Accueil Santé & Bien-être Le troisième jour à l’hôpital identifié comme un «point de basculement» dans...

Le troisième jour à l’hôpital identifié comme un «point de basculement» dans la gravité de la pneumonie au COVID-19

58

Une nouvelle recherche présentée cette année au Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (ECCMID) à Lisbonne, au Portugal, (23-26 avril), a identifié le troisième jour d’hospitalisation comme un point de basculement dans la progression de la maladie chez les patients symptomatiques admis pour la pneumonie COVID-19.

Une réponse immunitaire hyperactive au virus SARS-CoV-2 peut provoquer une pneumonie COVID-19 avec de graves complications. Bien que les médicaments tels que les corticostéroïdes puissent aider à contrôler l’inflammation associée à la maladie COVID-19 sévère, il existe une variabilité significative dans la réponse au traitement. Ainsi, il est urgent d’identifier des biomarqueurs prédictifs de la progression de la maladie pour aider à optimiser le traitement.

Le Dr Anthony Sophonsri et l’auteur principal Dr Annie Wong-Beringer, de l’Université de Californie du Sud, Los Angeles, États-Unis, et leurs collègues ont étudié des patients hospitalisés pour une pneumonie au COVID-19 entre mars et octobre 2021.

Les 90 patients (54% d’hommes) avaient un âge médian de 60 ans et ont été classés comme ayant un COVID-19 sévère ou non sévère tel que défini par l’Organisation mondiale de la santé.

Les caractéristiques de base étaient similaires entre les groupes, à l’exception des taux plus élevés de diabète et d’insuffisance cardiaque chronique chez les patients sévères.

Lire aussi:  Des scientifiques chinois affirment qu'un nouveau test de virus très précis donne des résultats en quelques minutes

Des échantillons de sang ont été prélevés aux jours 1, 3, 5 et 7 de l’hospitalisation et les niveaux de trois protéines hôtes qui jouent un rôle vital dans la réponse immunitaire au COVID-19 ont été mesurés à l’aide d’une nouvelle plateforme de point de besoin (MeMed) qui a donné des résultats en 15 minutes : protéine 10 induite par l’interféron-γ (IP-10), protéine C-réactive (CRP) et ligand induisant l’apoptose lié au facteur de nécrose tumorale (TRAIL).

En général, les niveaux de TRAIL ont augmenté au fil du temps, tandis que la CRP et l’IP-10 ont chuté chez tous les patients.

Le jour 1, il n’y avait aucune différence dans les niveaux de protéines entre les deux groupes.

Mais au jour 3, des différences claires étaient apparues. Les niveaux de TRAIL étaient inférieurs (médiane 21 contre 30 pg/mL) et les niveaux d’IP-10 plus élevés (médiane 713 contre 328 pg/mL) dans le groupe sévère que dans le groupe non sévère. Les taux d’IP-10 sont également restés élevés jusqu’au jour 5 chez les patients sévères (médiane 560 contre 212 pg/mL).

Au jour 3, un niveau IP-10 ≥ 570 pg/mL et un niveau TRAIL £ 25 pg/mL étaient des indicateurs de progression vers une pneumonie COVID-19 sévère.

Lire aussi:  Biopsie du cancer de la prostate, diagnostics en baisse pendant la pandémie

De plus, le groupe sévère a mis plus de temps à récupérer (12 jours en moyenne contre 4 jours), avait un taux de mortalité plus élevé (20 % contre 0 %) et était huit fois plus susceptible de développer des infections secondaires invasives que le groupe non sévère. grouper.

Les chercheurs affirment que les schémas de la réponse immunitaire de l’hôte pourraient potentiellement être utilisés pour identifier les patients susceptibles de tomber gravement malades avant de se détériorer.

Ils expliquent : « De nombreux patients se présentent aux urgences et ne nécessitent qu’une supplémentation minimale en oxygène, comme une canule nasale, mais évoluent rapidement vers une ventilation mécanique.

« La surveillance de ces protéines immunitaires peut aider à identifier ces patients plus tôt, permettant une escalade rapide des soins et une gestion plus agressive de leur réponse inflammatoire hyperactive. »

Le Dr Sophonsri ajoute : « Les schémas observés dans la réponse immunitaire de l’hôte donnent un aperçu de l’immunopathologie du COVID-19, révélant un tournant potentiel dans la progression de la maladie au jour 3 de l’admission et l’utilité d’IP-10 et de TRAIL comme marqueurs sensibles pour progression de la maladie pour guider l’intervention thérapeutique.


Article précédentLa troisième dose de protection du vaccin Pfizer COVID-19 contre l’hospitalisation d’omicron diminue après 3 mois: étude
Article suivantUne étude préliminaire révèle que des légumes biologiques sont contaminés par un large éventail de microbes pathogènes