N’étant pas naturellement très portée sur les romans policier, j’aime le mélange des genres. Je suis donc capable de dévorer des policiers historiques (avec une légère préférence pour Jean d’Aillon, C.J Sansom ou encore Jean-François Parot) ou des romans dans lesquels la frontière reste floue. C’était le cas pour l’un de mes grands coups de cœur de l’année dernière, que je ne vous ai pas présenté ici d’ailleurs : le fabuleux Elizabeth is missing de Emma Healey. Sorti chez Sonatine sous le titre L’oubli en mai 2014, il dispose en anglais d’une couverture et d’un habillage beaucoup moins thriller que son cousin français. On y suit les aventures de Maud, une charmante petite vieille souffrant de la maladie d’Alzeihmer, qui cherche à retrouver Elizabeth, son amie disparue. Au fur et à mesure, l’enquête avance, nous ramenant vers le passé de Maud, mais c’est sans compter, bien sûr, sur sa maladie qui progresse… Ce livre est une vraie mine d’or : vous y trouverez à la fois des personnages complexes et émouvants, une intrigue avec une résolution finale, une ambiance délicatement surannée… Pour son premier roman, la jeune Britannique Emma Healey tapait fort ! Je pensais retrouver un peu ce mélange détonnant dans le premier livre de l’Américain Milton O’Neal Walsh, My sunshine away, sorti en poche en France le 4 mai 2016 aux éditions Livre de Poche sous le titre Soleil brisé. Alors, qu’en fût-il de cette découverte ?

M.O Walsh, auteur de My sunshine away

M.O. Walsh

Si My sunhine away est le premier roman de M.O Walsh, il a par ailleurs beaucoup écrit pour le New-York Times, le Southern Review ou Epoch. Ses nombreuses nouvelles ont été compilées dans Best American Voices, Bar Stories, Best of the Net ou encore Louisiana in words. Il vit actuellement à la Nouvelle-Orléans où il est directeur de la section Creative Writing Workshop à l’université du même Etat. Son roman a reçu un accueil chaleureux et médiatisé puisqu’il a été recommandé par Kathryn Stockett (auteur de la célébrissime Couleur des sentiments), Anne Rice et Oprah Winfrey. Rien que ça !

Baton-Rouge en Louisiane. Eté 1989. Le narrateur, dont le prénom n’est jamais cité durant tout le roman, est un adolescent de 14 ans environ, qui vit seul avec sa mère et dont le père brille par son absence. Il habite dans un quartier résidentiel de banlieue, calme, où rien ne sort de l’ordinaire. Le jeune garçon est irrésistiblement attiré par Lindy Simpson, sa jolie voisine d’un an son aînée, et passe ses journées de vacances à la regarder à travers sa fenêtre. Ce qui n’était destiné qu’à rester un béguin d’adolescent prend une toute autre tournure lorsque la jeune fille est agressée et violée à quelques mètres de chez elle. Lindy ne se souvient pas de son agresseur. Plusieurs personnes du quartier, dont un psychiatre douteux, un adolescent adopté perturbé et en rupture avec la société et d’autres, sont suspectées. Dont notre narrateur. Qui va alors chercher à livrer sa propre version des faits et se retrouver face à Lindy des années plus tard…

My sunshine away, premier roman de l'Américain M.O Walsh

My sunshine away

Une fois le cadre posé, place aux choses sérieuses. Si l’on s’attache d’abord aux points positifs de ce livre, il est avant tout particulièrement réussi dans l’art de poser une ambiance. Grâce à une écriture à la fois brute et poétique, le lecteur se retrouve plongé au cœur de l’étouffante Louisiane et apprend, au fil des pages, à découvrir ses habitants, ses paysages, ses coutumes, sa nourriture… à travers les yeux de ce jeune garçon, à peine entré dans l’adolescence. Les références musicales et culturelles sont nombreuses, ce qui permet au lecteur de s’imerger complètement dans l’ambiance.

Au cœur de ce territoire à l’aspect à la fois idyllique et repoussant surgit ce garçon qui, à l’épreuve de ce qu’il va vivre, va perdre son innocence et sa naïveté. Une grande partie du roman est parsemée de ses souvenirs, racontés et analysés par l’adulte qu’il est devenu aujourd’hui. L’odieux crime commis à l’encontre de Lindsy va finalemenent le convaincre qu’une vie simple n’est dorénavant plus accessible pour lui et qu’il ne trouvera un salut et une forme de paix intérieure qu’en trouvant le coupable. Cela aurait pu faire un très beau et bon roman d’apprentissage car le début de livre est tout-à-fait prometteur. Mais petit à petit, le récit s’enlise dans des intrigues secondaires pas vraiment indispensables et c’est l’ennui qui vient alors pointer le bout de son nez. On se surprend au fut à et mesure de la lecture à tourner les pages de plus en plus vite. Les personnages ne suscitent pas réellement d’empathie chez le lecteur et les thèmes, certes touchants, sont abordés de manière superficielle, jamais en profondeur. Côté style, cela finit par se gâter un peu aussi : d’une très belle écriture, on passe à une jolie écriture puis à un style relativement médiocre, ou au moins très inégal. Les personnages ont davantage, au mieux, l’air de pantins désarticulés sans vie. Au pire, le jeune garçon vous apparaîtra comme tordu et dérangeant. La fin n’est vraiment pas ce que l’on attend et, dans ce cas précis, même si j’aime généralement être surprise, cela vient desservir le livre et son auteur. Le rythme est lent et l’ambiance étouffante du sud des Etats-Unis (certes bien rendue), le tout ajouté au contexte… Tout cela devient parfois difficilement supportable pour le lecteur…

My sunshine away est une belle plongée au cœur de l’esprit d’un adolescent en proie, non seulement aux tourments de son âge, mais également à la perte d’innocence, de repères, au doute et à la culpabilité. L’enfance et sa douceur ne seront désormais pour lui qu’un lointain souvenir sans marche arrière possible.

M.O Walsh vous décrit à merveille une ville du sud des Etats-Unis alanguie, une banlieue bourgeoise tranquille, sorte de Desperate Housewives en plus sombre et plus étouffant. On attend la petite étincelle qui fera décoller le récit… en vain… et c’est d’autant plus frustrant. Il y a dans My sunshine away de belles promesses… mais l’objectif reste à moitié atteint.

My Sunshine Away
My sunshine away
AuteurM.O. Walsh
EditeurG.P. Putnam’s Sons
FormatGrand Format
Date de sortie10 Février 2015
GenreRoman Policier
19e6a6ea-c93a-4d71-950d-7d567d73b1aa

 

My sunshine away (M.O Walsh)
5 1 vote