Accueil Santé & Bien-être Les autorités chinoises ne signalent aucun changement à la politique « zéro-COVID »

Les autorités chinoises ne signalent aucun changement à la politique « zéro-COVID »

28

Les autorités sanitaires chinoises n’ont donné aucune indication samedi d’un assouplissement des restrictions liées au COVID-19, après plusieurs jours de spéculations selon lesquelles le gouvernement envisageait de passer à une approche « zéro-COVID » qui a entravé la croissance économique et perturbé la vie quotidienne.

Les responsables ont déclaré lors d’une conférence de presse qu’ils s’en tiendraient « sans faille » à la politique, qui vise à empêcher les cas d’entrer dans le pays et à étouffer les épidémies au fur et à mesure qu’elles sont découvertes.

L’annonce n’est pas une surprise et n’exclut pas la possibilité que des discussions se déroulent à huis clos. Mais il n’y a eu aucune confirmation officielle des pourparlers, et la plupart des analystes pensent que tout changement sera progressif, un assouplissement majeur étant peu probable avant l’année prochaine.

La spéculation a rallié les marchés boursiers en Chine cette semaine, les investisseurs ainsi que le public s’accrochant à tout indice de changement possible. La mort d’un garçon de 3 ans dans un complexe résidentiel mis en quarantaine a alimenté un mécontentement croissant à l’égard des contrôles antivirus, qui sont de plus en plus en décalage avec le reste du monde.

Toute personne entrant en Chine doit se mettre en quarantaine dans un hôtel désigné pendant sept à dix jours. Les habitants du pays font la queue plusieurs fois par semaine pour passer un test de virus dans des cabines extérieures, afin de répondre à l’exigence d’un résultat négatif dans les 72 dernières heures pour entrer dans les immeubles de bureaux, les centres commerciaux, les restaurants, les parcs et autres lieux publics.

Les autorités chinoises ne signalent aucun changement à la politique

Tuo Jia, un responsable de la Commission nationale de la santé, a reconnu les plaintes de certaines villes concernant l’application zélée de la politique zéro COVID et a déclaré que les autorités locales devaient trouver un équilibre entre la prévention des épidémies et le développement économique.

Lire aussi:  L'utilisation de fluorure était la conséquence de directives nutritionnelles erronées, selon un chercheur

« Nous devons mener la prévention et le contrôle de manière résolue, décisive, scientifique et précise, et résolument nettoyer et arrêter toutes les formes de simplification, une approche unique et des mesures locales excessives », a-t-elle déclaré.

Des épidémies dispersées à travers le pays continuent de provoquer des restrictions de voyage et des fermetures. La Chine a signalé samedi avoir identifié environ 3 500 nouveaux cas la veille, dont environ 3 000 qui ont été testés positifs malgré l’absence de symptômes de COVID-19.

Dans la ville de Guangzhou, dans le sud-est, le district de Haizhu a suspendu le service de bus et de métro pendant trois jours et a exhorté les habitants à rester chez eux alors qu’il procède à des tests de masse sur ses 1,8 million d’habitants. Une personne par ménage est autorisée à sortir chaque jour pour acheter des produits de première nécessité.

  • Les autorités chinoises ne signalent aucun changement à la politique
  • Les autorités chinoises ne signalent aucun changement à la politique
  • Les autorités chinoises ne signalent aucun changement à la politique

Des restrictions sont également en place dans certaines parties de la région de la Mongolie intérieure au nord et de la région du Xinjiang à l’ouest, où 43 nouvelles zones à haut risque ont été désignées samedi à Urumqi, la capitale régionale.

Lire aussi:  Soins des cuticules : faut-il toujours se couper les cuticules ?

Wang Guiqiang, directeur du département des maladies infectieuses du Premier hôpital de l’Université de Pékin, a déclaré lors de la conférence de presse que le taux de vaccination des personnes de plus de 80 ans devait être augmenté. La Chine n’a pas de mandat de vaccination.

Un responsable de la santé a déclaré que 90% de la population est entièrement vaccinée, dont 86% des personnes de plus de 60 ans, mais n’a pas fourni de chiffre pour les personnes de plus de 80 ans.

Le chancelier allemand Olaf Scholz, qui a effectué une visite d’une journée à Pékin vendredi, a déclaré aux journalistes que la Chine avait accepté d’approuver le vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 développé en Allemagne pour les étrangers et qu’il espérait que son utilisation serait étendue aux Chinois. Publique.

Il n’était pas clair quand l’approbation viendrait. Jusqu’à présent, la Chine n’a approuvé que des vaccins nationaux, qui utilisent une technologie plus ancienne qui s’est généralement avérée moins efficace pour prévenir la propagation de la maladie que les vaccins Pfizer ou Moderna.

© 2022 L’Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

Article précédentUn traitement par anticorps testé comme nouvel outil contre le paludisme
Article suivantL’Ouganda prolonge le confinement alors qu’Ebola se propage