Ca y est… le mois de novembre pointe le bout de son nez (enrhumé). A quelques semaines des fêtes de fin d’année tant attendues (ou tant redoutées, c’est à vous de voir), il est désormais temps (si vous êtes du genre prévoyant et attentif) de commencer à rédiger des petites listes de cadeaux pour vous et vos proches. En librairie, les dernières nouveautés viennent remplir les tables (déjà bien chargées) avant le grand rush et, à quelques jours de la remise, entre autres, des prix Goncourt et Renaudot, la tension est à son comble. En attendant, je me contente de prier le Dieu des Prix Littéraires (si, si) pour qu’il récompense Leïla Slimani et sa Chanson Douce du Goncourt, l’un de mes favoris de cette rentrée littéraire (que je vous avais présenté ici même fin août) et le seul à m’avoir plu dans cette dernière sélection… Mais venons-en au fait. Un nouveau petit des éditions La Belle Colère a fait son apparition le 27 octobre dernier dans notre rayon littérature étrangère. La Belle Colère, je vous en ai déjà parlé il y a quelques temps avec le roman de Ned Vizzini, Tout plutôt qu’être moi, c’est cette collection de textes dont les héros sont des adolescents mais davantage destinée à un public dit « adulte » que des romans jeunesse traditionnels. Si ces ouvrages ont une grande visibilité sur le Net (beaucoup de blogs littéraires s’en font en effet l’écho), en magasin, c’est une autre affaire. Les clients sont, malheureusement, trop vite rebutés par des thématiques jugées trop sinistres à leur goût (alors que pas du tout. Si les sujets sont en effet généralement difficiles, ils ne sont absolument pas traités de manière misérabiliste). Mais que voulez-vous, le règne du « Je veux un roman léger, surtout pas prise de tête » en librairie a encore de (très) beaux jours devant lui si vous voulez mon avis… Sans plus attendre, laissez-moi vous présenter le roman de Laurie Halse Anderson, Je suis une fille de l’hiver.

La romancière américaine Laurie Halse Anderson

La romancière américaine Laurie Halse Anderson

Laurie Halse Anderson est née le 23 octobre 1961 à Potsdam, dans l’état de New York. Elle a manifesté très jeune un goût prononcé pour la lecture et l’écriture. Pendant son année de terminale, la jeune femme a eu l’occasion de vivre pendant plus d’un an en Europe, au Danemark avant d’entrer à l’université, dans une fillière de langues et linguistique. Elle a commencé sa carrière en tant que journaliste pour le Philadelphia Inquirer. C’est à cette époque qu’elle se met à écrire pour la jeunesse et elle connait son premier succès en 1999 avec son roman Speak (qui fut d’ailleurs adapté au cinéma en 2004 avec Kristen Stewart et édité par les éditions de la Belle Colère en 2014 en France). Sélectionné par le National Book Award, cet ouvrage lui a permis d’être connue du grand public et de recevoir plusieurs récompenses jusqu’à aujourd’hui. Je suis une fille de l’hiver, dont le titre original est Wintergirls, est sorti en mars 2009 aux Etats-Unis et constitue l’avant-dernier roman de Laurie Halse Anderson.

Lia Overbrook est une jeune adolescente américaine de 18 ans, qui vit avec son père, sa belle-mère et sa demi-soeur de 9 ans, Emma. La jeune fille traverse une période difficile : Cassie Parish, sa meilleure amie d’enfance avec laquelle elle a été liée fort longtemps avant qu’une dispute ne les sépare, s’est suicidée dans une chambre d’hôtel après avoir appelé Lia 33 fois sans que celle-ci ne décroche. Rongée par la culpabilité, Lia est également aux prises avec une maladie qui s’empare petit à petit d’elle toute entière : l’anorexie. Après plusieurs séjours en hôpital psychiatrique, l’adolescente ne parvient pas à vaincre ses démons et s’enfonce de plus en plus dans une spirale infernale…

Je suis une fille de l'hiver, publié par La Belle Colère

Je suis une fille de l’hiver, publié par La Belle Colère

Dans le quotidien britannique The Guardian, Melvin Burgess, auteur jeunesse très reconnu (notamment pour son bouleversant Junk) a dit de Je suis une fille de l’hiver qu’il était « un livre qu’on oublierait pas de sitôt ». Et effectivement, ce roman risque fort de vous bouleverser jusqu’au fin fond de vos entrailles. Difficile de ne pas être ému (au minimum) devant la trajectoire tortueuse de la jeune Lia, balottée entre un père, professeur d’histoire médiatique, de bonne volonté mais un peu dépassé par les évènements, et une mère chirurgien qui brille à la fois par son absence et sa froideur dans les rares moments qu’elle passe avec sa fille. A travers la romancière, la voix de Lia porte littéralement tout le texte. A la fois déchirant et spontané, préparez-vous à un voyage tumultueux dans la psyché d’une adolescente. Nombre des phrases de Lia démarre par « Quand j’étais une vraie fille… » : le lecteur peut ainsi mesurer par là l’impasse dans laquelle se trouve l’adolescente, qui s’emmure dans la maladie comme si celle-ci était une protection, alors qu’elle ne fait que la fragiliser davantage et la mettre en danger. Les phrases barrées tout au long du texte (qui, comme si l’on lisait des extraits d’un journal intime, viennent souligner ce que pense réellement la jeune fille) sont glacantes de vérité et participent à rendre le récit totalement crédible, et donc parfois douloureux. De nombreux sujets et autres préoccupations existentielles de l’adolescence (mais qui concernent aussi les personnes ayant atteint l’âge adulte et c’est justement ce qui rend ce texte si intemporel et si fort) sont abordés tout au long du roman, où l’on apprend à connaître la vie de Lia et les gens qui l’entoure : les liens familiaux, la difficulté de grandir, l’amitié fusionnelle, le rapport à la mort… Tout comme Lia, chacun apportera, après la lecture de ce livre, ses propres réponses.

Un petit bémol cependant, qui concerne d’ailleurs davantage l’ensemble et l’angle d’attaque de la collection imaginée par les éditions de La Belle Colère. Après avoir lu plusieurs textes de cet ensemble, il est possible de mettre en avant un léger manque de renouvellement au niveau des publications proposées. Difficile d’imaginer, pour ma part en tout cas, que cette collection s’agrandisse encore pendant des années…

Je suis une fille de l’hiver est un roman poignant sur l’adolescence et ses écueils, l’anorexie, la culpabilité et le deuil. Sur des thématiques périlleuses, l’auteur met en avant tout son savoir-faire pour les traiter sans emphase ni misérabilisme mais avec toute la justesse qu’elles méritent. La lecture du roman, douloureuse par moments, ne vous laissera certainement pas indifférent.

Je suis une fille de l’hiver
Je suis une fille de l'hiver
AuteurLaurie Halse Anderson
EditeurLa Belle colère
FormatGrand format
Date de sortie27 Octobre 2016
GenreRoman
19e6a6ea-c93a-4d71-950d-7d567d73b1aa

 

Je suis une fille de l’hiver (L.H Anderson)
5 1 vote