Quelques mots, pour démarrer, sur ma petite vie… littéraire, entendons-nous bien. Je me doute que le reste vous intéresse fort peu et vous avez bien raison. Avez-vous déjà fantasmé sur un livre pendant des années avant de l’acheter ? Moi, oui. Autant vous dire que la liste des attentes était particulièrement longue lorsque je me suis (enfin) décidée à véritablement mettre la main sur Mon nom est Rouge de Orhan Pamuk. Prix du Meilleur Livre Etranger en 2002, ce titre fut un vrai succès en librairie et a permis à son auteur, de nationalité turque, de remporter le prix Nobel de Littérature pour l’ensemble de son œuvre en 2006. Mon nom est Rouge se situe dans l’Istanbul foisonnant de la fin du XVIe siècle. L’Empire Ottoman est alors au faîte de sa puissance et rayonne dans le monde entier. Alors qu’un peintre enlumineur veut éviter la réalisation d’un livre impie, il est assassiné. Du puits d’où on l’a jeté, le mort prend la parole pour raconter son histoire… Alors que tous les ingrédients étaient réunis pour qu’il soit un gros coup de cœur, il n’en fut malheureusement pas ainsi. Chaque chapitre étant raconté par un personnage différent, il est assez difficile de s’y retrouver et le récit avance très lentement. Bref, la sauce n’a pas pris pour moi et me voilà bien dépitée. C’est sans compter cependant sur l’arrivée d’un nouveau bébé de la rentrée littéraire d’hiver… La couverture d’abord, à la fois magnifique et lourde de sens, attire le regard. Suite aux chaudes recommandations d’une de mes copines lutin, je me jette dessus sans plus attendre. Et là… roulement de tambour, les pages se tournent toutes seules (si, si), j’ai beaucoup de mal à m’arrachez à la lecture et pourtant, je redoute d’arriver à la fin du voyage. Sans plus attendre, laissez-moi vous présenter le premier roman d’une jeune Américaine d’origine ghanéenne : No home (Homegoing pour le titre original) de Yaa Gyasi.

Yaa Gyasi, auteure de No Home

Yaa Gyasi, auteure de No Home

Yaa Gyasi est née en 1989 au Ghana. Elle émigre, à l’âge de deux ans, aux Etats-Unis (à Huntsville, en Alabama) avec ses parents. Titulaire d’un Bachelor of Arts (BA) en anglais de l’université de Stanford, elle a également obtenu un Master of Fine Arts à l’Iowa Writers’ Workshop. C’est un voyage au Ghana en 2009 avec la découverte du fort de Cape Coast et de son histoire qui a déclenché son envie d’écrire No Home. Ce roman, son tout premier donc, est sorti en juin 2016 aux Etats-Unis et a été grandement salué par la critique. Yaa Gyasi, 27 ans, a été distinguée en septembre dernier par la National Book Foundation dans sa liste annuelle des cinq jeunes auteurs les plus remarquables. Sorti en France aux éditions Calmann-Lévy pour la rentrée littéraire d’hiver, No Home a été traduit par Anne Damour.

Nous croyons celui qui a le pouvoir. C’est à lui qu’incombe d’écrire l’histoire. Aussi, quand vous étudiez l’histoire, vous devez toujours vous demander : « Quel est celui dont je ne connais pas l’histoire ? Quelle voix n’a pas pu s’exprimer ? ». Une fois que vous avez compris cela, c’est à vous de découvrir cette histoire. 

Difficile de résumer ce roman fleuve de plus de 400 pages qui se déroule sur trois siècles, du Ghana du XVIIIe siècle aux Etats-Unis d’aujourd’hui, en quelques lignes. Surtout quand il est aussi bouleversant que celui-ci. No Home commence au Ghana, au XVIIIe siècle donc. Le lecteur va faire la connaissance de Effia et Esi, deux demi-soeurs que tout oppose. Alors qu’Effia va épouser un Anglais et mener une vie plutôt confortable, son double (née de la même mère) se retrouve au cœur du commerce triangulaire. Emprisonnée, Esi est vendue à des marchands d’esclaves et expédiée en Amérique. L’histoire se tisse délicatement au fur et à mesure et l’on apprend à connaître, sur sept générations, les descendants d’Effia et Esi. Chaque parcours est unique, chaque trajectoire est autant de violences, de douleurs et de renoncements. Chaque vie sera façonnée par la loi du destin, souvent broyée par les méandres de l’Histoire… Des champs de coton à la guerre de Sécession, des mines de charbon et du jazz au Bronx d’aujourd’hui, No Home est une ôde déchirante au peuple Noir et à son histoire, écrite en lettres de sang.

No home (Y. Gyasi)

No home (Homegoing), premier roman de l’Américaine Yaa Gyasi

Une chose est sûre : on ne sort pas indemne de la lecture de No Home. Grâce au talent fou de cette jeune romancière (qui n’est pas sans rappeler une grande dame de la littérature américaine, Toni Morrison), chaque trajectoire s’imprime profondément en vous. Saga familiale très ambitieuse (puisqu’étalée sur 250 ans et deux continents), le livre laisse s’exprimer tous les personnages et les chapitres sont autant de petits romans insérés dans une grande histoire. Les voix qui portent ce livre sont toutes tellement attachantes que vous ne les quittez qu’à regret et l’on voudrait que chacun d’entre eux puisse avoir son propre roman tant le parcours de chacun est passionnant. Ce roman puissant ne cède jamais non plus à la facilité et, plein de nuances, arrive à mettre en lumière des faits méconnus de l’Histoire. A travers ce récit, Yaa Gyasi explore de nombreuses thématiques comme la pauvreté, la honte, la domination, l’humiliation, la mise à l’écart mais aussi le courage, la volonté de rester digne, la rage de vivre malgré tout et l’amour des siens. Y. Gyasi fait également montre, avec No Home, de ses merveilleux talents d’écrivaine bien sûr, mais aussi de conteuse. Elle mêle avec habileté le merveilleux et le cruel, la beauté pure, l’innocence et le sang. Une lecture nécessaire, magistrale et inoubliable.

No Home est la prouesse littéraire d’une toute jeune romancière américaine de 27 ans. Grâce aux chemins de vie des personnages, nous sommes plongés à travers trois siècles d’histoire (qui englobent l’esclavage, le colonialisme et les inégalités qui continuent toujours actuellement d’en découler). Une histoire maculée de terre et de sang qu’il faut continuer, plus que tout, à raconter. Il est certain qu’avec ce livre, une nouvelle voix de la littérature est née.

No Home
AuteurYaa Gyasi
EditeurCalmann-Lévy
FormatGrand Format
Date de sortie04 Janvier 2017
GenreRoman 
19e6a6ea-c93a-4d71-950d-7d567d73b1aa

 

No Home (Y. Gyasi)
5 1 vote