passé ses années de jeunesse à Paris, entouré des plus grands auteurs (F.S Fitzgerald, E. Pound…) qui formeront ce qu’on appelera plus tard la Lost Generation. En cet été 1926, le couple est à Juan-les-Pins avec leur fils Bumby… et la maîtresse (et bientôt seconde épouse) d’Ernest, Pauline Pfeiffer, surnommée Fife. Successivement, et à l’aide de retours en arrière savamment orchestrés, le lecteur va apprendre à connaître chacune d’entre elles, et à travers ce prisme, leur célèbre époux. Si Hadley a plutôt été une épouse dévouée à sa famille, la sensible Fife (journaliste dans un magazine de mode) et la bouillonnante Martha Gellhorn (sa troisième femme, reporter de guerre, qu’il a rencontré pendant la guerre civile en Espagne dans les années 1930) tenteront davantage d’exister face à ce géant aux pieds d’argile, quitte à se brûler les ailes… Sa dernière épouse, Mary, avec qui il a convolé en justes noces à la Libération, restera à ses côtés jusqu’aux dernières heures sombres de ce génie torturé…

Mrs. Hemingway (Picador)

Mrs. Hemingway, bientôt publié par les éditions de la Table Ronde

Hemingway et ses épouses n’ont pas fini de fasciner les écrivains (et les lecteurs) puisque déjà, en 2011, l’Américaine Paula McLain avait consacré un roman à Hadley et Ernest et à leurs années dans la capitale française sous le titre de Madame Hemingway (The Paris Wife pour le titre original). Riche et passionnant, il fut naturellement l’un de mes coups de cœur à sa sortie. J’avais donc quelques a prioris (peur de relire la même chose surtout) en ouvrant le livre de Naomi Wood. Et bien, pas du tout ! L’angle d’attaque, déjà, est différent, puisque cette fois-ci, on s’intéresse à toutes les épouses d’Hemingway et non pas à une seule. Construit dans un ordre chronologique, Mrs. Hemingway alterne les nombreux flashbacks qui viennent éclairer l’histoire (souvent les circonstances de la rencontre d’Ernest avec son épouse suivante et comment la femme délaissée voit l’arrivée de cette rivale) et les différentes facettes des personnages.

Si Hemingway n’est pas le « héros » du roman, c’est bien sûr autour de lui que toutes ces femmes gravitent, tel un aimant. Toutes (et tous) sont tombés sous son charme à l’époque. Pourtant, la romancière en dresse un portrait juste, lucide et donc pas toujours flatteur : séducteur invétéré, il est souvent en proie à des phases de dépression, de colère et une grande consommation quotidienne d’alcool. Il cherche perpétuellement à charmer le sexe opposé mais se sent rapidement menacé lorsqu’une femme cherche à lui tenir tête ou à s’émanciper quelque peu de sa tutelle. Une fois le livre refermé, le mystère Hemingway reste (presque) entier… mais c’est ce qui fait aussi le charme de ce beau roman intimiste. Naomi Wood se glisse avec une facilité déconcertante dans la peau de quatre femmes fort différentes, en les rendant accessibles et attachantes. La fluidité de la plume (lisez-le en anglais si vous le pouvez!) est un tel régal qu’on pardonne aisémment quelques petites longueurs sur la fin. Du Paris des années 1920 au Cuba des années 1960 en passant par la Floride de 1940, Naomi Wood nous embarque dans un sacré voyage… et on en redemande !

Premier roman de l’Anglaise Naomi Wood à être publié en France, Mrs. Hemingway est un très beau livre. A la fois délicat, incisif et original, il dévoile quatre portraits de femmes… et quelles femmes ! Plurielles, elles avaient en commun le même amour fou, dévorant, pour un seul homme : Ernest Hemingway.

Mrs. Hemingway
AuteurNaomi Wood
EditeurEdition La Table Ronde
FormatGrand Format
Date de sortie11 mai 2017
GenreRoman
19e6a6ea-c93a-4d71-950d-7d567d73b1aa