Accueil Santé & Bien-être La moitié de toutes les femmes subissent des mammographies faussement positives après...

La moitié de toutes les femmes subissent des mammographies faussement positives après 10 ans de dépistage annuel

57

Réseau JAMA ouvert.

Les mammographies faussement positives sont courantes

Le cancer du sein est la deuxième cause de décès par cancer chez les femmes aux . La détection précoce par mammographie de dépistage est une stratégie clé pour réduire le risque de cancer du sein avancé et de décès par cette maladie.

Analyser les mammographies pour des résultats faussement positifs

Les chercheurs ont analysé les données recueillies par le Breast Cancer Surveillance Consortium sur 3 millions de mammographies de dépistage pour 903 495 femmes âgées de 40 à 79 ans. Les dépistages ont été effectués entre 2005 et 2018 dans 126 installations de radiologie.

Mammographie versus tomosynthèse pour le dépistage du cancer du sein

Les chercheurs ont estimé que sur 10 ans de dépistage annuel par tomosynthèse, 50 % des femmes subiront au moins un rappel de faux positif, 17 % une recommandation de suivi à intervalle court faussement positif et 11 % une recommandation de biopsie faussement positive. Ceci est comparé à 56% des femmes dépistées avec des mammographies numériques 2D ayant un rappel de faux positif, 18% une recommandation de suivi à court intervalle et 12% une recommandation de biopsie.

Lire aussi:  La France publie un nouveau record quotidien de cas de COVID

Dépistage annuel versus bisannuel du cancer du sein

Pour les recommandations de suivi à court intervalle, on estime que 17% des femmes subissant une mammographie 3D annuelle ont au moins un faux positif sur 10 ans, contre seulement 10% de celles subissant un dépistage bisannuel. On estime que les recommandations de biopsie bénigne faussement positives se produisent chez 11 % des femmes recevant des mammographies 3D annuelles, mais chez seulement 7 % de celles dépistées tous les deux ans.


Article précédentInfection au COVID-19 liée à un risque plus élevé de neuropathie
Article suivantQ&A : L’ancien fumeur devrait subir un dépistage de l’anévrisme de l’aorte abdominale