Toute la lumière que nous ne pouvons voir

Toute la lumière que nous ne pouvons voir

Disponible dans les pays anglophones depuis le début du mois de mai 2014, Toute la lumière que nous ne pouvons voir s’était déjà taillé un très joli succès dès sa sortie. Finaliste du National Book Award, il a rapidement caracolé en tête des ventes, arrivant dans le top 10 des livres de l’année du New York Times. Mais le phénomène s’est sérieusement amplifié lorsque le président des Etats-Unis lui-même, Barack Obama, est rentré dans une librairie en demandant spécifiquement le titre d’Anthony Doerr. Couronné par le prestigieux prix Pulitzer 2015 dans la catégorie « Fiction » (l’équivalent de notre prix Goncourt en France), ce titre continue son ascension fulgurante en Europe. Plus d’1,5 million d’exemplaires ont été vendus à travers le monde. Des traductions sont en cours dans une quarantaine de langues et la 20th Century Fox vient récemment d’en acquérir les droits pour le cinéma. Brillamment traduit par Valérie Malfoy, il est désormais publié en français aux éditions Albin Michel depuis le mois d’avril 2015.

Toute la lumière que nous ne pouvons voir met en scène et en parallèle le destin de deux enfants au milieu des années 1930. Marie-Laure Leblanc vit à Paris avec son père, serrurier du Muséum d’histoire naturelle. Aveugle dès l’âge de six ans à la suite d’une cataracte, elle parvient à se repérer parfaitement dans la ville grâce à une maquette miniature de leur quartier, fabriquée par son père. Passionnée par la lecture, elle apprend à lire Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne en braille. Lors d’une visite au musée, elle découvre la légende d’un diamant surnommé « Sea of Flame » en raison de sa couleur bleue et de son centre rouge-feu….

Loin de là, le lecteur fait également la connaissance du jeune Werner, qui vit avec sa petite sœur Jutta à l’orphelinat de Zollverein, à Essen, en Allemagne. Véritable petit génie précoce en matière de sciences et de techniques, Werner découvre une vieille radio cassée, parvient à la réparer et passe ses soirées à écouter le programme scientifique pour enfants d’un professeur français. Tout un monde de possibilités s’ouvre alors à lui…

Mais c’est sans compter sur la guerre, qui décidera autrement du sort de ces deux jeunes enfants. Tandis que Marie-Laure quitte la capitale avec son père lorsque les Allemands envahissent Paris en juin 1940 et qu’ils cherchent tous deux refuge chez un vieil oncle dans la ville de Saint-Malo, les talents de Werner sont bien vite débusqués par les Nazis, qui envoient rapidement le garçon dans les Jeunesses Hitlériennes puis la Wehrmacht. Il y fait alors l’apprentissage du métier d’ingénieur… mais aussi celle de la cruauté et de la violence. Sans quasiment aucun contact avec son monde d’avant, il est envoyé sur le front Est en 1943. Chargé de repérer les rebelles russes et ukrainiens diffusant des informations par la radio, il utilise ses compétences scientifiques et techniques pour trianguler leurs positions. En 1944, il est envoyé en France avec son unité pour éliminer un nœud de résistance en Bretagne, à Saint-Malo…

Anthony Doerr

Anthony Doerr

Toute la lumière que nous ne pouvons voir est un magnifique roman qui offre une réflexion poignante sur la guerre et ses conséquences dramatiques et qui nous montre à quel point cela peut bouleverser des destins et pousser les individus à faire des choix, à aller dans des directions vers lesquelles ils ne seraient jamais allés dans d’autres circonstances. Les courts chapitres (qui font rarement plus de cinq pages d’affilée) alternent entre le point de vue de Marie-Laure et celui de Werner (et occasionnellement, ceux de personnages secondaires), ce qui donne au récit un véritable rythme, une vraie densité et rend l’histoire particulièrement haletante. Les flash-backs entre passé et présent sont également savamment distillés dans le récit. Anthony Doerr arrive véritablement à donner vie à ses personnages, les fait s’incarner devant les yeux du lecteur, bien loin des stéréotypes parfois véhiculés dans certains romans avec des sujets similaires. L’écriture, fine et précise, formelle et directe mais poétique, est toute en nuances et pleine de subtilités. Petit à petit, l’auteur arrive à faire converger les intrigues de chacun des personnages en une seule et même histoire. Il parvient à mettre en avant, au fur et à mesure des pages, la part d’ombre qui sommeille en chacun mais aussi leur part de lumière, que l’on ne peut ou que l’on ne s’autorise pas toujours à voir.

Toute la lumière que nous ne pouvons voir est avant tout un formidable page-turner. Malgré le contexte vu et revu de la Seconde Guerre Mondiale, Anthony Doerr est arrivé à faire de son livre un véritable bijou d’originalité, tout sauf manichéen, rempli d’humanité et de paradoxes, avec des personnages très attachants, qui vont rapidement vous devenir très familiers. A découvrir absolument !

All the light we cannot see est également sorti dans sa version originale en poche en avril 2015 chez Fourth Estate Ltd.

 Toute la Lumière Que Nous Ne Pouvons Voir
Toute la lumière que nous ne pouvons voir
AuteurAnthony Doerr
EditeurAlbin Michel
FormatGrand Format
Date de sortie29 Avril 2015
GenreRoman

19e6a6ea-c93a-4d71-950d-7d567d73b1aa

Toute la lumière que nous ne pouvons voir (Anthony Doerr)
5 1 vote