Accueil Santé & Bien-être Un médicament qui traite l’alcoolisme pourrait être le prochain anxiolytique

Un médicament qui traite l’alcoolisme pourrait être le prochain anxiolytique

32

Une nouvelle étude a révélé que le disulfirame, un médicament utilisé pour traiter l’alcoolisme chronique, peut réduire en toute sécurité les niveaux d’anxiété chez les rongeurs.

Le disulfirame est un médicament utilisé pour traiter l’alcoolisme chronique. Cependant, des études suggèrent qu’il inhibe également les voies de signalisation des récepteurs de chimiokines associées à la régulation de l’anxiété chez les rongeurs. Maintenant, une équipe de chercheurs de l’Université des sciences de Tokyo montre que le disulfirame peut réduire efficacement l’anxiété sans provoquer aucun des effets indésirables liés à d’autres médicaments anxiolytiques. Ainsi, le disulfirame pourrait potentiellement devenir un anxiolytique sûr et efficace.

L’alcoolisme, s’il n’est pas traité, peut avoir des répercussions dangereuses. Ainsi, il n’est pas surprenant qu’il existe une gamme de médicaments développés pour traiter cette condition. Parmi ces médicaments, le disulfirame (DSF) est approuvé par la Food and Drug Agency (FDA) pour le traitement de l’alcoolisme. Le DSF inhibe principalement l’enzyme aldéhyde déshydrogénase (ALDH), qui est responsable du métabolisme de l’alcool.

Les effets inhibiteurs du DSF pourraient-ils également s’étendre aux molécules de signalisation ? Selon des études récentes, le DSF inhibe en fait une protéine cytoplasmique appelée FROUNT, qui contrôle le sens de migration de certaines cellules immunitaires. Le DSF empêche FROUNT d’interagir avec deux récepteurs de chimiokines appelés CCR2 et CCR5, qui sont impliqués dans d’importantes voies de signalisation cellulaire.

Quelques études suggèrent que les récepteurs de chimiokines pourraient être impliqués dans la régulation des comportements émotionnels chez les rongeurs. Cependant, il y a un manque de données sur l’association exacte entre la signalisation FROUNT-chimiokine et le DSF. Pour clarifier ce lien, une équipe comprenant le professeur Akiyoshi Saitoh de l’Université des sciences de Tokyo et d’autres chercheurs d’instituts à travers le Japon a mené une étude examinant les propriétés pharmacologiques du DSF. L’étude, qui a été publiée en ligne le 7 mars 2022 dans Frontières en pharmacologiedécrit comment l’équipe de recherche a utilisé un test de labyrinthe en plus élevé (EPM) – qui est utilisé pour dépister les médicaments anxiolytiques – pour étudier les effets du DSF chez la souris.

Lire aussi:  Les traitements stéroïdiens pour la dystrophie musculaire de Duchenne peuvent dépendre de l'horloge

L’appareil EPM se compose de quatre bras disposés en croix, reliés à un carré central. Deux bras sont protégés par des limites verticales, tandis que deux ont des bords non protégés. Habituellement, les souris anxieuses préfèrent passer du temps dans les bras fermés.

Dans ce cas, certaines souris ont reçu du diazépam (un médicament couramment utilisé pour traiter l’anxiété) et d’autres, du DSF. Ces souris ont ensuite été placées dans l’appareil EPM, et leur activité a été suivie. À leur grande surprise, l’équipe a constaté que les souris traitées au DSF passaient beaucoup plus de temps dans les bras ouverts de l’appareil, ce qui indique qu’elles étaient moins anxieuses. L’équipe a également testé les effets anxiolytiques d’un inhibiteur de FROUNT plus puissant, connu sous le nom de DSF-41, et a observé des résultats similaires.

Ce qui est intéressant, c’est que ces changements de comportement étaient similaires à ceux observés chez les souris traitées au diazépam. Comment exactement DSF y est-il parvenu ?

Lire aussi:  Des chercheurs découvrent comment l'acide lactique affaiblit les défenses anti-tumorales

L’équipe avait précédemment découvert que l’augmentation des niveaux de glutamate extracellulaire (qui est un acide aminé et un neurotransmetteur important) est associée à une anxiété accrue chez les souris.

« Nous proposons que le DSF inhibe la protéine FROUNT et les voies de signalisation des chimiokines sous son influence, ce qui peut supprimer la transmission glutamatergique présynaptique dans le cerveau », explique le professeur Saitoh. « Ceci, à son tour, atténue les niveaux de glutamate dans le cerveau, réduisant ainsi l’anxiété globale. »

L’équipe a également été agréablement surprise de constater que, contrairement au diazépam, le traitement au DSF n’entraînait pas d’effets indésirables tels que l’amnésie, les troubles de la coordination ou la sédation.

Selon le professeur Saitoh, « Ces résultats indiquent que le DSF peut être utilisé en toute sécurité par les patients âgés souffrant d’anxiété et d’insomnie et a le potentiel de devenir un médicament psychotrope révolutionnaire. »

Quelles sont les implications à long terme de ces résultats ? Le Dr Saitoh explique : « Nous prévoyons de clarifier davantage la façon dont le DSF exerce ses actions pharmaceutiques. Espérons que nous serons également en mesure d’élucider le rôle exact de la molécule FROUNT dans le système nerveux central.

Il s’agit de l’une des premières études à révéler que le DSF présente des propriétés anti-anxiété comparables à celles des benzodiazépines existantes sans présenter les effets secondaires observés avec les benzodiazépines. Espérons que l’activité inhibitrice de DSF contre le fonctionnement de FROUNT pourrait être explorée pour le développement réussi de médicaments anxiolytiques.


Article précédentLa voie de signalisation clé dans les cellules immunitaires pourrait être la nouvelle cible d’Alzheimer
Article suivantUne nouvelle étude examine l’hésitation des parents à l’égard des vaccins COVID-19 pour les enfants