Accueil Santé & Bien-être Une étude sur les problèmes de santé à Porto Rico après l’ouragan...

Une étude sur les problèmes de santé à Porto Rico après l’ouragan Maria montre les effets du changement climatique

121

Une nouvelle étude qui a révélé des problèmes de santé à long terme chez les survivants de l’ouragan Maria souligne les conséquences sanitaires dévastatrices du changement climatique sur les communautés de couleur, selon les experts.

Au lendemain de la tempête de septembre 2017, les Portoricains ont souffert de taux plus élevés d’obésité, d’arthrite, d’hypercholestérolémie, de tension artérielle et de triglycérides, selon une étude publiée dans le Journal de l’Association médicale américaine.

L’analyse, qui a comparé les données de plus de 800 participants deux ans avant et après Maria, a également révélé que plus de deux fois plus de participants ont signalé une maladie oculaire, une stéatose hépatique et une ostéoporose à la suite de l’ouragan.

Les adultes de Porto Rico avaient des taux élevés de plusieurs maladies chroniques avant Maria, ont noté les auteurs, et la tempête n’a fait qu’aggraver le système de santé déjà tendu de l’île. Les résultats illustrent les effets à long terme sur la santé des crises climatiques sur les communautés de couleur historiquement sous-financées.

« Ensuite, vous avez les événements aigus de Maria, et il est plus difficile d’obtenir les types de services non seulement dans les grandes villes comme San Juan, mais dans des endroits plus reculés de l’île », a déclaré Anita Chandra, vice-présidente et directrice de RAND Social and bien-être économique et le centre de la société pour faire progresser la politique d’équité raciale. « Le climat affecte et les catastrophes affectent des communautés entières », a-t-elle ajouté, et ils « le ressentent de manière holistique, pas seulement au niveau individuel ».

Chandra a dirigé l’élaboration d’un plan de reprise après sinistre axé sur la santé et les services sociaux de la RAND pour Porto Rico et se spécialise dans la préparation aux urgences de santé publique et la reprise après sinistre à long terme. Elle a noté que les conditions prévalentes que les chercheurs ont trouvées démontrent des disparités importantes.

« Le cholestérol, les problèmes cardiaques, la tension artérielle, la santé mentale sont des maladies liées à la fois au stress et à l’accès », a-t-elle déclaré.

Les soutiens et les systèmes communautaires auparavant mis à rude épreuve ne sont pas équipés pour faire face à une catastrophe climatique aiguë, ce qui exacerbe les problèmes de santé et les facteurs de stress chroniques qui en découlent.

Lire aussi:  Bénéfice à long terme de la radiothérapie confirmé dans le cancer avancé de la prostate

« Les communautés qui sont historiquement vulnérables ou qui ont moins accès à certains types de ressources économiques et sociales supportent souvent le poids disproportionné », a déclaré Chandra. « Nous nous inquiétons de ce genre de séquences qui se chevauchent de catastrophes induites par le climat à court et à long terme, car elles ont un effet cumulatif qui rend de plus en plus difficile la récupération à long terme. »

Le stress ressenti après une catastrophe peut aggraver l’état de santé des gens, a déclaré Jonathan Sury, directeur de projet au Centre national de préparation aux catastrophes de l’Université de Columbia. Et les communautés de couleur souffrent déjà d’un nombre disproportionné de problèmes de santé en raison de traumatismes historiques et d’un sous-investissement chronique.

« Avec des catastrophes majeures exacerbées par le changement climatique, toute condition de santé préexistante peut s’aggraver de plusieurs manières : par le stress, le stress domestique, le stress familial, le stress individuel », a-t-il déclaré. « Cela se traduit par des changements biologiques. »

Sury a noté qu’une autre menace provient de la contamination de l’environnement qui peut s’infiltrer après une tempête. Les moisissures domestiques peuvent aggraver les troubles pulmonaires obstructifs chroniques chez les adultes et l’asthme chez les enfants. Le ruissellement industriel, les sites de déchets dangereux à proximité, la contamination des eaux souterraines et les contaminants en suspension dans l’air peuvent créer des dangers supplémentaires, en particulier dans les zones les plus pauvres où les résidents peuvent ne pas être en mesure de se réinstaller rapidement.

Comme pour la pandémie, les catastrophes climatiques comme Maria amplifient le manque d’accès à des soins de santé de qualité, a déclaré Carmen Velez Vega, professeur de santé publique à l’Université de Porto Rico et chercheuse principale de plusieurs études en cours sur les disparités en matière de santé environnementale sur l’île.

Vega a parcouru l’île pour des analyses de groupes de discussion et a suivi des survivants, trouvant des personnes âgées qui n’avaient plus de soignants, des personnes qui avaient perdu leurs médicaments ou dont les compagnies d’assurance ne paieraient pas les fournitures pendant plus de 30 jours.

Lire aussi:  Les Danois mettent fin aux restrictions virales ; reste de l'Europe un patchwork

« L’ouragan a créé une dislocation », a-t-elle déclaré. « Cela a créé cette déconnexion des gens avec leurs services, mais en plus de cela, cela a également révélé le grand nombre de personnes qui n’avaient aucun soin, qui souffraient de conditions qui se sont aggravées après l’ouragan à cause d’une si longue période. pris pour établir à nouveau des services.

Vega a noté que certaines cliniques de santé communautaires à faible revenu ont pu ouvrir de nouveaux locaux et améliorer leurs infrastructures. Mais dans l’ensemble, une pénurie de professionnels de la santé a entravé les soins après la tempête, de nombreux médecins et infirmières ayant quitté l’île pour trouver du travail, a-t-elle déclaré.

Vega et d’autres ont souligné la nécessité d’inclure plus souvent le rétablissement de la santé à long terme dans les plans gouvernementaux de préparation aux catastrophes et d’investir dans des ressources communautaires plus efficaces. Le Puerto Rico Public Health Trust a prévu d’embaucher plus d’agents de santé communautaires pour aider les résidents à naviguer dans le système et à les connecter aux services, ce qui, selon Vega, sera essentiel, en particulier pour ceux des régions éloignées de l’île.

« Ils sont trop malades pour se rendre dans les cliniques, n’ont pas de transport, n’ont pas les gens pour s’occuper d’eux », a-t-elle déclaré.

Les experts soulignent que les changements climatiques chroniques continueront de menacer la santé humaine.

« Nous avons encore des gens qui vivent dans des zones très fragiles où nous n’avons même pas besoin d’attendre qu’un ouragan arrive. Il y a une grosse tempête, (et) ces gens sont inondés de chez eux », a déclaré Vega. « Nous avons des gens qui tombent malades et qui tomberont encore plus malades parce que leurs maisons ne sont pas adéquates.

« Ce n’est pas dans le futur. C’est dans le présent. »


©2022 États-Unis aujourd’hui
Distribué par Tribune Content Agency, LLC.

Article précédentEn route vers la catastrophe ? Les États-Unis et la Russie durcissent leurs positions dans les pourparlers sur l’Ukraine
Article suivantLa fréquentation hospitalière n’est pas associée à un risque accru de transmission de la COVID