Autant vous le dire tout de suite, même si vous le savez sûrement déjà: toutes les bonnes choses ont une fin. Mon cycle vertueux de lectures méga-géniales s’est (momentanément) arrêté. Je ne sais pas si le fait d’avoir dû passer quatre jours au fond du lit à terrasser de sales envahisseurs et autres microbes y est pour quelque chose… Mais me voilà de nouveau sur pied (et le stylo bien affûté, j’espère) et prête à partager avec vous ma dernière déception en date.

Renee KnightLes thrillers psychologiques mettant en scène le quotidien d’un couple en apparence ordinaire mais pris dans la tourmentes des secrets inavouables et des non-dits ont actuellement le vent en poupe en librairie. Après le très célèbre Les Apparences de Gillian Flynn (adapté au cinéma en 2014 par David Fincher) et, dans une certaine mesure, La Fille du Train de Paula Hawkins, c’est une autre Britannique, Renee Knight, qui s’y colle pour son premier roman. Acclamée par la presse et montée en épingle par un article de Janet Maslin dans le New-York Times, cette nouvelle venue dans le monde de la littérature policière était attendue au tournant par bon nombre d’amateurs du genre. Pas encore grand chose ne circule sur cette romancière puisqu’il s’agit de son premier livre. Toujours est-il que cette dame serait, à la vie, réalisatrice, productrice et auteur de documentaires pour la télévision et le cinéma. Elle a travaillé dans ce cadre pour la BBC, Channel Four et Capital Film. Elle vit aujourd’hui à Londres avec son mari et ses deux enfants. J’ai donc eu l’occasion de lire son Disclaimer en version originale (Révélée, publié chez Fleuve Noir en France), puisqu’il vient de paraître en poche en anglais.

L’héroïne du roman, Catherine, est une femme d’âge mûr, qui a réussi une brillante carrière et qui a réalisé de nombreux documentaires pour la télévision (tiens, ça ne vous rappelle pas quelque chose?). Reconnue et louée pour la qualité de son travail, elle partage sa vie avec un mari aimant et dévoué et leur fils de 25 ans, Nicholas. Le couple vient d’emménager dans une nouvelle maison et se prépare à couler des jours heureux. La vie de Catherine est en apparence parfaite. Tout va donc pour le mieux… sauf que celle-ci a de plus en plus de mal à trouver le sommeil, se sent menacée, épiée, surveillée. L’origine de ses angoisses et ses sueurs froides ? Un livre, qu’elle a reçu, expédié par un inconnu. Plus elle avance dans sa lecture, plus elle se trouble. Pourquoi ? Et bien parce que le roman étale sous ses yeux (et peut-être bientôt aux yeux de tous?) quelque chose d’affreux, qui s’est déroulé il y a plus de vingt ans et dont elle croyait être la seule à connaître le secret. Qui est l’auteur de cet énigmatique manuscript ? Comment a t-il eu accès à cette histoire ? Arrivera t-il à assouvir la terrible vengeance qu’il a promis de faire subir à Catherine afin de la faire payer ? Petit à petit, la vie de Catherine se délite, sans qu’elle ne puisse plus rien contrôler…

Disclaimer (R. Knight)Révelée/Disclaimer est le genre de livre qui fait beaucoup de buzz à sa sortie. Comparé, comme je vous l’ai dit précédemment, à deux poids lourds du genre, il suscite forcément chez les lecteurs de nombreuses attentes et un peu d’exigeance. Je pense que la comparaison ne lui a malheureusement pas rendu service (même si, je vous l’avoue, j’ai toujours eu du mal à comprendre tout le foin que l’on a fait autour de cette fameuse Fille du Train, efficace certes mais de loin pas inoubliable…). C’est vrai, les ficelles et procédés de narration sont relativement similaires : nous voilà face à un thriller qui oppose deux personnages en faisant s’entrelacer leur version de l’histoire. La clé du récit ? La vengeance implacable exercée par l’un des protagonistes pour le méfait de l’autre. Voilà un concept plutôt génial… mais qui ne délivre malheureusement pas tout son potentiel. Certes, la quatrième de couverture est alléchante, les chapitres courts et l’alternance des points de vue participent à donner, au début du moins, un rythme certain au récit et parviennent à tenir le lecteur en haleine. On aimerait des personnages un peu plus fouillés, plus etoffés, une écriture moins répétitive mais malgré tout, les ingrédients de base y sont. Sans vous révéler quoique ce soit de la fin, c’est dans la dernière partie que ça se gâte selon moi. Mais diable, pourquoi diable cette fin ? Dans les derniers chapitres du roman, vous découvrez, par un retournement de situation ma foi rocambolesque (oserais-je dire absurde?) et qui ne tient pas debout que vous avez été complètement dupé. Mais pas dans le bon sens du terme mes amis. Pas comme après un bon polar où vous vous dites que, décidément, l’auteur est très fort et que vous n’y avez vu que du feu (pour ça, je vous conseille Karen Maitland, elle est géniale). Non, là, vous vous sentez floué, (allez n’ayons pas peur des mots) presque trompé sur la marchandise. Dommage, car les retournements de situation explosifs donnent toujours envie au lecteur de relire le livre pour voir ce qu’il a manqué ou ce que l’auteur lui a fait voir de manière biaisée. Là, merci mais… non merci.

Disclaimer/Révelée avait de bonnes idées mais ne s’est pas avéré suffisamment convaincant pour ma part. Des personnages sans grande consistance, une intrigue efficace mais qui finit par ne plus tenir la route, un rythme prenant au départ mais qui s’essoufle au fur et à mesure… Et puis, cette écriture… Dommage que, comme dans beaucoup de romans policier, l’intrigue soit au détriment du style, qui se retrouve négligé et/ou répétitif. Les errements de l’auteur ont fini par avoir raison de moi : ils m’ont tout d’abord laissée perplexe puis presque indifférente sur la fin au sort qui attendait les différents personnages. Bref, en un mot : peut mieux faire.

Disclaimer
Oh my dear
AuteurRenée Knight
EditeurBlack Swan 
FormatPoche
Date de sortie19 Mai 2015
GenreRoman
19e6a6ea-c93a-4d71-950d-7d567d73b1aa