Accueil Santé & Bien-être Nouvelle approche de planification préalable des soins préférée par les résidents canadiens...

Nouvelle approche de planification préalable des soins préférée par les résidents canadiens en soins de longue durée

97

Selon une étude récente, des chercheurs ont mis au point une meilleure façon de soutenir la planification de fin de vie dans les foyers de soins de longue durée.

Les chercheurs ont également constaté que seulement 40 % des foyers impliquaient régulièrement les résidents dans les discussions sur les soins de fin de vie.

« Souvent, les gens supposent qu’un résident non apte ne peut pas participer, mais il existe d’autres moyens de communiquer et de comprendre les préférences d’un individu », a déclaré George Heckman, chercheur à l’École des sciences de la santé publique de Waterloo et titulaire de la chaire de recherche Schlegel du Schlegel- Institut de recherche UW sur le vieillissement.

La nouvelle approche pour soutenir la planification de fin de vie, Better tArgeting, Better résultats for frail ELderly patients (BABEL), s’est avérée beaucoup plus complète que la manière habituelle dont les foyers de soins de longue durée mènent une planification préalable des soins.

L’approche BABEL, développée par des chercheurs des universités de Waterloo, du Manitoba et de Calgary, utilise une approche personnalisée, centrée sur la personne, basée sur les meilleures pratiques, et a été conçue avec la participation des parties prenantes. BABEL a été testé dans 29 foyers de soins de longue durée dans trois provinces : l’Ontario, le Manitoba et l’Alberta.

Lire aussi:  Des cardiologues pédiatriques découvrent une cause possible de disparité raciale affectant les cardiopathies congénitales

La planification préalable des soins est un processus essentiel qui garantit que les valeurs, les souhaits et les préférences des individus sont compris et respectés en fin de vie. BABEL y parvient en impliquant les résidents en tant que participants actifs et en mettant leurs valeurs et leurs souhaits au premier plan. Puisqu’il est difficile pour les individus de penser à des hypothèses, l’équipe de soins se concentre sur les situations les plus susceptibles d’arriver à un résident et sur la façon dont les résultats des différents traitements pourraient s’aligner sur leurs objectifs individuels.

« C’est une conversation qui doit avoir lieu souvent, à mesure que l’état de santé change, et qui implique les résidents, les membres de la famille et l’équipe de soins », a déclaré Heckman. « En tant que médecin, je sais à quel point les soins en fin de vie sont importants pour les personnes et leurs familles, et c’est une occasion de bien faire les choses. BABEL semble certainement aider les résidents et les décideurs substituts dans ces conversations autrement difficiles et ouvre la voie voie vers des soins palliatifs plus opportuns et plus complets. »

Lire aussi:  Se sentir plus seul que d'habitude est lié à une consommation accrue d'alcool et de drogues, selon des journaux détaillés sur la pandémie

Les résidents qui ont participé à BABEL ont également évité les traitements inutiles et potentiellement nocifs en fin de vie. « Réduire l’utilisation de traitements inutiles est souvent préféré en fin de vie lorsque le confort devient une priorité plus élevée », a déclaré Heckman.

« La réduction de l’utilisation inutile d’antibiotiques dans les établissements de soins présente également des avantages plus larges, compte tenu de sa surutilisation actuelle. » L’étude a révélé qu’une utilisation moindre d’antibiotiques chez les résidents participants n’avait pas d’incidence sur la survie.

L’étude, détaillant les conclusions des chercheurs, a été rédigée par Heckman, Allan Garland de l’Université du Manitoba et une équipe de chercheurs canadiens. Il a été publié dans la revue Âge et vieillissement.


Article précédentSégrégation scolaire : Contributeur aux disparités raciales/ethniques en matière d’obésité chez les enfants
Article suivantUne longue fatigue liée au COVID atténuée par un programme d’ergothérapie de quatre semaines, selon une étude irlandaise