Accueil Santé & Bien-être L’Afrique voit une augmentation de la rougeole alors que la pandémie perturbe...

L’Afrique voit une augmentation de la rougeole alors que la pandémie perturbe les vaccins

211

L’Afrique connaît une recrudescence d’épidémies de maladies évitables à la suite des perturbations causées par la pandémie de coronavirus, a déclaré jeudi l’Organisation mondiale de la santé.

Le continent a enregistré une augmentation de 400% de la rougeole, à plus de 17 000 cas entre janvier et mars, par rapport à la même période l’année dernière, a déclaré le Dr Benido Impouma, expert de l’OMS en Afrique, lors d’un point de presse.

Deux années de perturbations dues à la pandémie de coronavirus ont eu « des effets majeurs sur la fourniture des services de santé de routine, la vaccination étant gravement affectée » dans de nombreux pays, a-t-il déclaré.

Vingt-quatre pays ont confirmé des flambées de poliomyélite l’année dernière, soit quatre fois plus qu’en 2020. L’année dernière, 13 pays ont signalé de nouvelles flambées de fièvre jaune, contre neuf en 2020 et trois en 2019, selon les chiffres de l’OMS.

Lire aussi:  Payer les hésitants à la vaccination pour se faire vacciner contre le COVID-19 pourrait augmenter les taux de vaccination

« L’augmentation des épidémies d’autres maladies évitables par la vaccination est un signal d’alarme », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, dans un communiqué. « Alors que l’Afrique travaille dur pour vaincre le COVID-19, nous ne devons pas oublier les autres menaces pour la santé. Les systèmes de santé pourraient être gravement mis à rude épreuve non seulement par le COVID-19, mais par d’autres maladies ».

Le continent de 1,3 milliard d’habitants a signalé 11,4 millions de cas de COVID-19, dont 252 000 décès, selon les chiffres des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies.

  • L'Afrique voit une augmentation de la rougeole alors que la pandémie perturbe les vaccins
  • L'Afrique voit une augmentation de la rougeole alors que la pandémie perturbe les vaccins

Bien que le virus ait eu une tendance à la baisse depuis janvier, l’OMS a fait état jeudi d’une augmentation des cas tirée par un doublement des taux d’infection en Afrique du Sud, le pays africain le plus touché par la pandémie.

Lire aussi:  L'utilisation de statines peut être poursuivie en toute sécurité pendant la grossesse

Impouma, le responsable de l’OMS, a déclaré qu’à la suite de la pandémie, l’agence cherche à aider les pays à intensifier les vaccinations contre le COVID-19 ainsi que les services de vaccination de routine.

« Il en va de même pour la vaccination de routine que pour le COVID », a déclaré Helen Rees, directrice exécutive d’un institut de santé reproductive et de VIH à l’Université du Witwatersrand en Afrique du Sud. « Il y a le problème direct de la santé … mais il y a ces retombées en termes d’incidence négative sur le développement médiocre et de contribution à la pauvreté, ce qui est absolument essentiel pour notre région. »


© 2022 L’Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

Article précédentBrexit: le Royaume-Uni et l’UE dans l’impasse sur les modifications du protocole d’Irlande du Nord
Article suivantOmicron, le commerce pèse sur l’économie américaine au premier trimestre ; Le PIB recule à un taux de 1,4 %