Accueil Santé & Bien-être Antibiotiques prophylactiques non nécessaires avant les procédures dentaires invasives

Antibiotiques prophylactiques non nécessaires avant les procédures dentaires invasives

65

(HealthDay) – Selon une étude publiée en ligne le 19 janvier dans Réseau JAMA ouvert.

Martin H. Thornhill, MBBS, Ph.D., de l’Université de Sheffield School of Clinical Dentistry au Royaume-Uni, et ses collègues ont évalué les associations entre l’IDP et l’infection tardive de l’articulation prothétique (LPJI) à l’aide de données d’Angleterre, où la prophylaxie antibiotique n’a jamais été recommandé pour prévenir l’IAPJ. L’analyse a inclus 9 427 patients admis dans des hôpitaux en Angleterre pour LPJI entre le 25 décembre 2011 et le 31 mars 2017.

Les chercheurs ont découvert que 25,3 % avaient des articulations prothétiques de la hanche, 33,6 % avaient des articulations prothétiques du genou, 2,8 % avaient d’autres articulations prothétiques et 38,4 % avaient des types d’articulations prothétiques inconnues. Aucune association temporelle significative n’a été observée entre l’IDP et le LPJI ultérieur. En fait, il y avait une incidence plus faible d’IDP observée dans les trois mois précédant le LPJI (rapport des taux d’incidence, 0,89).

Lire aussi:  Les scores de risque polygénique identifient les individus à haut risque d'ascendance européenne et asiatique, mais moins d'ascendance africaine

« Ces résultats réfutent les recommandations d’administrer une prophylaxie antibiotique aux patients porteurs de prothèses articulaires avant l’IDP, compte tenu du coût, du risque de réaction indésirable aux médicaments et du potentiel de promotion de la résistance aux antibiotiques associée à la prophylaxie antibiotique », écrivent les auteurs.

Un auteur a révélé des liens financiers avec l’industrie pharmaceutique.


Copyright © 2021 Jour de la santé. Tous les droits sont réservés.

Article précédentVirus COVID lié à des maux de tête et à une altération de l’état mental chez les enfants hospitalisés
Article suivantAucune augmentation significative observée des taux de mortalité fœtale de 2019 à 2020