Accueil Sports Les vêtements tout blancs de Wimbledon dérangent certains, ravissent d’autres

Les vêtements tout blancs de Wimbledon dérangent certains, ravissent d’autres

125

Les vêtements tout blancs de Wimbledon dérangent certains, ravissent d’autres Wimbledon, 5 juillet (AP) Avant d’être interviewé sur le court central à propos de son retour en quarts de finale de Wimbledon, Nick Kyrgios a échangé ses chaussures tout blanc sur gazon contre un rouge et – une paire de baskets de basket blanches, et a troqué son chapeau blanc contre un rouge.

Grosse affaire? Pas à Kyrgios. Pas à beaucoup, probablement. Pourtant, cela semblait être le cas pour un journaliste qui l’a parsemé de questions à ce sujet par la suite. C’est parce que le All England Club a une politique assez stricte concernant les vêtements entièrement blancs pendant que les joueurs sont sur les terrains de match pendant le tournoi – ce qui est clairement un clin d’œil aux premiers jours du tennis, et certains athlètes pensent qu’il aurait peut-être été mieux adapté aux années 1880. que les années 2020.

« Je veux dire, je veux toujours porter du noir, évidemment », a répondu Kyrgios, un Australien de 27 ans qui affronte Cristian Garin du Chili mercredi, lorsqu’on lui a posé des questions sur le code vestimentaire lors d’une conférence de presse avant le tournoi à laquelle il a assisté. un sweat à capuche noir et une casquette assortie.

«Ce serait cool d’autoriser, par exemple, un bandeau noir ou un bandeau anti-transpiration noir. Je pense que ça aurait l’air cool », a déclaré Kyrgios. « De toute évidence, Wimbledon ne se soucie pas vraiment de ce qui a l’air cool. » Ni Kyrgios, ni personne d’autre, ne s’attend à un changement des règles de si tôt. Et il y a certainement ceux qui l’apprécient dans le cadre de ce qu’ils considèrent comme le charme du plus ancien événement du Grand Chelem de tennis.

« Pour moi, ce que j’aime à Wimbledon, c’est la tradition et c’est ce qui la rend si spéciale, et avoir la tenue entièrement blanche est l’une des petites traditions que j’embrasse vraiment. Cela a l’air net, surtout contre le terrain en gazon », a déclaré Alison Riske-Amritraj, qui a atteint le troisième tour en tant que 28e tête de série.

Lire aussi:  Rafael Nadal vs Casper Ruud, finale de Roland-Garros en direct : Rafael Nadal peut-il battre Casper Ruud pour remporter le 13e titre de Roland Garros ?

« Vous n’avez pas à le faire à aucun autre tournoi au cours de l’année. C’est très professionnel. Je porterais du blanc pour chaque match, partout, donc je suis probablement biaisé à ce sujet. La première des directives vestimentaires en 10 points du All England Club stipule : « Les concurrents doivent être vêtus d’une tenue de tennis appropriée qui est presque entièrement blanche et cela s’applique à partir du moment où le joueur entre dans l’enceinte du terrain.

La deuxième stipulation : « Le blanc n’inclut pas le blanc cassé ou la crème. » Il y a aussi plus de détails, comme qu’une bordure de couleur « autour de l’encolure et autour du poignet des manches est acceptable mais ne doit pas être plus large » qu’un centimètre (moins d’un demi-pouce), que « des casquettes (y compris le dessous de la visière ), les bandeaux, les bandanas, les bracelets et les chaussettes doivent être entièrement blancs, à l’exception de « la même tolérance de taille pour la garniture », et ceci : « Les chaussures doivent être presque entièrement blanches. Les semelles et les lacets doivent être entièrement blancs. Les logos des grands fabricants ne sont pas encouragés.

C’est tout à fait correct avec certains des « concurrents ». Tommy Paul, qui a été classé 30e et est arrivé au quatrième tour, a déclaré que le Royal Palm Tennis Club de Pinehurst, en Floride – où le pro en chef est Eric Hechtman, qui a entraîné Serena Williams et Venus Williams – exige tout blanc quand il s’entraîne là-bas. .

« Ça ne me dérange pas du tout. C’est plutôt cool », a déclaré Paul.

Lire aussi:  Les fans lancent des bouteilles sur le manager de l'Atletico, Diego Simeone, après l'élimination de Manchester United en CL

« Si je vois des gars le faire à la maison pendant l’entraînement, alors je n’ai aucun problème à le faire pour Wimbledon. » Une joueuse du tournoi de cette année a déclaré qu’elle craignait toujours de salir sa tenue blanche en mangeant. Certains disent qu’ils étaient agacés de devoir trouver de nouveaux vêtements pour pouvoir jouer à Wimbledon. D’autres en étaient ravis.

« C’est très élégant. J’espère vraiment qu’ils garderont cette tradition pour toujours, parce que c’est quelque chose de différent. Vous n’avez pas toujours besoin de voir des couleurs sur les vêtements des gens », a déclaré Mihaela Buzarnescu, une Roumaine qui a perdu contre la vice-championne de Roland-Garros Coco Gauff la semaine dernière.

«Chaque année, je pense, Oh, blanc à nouveau. Allons-y !’ » Au fil des ans, les joueurs ont été réprimandés pour avoir enfreint la lettre ou l’esprit des règles écrites.

En 2013, par exemple, nul autre que Roger Federer, désormais huit fois champion, s’est présenté avec des semelles orange fluo sur ses chaussures pour son match du premier tour, qu’il a remporté – puis s’est, euh, rappelé les règles de Wimbledon par le club, il est donc passé aux semelles blanches avant son match de deuxième tour, qu’il a perdu, sa première sortie en Grand Chelem en une décennie.

En 2007, Tatiana Golovin a joué à Wimbledon avec des sous-vêtements rouges sous sa robe blanche, menant à cet échange d’ouverture lors d’une conférence de presse : Journaliste : « Puis-je vous poser des questions sur votre culotte ? » Golovine : « Excusez-moi ? »

« Pourrait-il être peut-être un peu plus à jour ? Bien sûr. Nous sommes en 2022 », a déclaré Jessica Pegula, tête de série n ° 8 cette année et qui a atteint le quatrième tour au All England Club pour la première fois.

« Là encore, c’est deux semaines hors du calendrier où vous devez le faire. Cela fait partie de ce qui fait de Wimbledon, Wimbledon.

Article précédentNovak Djokovic à Wimbledon SF avec une victoire en 5 sets
Article suivantJe suis en demi-finale mais j’ai encore des couches à changer : Tatjana Maria