Accueil Santé & Bien-être Masques, RAT et air pur : comment les personnes handicapées peuvent se protéger...

Masques, RAT et air pur : comment les personnes handicapées peuvent se protéger du COVID

68

Alors, que doivent faire les gouvernements pour protéger les personnes handicapées contre le COVID ? Et que peuvent faire les personnes handicapées pour atténuer leur risque en attendant ?

RAT gratuits et tests réguliers pour les travailleurs handicapés

Lorsque la prévalence communautaire de COVID est élevée, les tests antigéniques rapides (RAT) sont un outil important pour identifier les cas de COVID et prévenir la transmission.

Compte tenu des risques de COVID et des niveaux élevés dans la communauté, des RAT gratuits devraient être fournis à toutes les personnes handicapées et aux travailleurs de soutien qui viennent chez eux.

Lire aussi:  Le cas déconcertant des personnes obèses métaboliquement saines : sont-elles protégées des maladies chroniques ?

Masques N95 obligatoires pour les travailleurs handicapés

Les respirateurs peuvent également être réutilisés, en rotation quotidienne sur cinq jours, comme le recommande le groupe consultatif scientifique indépendant OzSAGE.

Améliorer la ventilation

Une bonne ventilation naturelle ou mécanique peut réduire la transmission du COVID.

2 moniteurs. La concentration de CO2

Dans les situations où le CO2

CO2

CO2

Dans les contextes de groupe, tels que les programmes de jour et les établissements résidentiels pour personnes handicapées, les services devraient être tenus de vérifier le CO2

22

Les gouvernements doivent intensifier

Les respirateurs obligatoires, les RAT pour la surveillance et un air plus pur sont des stratégies relativement peu coûteuses essentielles pour protéger les personnes handicapées à leur domicile. Les gouvernements devraient fournir gratuitement à toutes les personnes handicapées qui en ont besoin, pas seulement les participants au NDIS.

Lire aussi:  Un modèle de cellule immunitaire ouvre la voie à de nouveaux traitements ciblant une infection courante chez les enfants immunodéprimés


La conversation

Article précédentLes inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis chutent ; La croissance du PIB au T4 révisée en légère hausse
Article suivantCancer : quand virus et bactéries coopèrent