Accueil Santé & Bien-être Les modifications apportées à l’étiquette du produit n’empêchent pas les surdoses accidentelles...

Les modifications apportées à l’étiquette du produit n’empêchent pas les surdoses accidentelles d’acétaminophène

56

Selon une nouvelle étude canadienne en JAMC (Journal de l’Association médicale canadienne).

« Nous avons constaté que les changements apportés aux étiquettes d’acétaminophène qui communiquaient les risques de surdosage et la présence d’acétaminophène dans les produits en vente libre n’affectaient pas les taux d’admission à l’hôpital pour surdosage accidentel d’acétaminophène, d’admission aux soins intensifs pour surdosage accidentel d’acétaminophène et d’admission pour surdosage d’acétaminophène impliquant opioïdes », écrit le Dr Tony Antoniou, Li Ka Shing Knowledge Institute, St. Michael’s Hospital, Unity Health Toronto, avec les coauteurs.

L’acétaminophène est un médicament couramment utilisé par des millions de personnes dans le monde pour soulager la douleur, et bien qu’il soit généralement sans danger s’il est pris correctement, des surdoses accidentelles peuvent survenir car le médicament se trouve dans de nombreux produits en vente libre pour traiter la douleur et le rhume. Au Canada, le pourcentage de blessures liées à l’acétaminophène liées à une surdose accidentelle au Canada est passé de 27 % en 2006 à 45 % en 2011.

Lire aussi:  Les chercheurs montrent que les retards de développement précoces prédisent de mauvais résultats à long terme chez les patients atteints du syndrome de Leigh

Afin d’accroître la sensibilisation aux effets nocifs potentiels, des changements à l’étiquette des produits ont été apportés au Canada en octobre 2009 pour avertir du risque de dommages possibles au foie. En 2016, ils ont été mis à jour avec un étiquetage supplémentaire pour un dosage sûr et pour identifier les produits contenant de l’acétaminophène.

Cependant, dans cette étude de plus de 12 000 hospitalisations pour surdose accidentelle d’acétaminophène dans 9 provinces et 3 territoires au Canada entre 2004 et 2020, les chercheurs ont constaté que l’étiquetage mis à jour n’avait eu aucun impact sur les admissions.

Les auteurs suggèrent que ces résultats ont plusieurs implications pour la santé publique.

« En raison du fardeau humain et économique imposé par les surdoses accidentelles d’acétaminophène, des mesures supplémentaires pour prévenir ces épisodes sont nécessaires, au-delà de celles qui tentent d’informer les consommateurs sur les risques potentiels de l’acétaminophène par le biais des étiquettes des produits et des notices d’emballage. Ceci est particulièrement important lorsqu’il est considéré dans à la lumière de recherches antérieures qui ont montré que moins de 50 % des patients lisent régulièrement les instructions d’utilisation des analgésiques en vente libre sur l’étiquette, et seulement 26 % lisent les ingrédients actifs avant la première utilisation. »

Lire aussi:  Un adulte sur quatre sauterait des soins en raison des coûts élevés

De plus, 4,5 % à 6 % des patients dépassent la dose quotidienne maximale, peut-être parce que l’acétaminophène se trouve dans d’autres médicaments contre la toux et le rhume, selon des études menées au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Les suggestions pour prévenir les surdoses accidentelles d’acétaminophène comprennent le retrait de l’acétaminophène des autres médicaments non analgésiques en vente libre, l’arrêt des produits combinés opioïdes-acétaminophène et la restriction des doses maximales de 325 mg par unité.

Un article de pratique sur le traitement d’une surdose d’acétaminophène fournit des conseils faciles à suivre aux fournisseurs de soins de santé sur le traitement de cette maladie potentiellement mortelle. La plupart des décès surviennent après un surdosage délibéré ou à la suite d’une dose excessive pour fièvre ou douleur pendant plusieurs jours.


Article précédentLe Derby de Wayne Rooney relégué au 3e rang du football anglais
Article suivantLe Pakistan va reprendre les négociations avec le Fonds monétaire international