Accueil Santé & Bien-être La plupart des femmes qui attrapent le COVID-19 lorsqu’elles sont enceintes transmettent...

La plupart des femmes qui attrapent le COVID-19 lorsqu’elles sont enceintes transmettent des anticorps à leurs bébés à naître

80

Une nouvelle recherche présentée au Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (ECCMID) de cette année à Lisbonne, au Portugal, (23-26 avril) a révélé que la plupart des femmes qui attrapent le COVID-19 lorsqu’elles sont enceintes transmettent des anticorps à leurs bébés à naître.

Les anticorps contre les infections sont connus pour être transférés de la mère au bébé au cours des trois derniers mois de la grossesse, offrant au bébé une certaine protection contre cette maladie particulière à sa naissance.

Cependant, on sait peu de choses sur la qualité du transfert des anticorps COVID de la mère à l’enfant, que ce soit dans les populations vaccinées ou non vaccinées.

Cette étude se concentre sur les femmes enceintes qui ont attrapé le COVID avant que les vaccins ne soient largement déployés.

Le Dr Liliana Gabrielli et ses collègues de la polyclinique IRCCS St.Orsola, Université de Bologne, Bologne, Italie, ont étudié plus de 4 000 femmes qui ont accouché à Bologne entre le 1er juillet 2020 et le 31 mars 2021.

Lire aussi:  Le Royaume-Uni indique la levée des restrictions COVID

Les femmes ont subi des tests PCR pour vérifier l’infection actuelle au COVID. Ils ont également donné des échantillons de sang qui ont été testés pour les anticorps, qui fournissent des preuves d’une infection passée.

Tous les nouveau-nés ont subi des tests PCR pour vérifier la présence de COVID. Les nouveau-nés dont les mères ont été testées positives pour les anticorps ont également été testés pour les anticorps.

136 des femmes (3,4%) avaient des anticorps anti-COVID dans leur sang. 26 % de ces femmes avaient à la fois des anticorps IgG (infection plus ancienne) et IgM (infection plus récente/actuelle). 74% des femmes avaient des anticorps IgG mais étaient IgM négatifs.

Des échantillons de sang étaient disponibles auprès de 73 bébés nés de mères présentant des anticorps contre le COVID.

Aucun des 73 bébés n’avait d’anticorps IgM. Cela était attendu car les IgM ne traversent pas le placenta.

11/73 bébés (15%) étaient IgG et IgM négatifs. Les 62 autres (85 %) étaient positifs pour les IgG.

Lire aussi:  Douce pression - des scientifiques découvrent un lien entre l'hypertension artérielle et le diabète

Les 73 bébés avaient des PCR négatifs lorsqu’ils ont été testés peu de temps après la naissance, indiquant qu’ils n’avaient pas de COVID et que les anticorps leur avaient été transmis par leur mère, plutôt que d’être fabriqués par eux-mêmes.

Alors que le transfert d’anticorps était élevé, les niveaux chez les nouveau-nés étaient légèrement inférieurs à ceux de leurs mères.

Le Dr Gabrielli déclare : « Cette étude sur les femmes enceintes et leurs nouveau-nés, qui a été réalisée à l’époque pré-vaccinale, a révélé que 3,4 % des femmes avaient le COVID-19 pendant la grossesse.

« La plupart de ces femmes ont transmis des anticorps à leurs bébés. Cependant, la protection fournie par ces anticorps diminuera progressivement avec le temps et disparaîtra dans les 100 jours suivant la naissance dans la plupart des cas.

« D’autres études examinent dans quelle mesure les anticorps produits par la vaccination passent de la mère à l’enfant. »


Article précédentLe véritable coût de la varicelle : au moins 24 millions de livres sterling de perte de productivité par an au Royaume-Uni
Article suivantLes femmes enceintes atteintes de COVID-19 font face à un risque accru d’hospitalisation et d’admission aux soins intensifs, ce qui renforce les arguments en faveur de la vaccination